#Français de l’actualité

Camouflet

mots-actu_c.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Macron à Bruxelles pour reprendre la main après le camouflet infligé à Sylvie Goulard : un titre relevé tout récemment dans les informations de RFI. Reprendre la main, on comprend facilement ce que ça veut dire : reprendre l’initiative, et peut-être même l’avantage. Mais qu’est-ce donc que ce camouflet ?

Un camouflet est une vexation publique, une humiliation. Ce qui vous rend ridicule ? Oui peut-être, mais sans intention délibérée de faire rire la galerie : l’idée de moquerie est absente du mot, ce qui parfois peut le rendre encore plus cinglant. Et le revers qu’a subi Sylvie Goulard, candidate soutenue par le pouvoir français pour diriger la Commission européenne au sein de l’Union européenne. Un revers qui de façon directe le touche et minore l’influence française.

Mais pourquoi un camouflet ? L’histoire étymologique du mot est éclairante et pittoresque.

Un camouflet est en ancien français un chaud mouflet. Chaud, on comprend. Mais mouflet ? Le mot est ancien ! Il désigne d’abord un souffle. On revient à la tradition des fêtes et notamment des carnavals du moyen-âge. Traditionnellement, on soufflait de la fumée à l’aide d’un cornet enflammé. Et la plaisanterie consistait à souffler cette fumée dans le nez de quelqu’un pour le gêner, l’importuner. Surtout pour s’en moquer. On lui faisait pleurer les yeux, on l’aveuglait pendant quelques secondes et le tour était joué.

Est-ce que tout cela a un rapport avec les techniques de camouflage ? Oui bien sûr. Une ancienne technique militaire, inspirée de ces traditions consistait à souffler de la fumée sur la ligne ennemie. Là aussi, on aveuglait l’adversaire pendant un petit moment.

Puis l’idée est venue que cet écran de fumée permettait aussi de cacher ses propres troupes, de les rendre invisibles pendant un temps. Et donc de manœuvrer à son aise. De là cette idée du camouflage : on disparait, on se fond dans le paysage. Et le glissement de sens était d’autant plus facile qu’on pouvait aussi se souvenir d’un vieux mot italien, camufflarer, qui signifie travestir, déguiser.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias