mots-actu_h.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Que se passe-t-il en ce moment dans le département du Pool au sud du Congo ? Comment se déroulent les opérations policières et militaires qui ont été lancées par le gouvernement ? Quels sites ont été bombardés ?
En fait on n’en sait trop rien, à part les populations qui sont sur place : on ne peut pas pénétrer pour l’instant dans ces zones : pas de presse, pas de presse internationale, pratiquement pas d’observateurs des droits de l’homme – à l’exception de Trésor Nzila qui a témoigné – d’ailleurs, la région est verrouillée, on ne peut pas y entrer. C’est pour cela qu’on redoute ce qui peut se passer dans ce huis-clos.

Huis-clos, c’est l’expression qui a été employée à plusieurs reprises : un huis clos c’est-à-dire un espace qui n’admet pas de témoins.

L’expression est-elle courante dans ce genre d’emploi ? Pas tellement. Et pourtant, on l’utilise dans des emplois figurés. Et à ce moment-là on va employer la formule souvent à la manière d’un nom commun : un huis-clos. C'est-à-dire une scène, un dialogue, souvent une confrontation entre plusieurs personnes et qui a lieu sans témoins, sans que personne ne sache ce qui se dit, ce qui se fait. Et ça donne toujours une impression un peu mystérieuse, et même un peu dangereuse : pas de compte-rendu, donc peut-être, pas de contrôle !

Si ce mot est souvent utilisé, c’est probablement en souvenir d’une pièce de théâtre célèbre de Jean-Paul Sartre, qui met des personnages dans une situation spéciale, les uns en face des autres. Ils ne sortent pas, mais personne ne peut entrer. Et la pièce s’appelle justement Huis-clos. Quand on parle d’un huis-clos, ça correspond un peu à cette atmosphère d’étouffement.

Mais cette même formule a d’abord un sens juridique précis et technique : c’est une formule qui s’emploie à propos d’un tribunal. Ce qu’on appelle un procès à huis-clos, c’est un procès qui se déroule sans public.
Alors pourquoi ? Plusieurs raisons sont possibles. Ou bien, on a peur que la tenue du procès déclenche dans le public ou à l’extérieur des événements indésirables, ou bien parfois que soient rendus publics des faits qui concernent des personnes – notamment des personnes mineures qui ont un rapport indirect avec l’affaire et qui ne souhaitent pas qu’on sache tout ça. De temps en temps donc, il y a des procès pour lesquels on ferme les portes, et donc on n’admet pas de public. On ferme les portes, c’est ça qui est important et qui permet de comprendre comment l’expression s’est formée.
Huis clos : Un huis, en ancien français, c’est une porte. Un mot dont on retrouve la trace lorsqu’on parle d’huissier : au départ un huissier, c’est un portier !

Huis-clos, ça veut dire tout simplement portes closes.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé
.

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Huis-clos

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.