mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le mouvement cinq étoiles aux portes de Rome ? Voilà une information que je tiens de RFI et qui souligne la percée importante d’une organisation qui refuse de s’ériger en parti politique mais qui aimerait participer à la gestion de la ville de Rome, notamment pour améliorer la situation dans des domaines liés aux préoccupations d’environnement en particulier l'eau, les transports, le développement et l'énergie. Cinq directions donc qui sont représentées par ces cinq étoiles. De là le nom de l’organisation 5 étoiles.

Mais si le nom du mouvement est bien trouvé – en italien comme en français – c’est parce que cinq étoiles évoquent bien sûr l’excellence : il n’y a pas mieux. Et il y a assez longtemps que les étoiles sont bien autre chose que des objets célestes qu’on voit scintiller pendant la nuit et dont on rêve pendant la journée. Les étoiles sont aussi des astérisques, de petits signes graphiques, de forme étoilée : un point qui s’étire avec des branches – un signe, un élément d’imprimerie dont la signification est connue : ce peut être un renvoi. Ou un signe convenu pour masquer un nom propre qu’on ne veut pas divulguer, comme lorsqu’on dit Monsieur X. On va dire Monsieur ***
Et ces étoiles ont fini par distinguer spécialement un service, ou un lieu, ou un établissement.

 C’est le guide Michelin qui a popularisé cet usage, avec une gradation des sites à visiter : intéressant, mérite un détour, vaut le voyage. Et on a aussi des étoiles décernées aux bonnes tables, aux bons restaurants : une, deux ou trois. Un classement très connu et très médiatisé, au point qu’il a donné lieu à un nouveau mot, le participe « étoilé ». Non seulement on parle d’un restaurant étoilé avec cette signification particulière, mais plus encore on parle d’un chef étoilé, c’est-à-dire qu’il a eu droit à cette récompense pour son établissement extrêmement apprécié : il y en a vingt-six en France en 2016.

Mais il n’y a pas que les chefs de cuisine à être étoilés en France : on a aussi les généraux. Et les uns ont certainement influencé les autres. À quelques différences près : les généraux ne peuvent avoir une étoile : on commence la carrière de général avec deux étoiles. Et l’histoire explique pourquoi : sous l’ancien Régime, on avait un grade intermédiaire entre le colonel et le général, celui qu’on appelait le Maréchal de camp. Le grade intermédiaire, c’était le brigadier des armées du roi qui avait une étoile. Le grade a disparu, l’étoile aussi, et aujourd’hui donc, on commence à être général de brigade avec deux étoiles. Trois pour le général de division, quatre pour le général de corps d’armée, et cinq pour le général d’armée.

Voilà des généraux cinq étoiles !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Étoiles

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.