#Français de l’actualité

Écharpe

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

C’est demain qu’aura lieu la passation de pouvoir en Argentine. Mauricio Macri, le président sortant, qui a perdu la dernière élection présidentielle, remettra l’écharpe à son successeur, Alberto Fenandez. C’est ainsi que Rfi présente la cérémonie, qui tourne autour d’un symbole qui n’existe pas dans tous les pays. Mais dans de nombreux états, l’écharpe est le signe du pouvoir présidentiel, notamment en Afrique et en Amérique latine. Lors des cérémonies officielles et surtout quand le président est intronisé, quand on a tout un rituel autour de sa prise de fonction, il porte cette bande de tissu en travers de la poitrine. En oblique, elle lui barre le torse depuis une épaule jusqu’à la hanche opposée. Et de toute façon depuis l’Antiquité, on voit que la façon de se vêtir est souvent représentative d’une dignité qui vous est conférée. Mais l’écharpe n’est pas réservée au pouvoir présidentiel. En France par exemple, c’est un accessoire qui indique une certaine responsabilité républicaine. Et on parle d’ailleurs de l’écharpe tricolore : elle est bleu blanc rouge, et elle est portée par les maires et les conseillers municipaux, mais aussi par les députés et les sénateurs. Pas de la même façon d’ailleurs : les maires la portent avec le bleu en haut, le bleu au col comme on dit, alors que les députés inversent les couleurs, et mettent le rouge en haut. Alors bien sûr on ne la porte pas tout le temps. Mais pour célébrer un mariage par exemple, c’est la coutume.

Et cette pratique de l’écharpe qui distingue vient du moyen-âge : une époque où les chevaliers engagés dans une bataille portaient une écharpe pour qu’on sache à quelle armée, à quel parti ils appartenaient, à une époque où l’on de portait pas d’uniforme quand on allait guerroyer avec ses voisins ! C’est donc un signe distinctif dans les deux sens du mot : l’écharpe vous distingue de vos ennemis ; on sait de quel côté vous êtes. Et au-delà de ça, elle vous distingue comme chef, comme meneur : la piétaille n’en a pas besoin !

Mais le symbole qui fonctionne en temps de conflit est aussi, étrangement, un signe de paix. Pensons à l’écharpe d’Iris ! C’est la jolie image avec laquelle on désigne l’arc-en-ciel. Analogie de forme, juxtaposition des couleurs, ce phénomène optique si passager et qui fait tant rêver. Iris était la messagère des Dieux, et elle représente souvent celle qui peut faire le lien, le pont entre le ciel et la terre. Et cette écharpe flottante, irisée par définition puisque cet adjectif dérive du nom de la déesse, est le signe mobile de sa présence.

Il serait tentant bien sûr de voir un lien entre l’écharpe et la charpie. Et pourtant il n’est pas sûr qu’il y en ait un ! Mais c’est bien la charpie, ce chiffon de tissu déchiré, qui est à l’origine du verbe s’écharper, se battre comme si l’on voulait se tailler en pièces, transformer son adversaire en charpie. Écharpe et écharper sont donc des mots presque sosies, mais sans lien de parenté.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias