mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Une jeunesse désabusée ! C’est ainsi que sur RFI, on perçoit l’état d’esprit des jeunes de Hong Kong, auxquels on s’intéresse à l’occasion des 20 ans de la rétrocession. Il y a vingt ans en effet que cette ville énorme et prospère a été rattachée à la Chine populaire, tout en gardant un statut un peu spécial. Mais semble-t-il, la population est bien déçue par les perspectives autant que par les réalités, le manque de liberté aussi bien que d’espace vital. Alors la jeunesse est-elle révoltée ? Ce n’est pas ce qu’indique cet adjectif, désabusé. Au contraire… même si la révolte gronde parfois, et qu’elle peut survenir ! On est désabusé quand on n’est pas satisfait, mais que justement on n’a plus le cœur à lutter. Comme si on n’y croyait plus ! Ce mot s’accompagne donc d’une idée un peu fataliste : A quoi bon ? Les réformes, la colère, les promesses des dirigeants, tout ça n’y changera rien !

Alors on est désabusé quand on a perdu espoir. Est-ce que ça veut dire pour autant, puisqu’on n’a plus d’espoir, qu’on est désespéré ? Non ! Les deux mots ne sont pas synonymes, et n’évoquent pas le même état d’esprit : si l’on est désespéré, on a en nous une certaine violence, une force. On parle même de l’énergie du désespoir, celle qu’on a lorsqu’on a l’impression qu’on n’a plus rien à perdre. Si l’on est désabusé, au contraire, on donne l’impression d’une certaine indolence, liée à un haussement d’épaules.

Le mot se rapproche plus de désillusionné. Comme si on avait perdu ses illusions, ou tout au moins son enthousiasme. Comme si ses espoirs se révélaient être des illusions ! Désenchanté est un autre mot dont le sens est proche. Et on voit que tous ces mots évoquent un deuxième temps : un moment qui vient un premier moment d’espoir déçu.

Ce dernier mot d’ailleurs est à mettre en rapport avec son symétrique inverse ; réenchanter. Un mot ancien particulièrement à la mode, au point que c’est est devenu un mot cliché de la politique. Comme s’il servait à redynamiser un paysage, un avenir, une situation. Ou simplement redonner de la force à des mots, des formules, des raisonnements qu’on a déjà entendus mille fois, et qui semble totalement usés : on réenchante ainsi la politique, la démocratie ou l’école, en essayant de retrouver une passion perdue.

Revenons à notre première série de mots : quand on est désabusé, désenchanté ou désillusionné, est-on blasé ? Le mot est un peu différent, et souvent lié à un certain snobisme : on est blasé lorsqu’on ne s’enflamme pas pour une idée, une proposition, parce qu’elle nous donne une impression de déjà-vu : Rien de nouveau là-dedans !

 

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Désabusé

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.