#Français de l’actualité

Hackathon

mots-actu_h.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Un hackathon vient de se tenir, ces derniers jours, pour trouver toutes les réponses possibles aux situations de crise déclenchées par les attentats, pour qu’on puisse être mieux armés pour résister, réagir, aider, en cas de nouvelles attaques ! Tout cela par l’intermédiaire d’internet.

Qu’est-ce que c’est qu’un hackathon ? Voilà une bonne question.

Un hackathon, c’est-à-dire une réunion de spécialistes, d’informaticiens ou d’usagers de la toile, qui discuteront, échangeront, réfléchiront pour voir comment des attitudes et la manière d’utiliser internet pourrait aider. Mais pourquoi hackathon ? Mot récent aux apparences barbares : «hack », comme hacker. Et on sait que c’est le mot anglais qu’on donne à ceux qui savent pénétrer dans des systèmes informatiques a priori verrouillés. Y pénétrer dans quel but ? Tout dépend ! Parfois par pur amour du sport, pour se prouver et prouver aux autres qu’ils peuvent le faire, qu’aucune serrure virtuelle ne leur résiste, qu’ils sont comme les Arsène Lupin du clavier.
Parfois avec de plus noirs desseins, des intentions plus basses, pour s’approprier des données, récupérer des informations qui ne leur sont pas destinées. Mais le mot n’est pas systématiquement lié à de mauvaises intentions, puisqu’on le retrouve dans cette construction toute récente, hackathon.

Voilà pour le « hack-». Mais qu’en est-il du «  -thon » ?
Cette dernière syllabe est empruntée au téléthon, un phénomène récent aussi, mais moins, et un extraordinaire succès des possibilités de la télévision. Une soirée de divertissement en direct où on appelle à la générosité des téléspectateurs pour qu’il donne de l’argent qui sera consacré à la recherche médicale. Il s’agit donc d’une mise en commun des bonnes volontés et des beaux gestes pour arriver à un résultat remarquable, si on a de la chance et de la persuasion !

Revenons à notre hackaton, et à son nom particulier ; car il en a un : Nec mergitur ! Une expression plus étonnante encore que notre hackathon, et qui se comprend si l’on se souvient des récents événements parisiens. Les attentats du 13 novembre ont été sentis et interprétés comme des attentats contre Paris alors que ceux du mois de janvier étaient plus ciblés contre un journal – Charlie Hebdo – ou contre une communauté – quand c’était les attentats antisémites contre l’hypercasher.

Mais là, c’est la ville elle-même qu’on a sentie menacée, comme si elle incarnait un certain art de vivre,  ou des valeurs particulières. Et la devise de Paris, depuis des siècles, est Fluctuat nec mergitur. On voit sur le blason un bateau qui vogue sur la Seine, et la phrase signifie « Il flotte, et ne coule pas ». Signe d’une résistance aux éléments hostiles, d’un désir de continuer à naviguer malgré les intempéries, malgré les circonstances qui se liguent contre la liberté de la ville.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Hackathon

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.