mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Gloire aux épéistes ! À certains d’entre eux du moins. C’est ce qu’on peut se dire en apprenant qu’un épéiste français a obtenu une médaille d’or aux Jeux olympiques. Sa gloire rejaillit sur tout le pays ou presque, et il ne reste plus qu’à se demander ce qu’est un épéiste ! Quelqu’un qui manie l’épée bien sûr, et bien ! Quelqu’un qui sait se battre à l’épée, non pas pour tuer son adversaire, mais, comme un escrimeur, pour l’affronter et le battre sportivement.

On le sait, l’escrime moderne se pratique à l’aide de trois armes possibles : épée, fleuret et sabre. Des noms qui parfois ont eu un dérivé verbal : avec sabre, on construit sabrer, donner un coup de sabre, attaquer au sabre. Mais ce mot a des significations plutôt dérivées. Sabrer quelqu’un c’est le punir sévèrement, et de manière cinglante. Ou alors c’est sabrer le champagne : couper d’un coup le cou de la bouteille pour l’ouvrir. Et on confond parfois le mot avec un autre : sabler le champagne, c’est célébrer un événement en buvant du champagne. Et on sous-entend souvent qu’on trinque.

Le fleuret n’a pas donné naissance à un verbe : fleureter existe, mais n’a pas de rapport direct.

Quant à l’épée, elle reste sans postérité verbale. Mais le nom est ancien, et riche en significations. Dont certaines d’ailleurs sont toute récentes. On dit de quelqu’un qu’il est une épée lorsqu’il est très compétent dans son domaine. Les idées de rapidité et d’efficacité sont présentes, et on est là dans un jargon vaguement journalistique et à la mode. Tirer l’épée veut dire bien sûr se préparer à combattre.

En revanche, quand on parle d’un coup d’épée dans l’eau, nous voilà face à une image pittoresque et aisément compréhensible : on s’est donné du mal pour rien. On a fait quelque chose, sans en retirer le résultat escompté.

On se rappelle aussi la citation de l’Evangile, souvent citée : qui vit par l’épée périra par l’épée, c’est-à-dire celui qui l’autorise à être violent, subira lui-même la même violence.

Quant à l’épée de bois, c’est bien l’une des plus sympathiques : c’est bien sûr un jouet pour enfants, qui imite l’arme réelle, mais ne peut pas faire grand mal. Et on la retrouve souvent, notamment dans des noms de lieux de spectacles : théâtre ou cinéma de l’épée de bois.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias