mots-actu_c.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Kim Jong-un a promu sa cadette qui est encore montée d’un cran dans la hiérarchie du pouvoir. Encore un signe du caractère népotique du régime : il s’agit bien d’une dynastie. Kim Jong-un est le fils de son père, et il favorise sa famille quand il ne craint pas trop la concurrence ou la critique : son demi-frère, assassiné en Malaisie sans qu’on soit absolument sûr des motivations de ce meurtre, n’était pas très tendre avec le pouvoir nord-coréen, était fort mal vu par le pouvoir en place en Corée du Nord. Les choses apparemment se passent mieux entre le leader et sa sœur cadette. Sa sœur cadette, c’est-à-dire sa sœur plus jeune que lui. On pourrait dire sa petite sœur : l’expression est courante, mais elle est un peu familière. C’est-à-dire qu’elle n’est pas officielle : on ne l’emploie que dans un discours familial et d’ailleurs légèrement affectif. Mon grand frère, ma petite sœur… des expressions qui s’entendent dans un cercle intime ! Mais le cadet ce n’est pas l’aîné. L’origine du mot est étonnante d’ailleurs : il est de la même famille que chef, que capitaine. Ce qui s’explique par les traditions de la noblesse du sud-ouest en France : les aînés héritaient le nom, le domaine, la richesse familiale. Le suivant n’avait pas grand-chose, et donc faisaient souvent une carrière militaire, devenant officier, capitaine ! Cadet est un mot assez courant, avec souvent un sens figuré : le plus petit, ce qu’on trouve par exemple dans la formule courante : c’est le cadet de mes soucis, c’est-à-dire le dernier, le plus mince.

On a en français un synonyme assez technique, d’un usage peu courant : le puîné, celui qui est né après. Le mot est désuet, avec une allure plutôt archaïque, qui s’applique aux généalogies du passé. En revanche, le mot aîné est resté d’un usage tout à fait courant, bien plus que le substantif qui en dérive, aînesse : on le comprend, mais on ne l’utilise que dans des situations un peu techniques. On pense au droit d’aînesse, celui justement qui réservait au premier-né, au plus âgé, des avantages de succession.

Et puis on a le benjamin : celui qui vient en dernier. Une origine biblique pour le mot : c’était le nom du plus jeune fils de Jacob, avec cette précision que c’était aussi le plus aimé. Mais ce sens n’est plus présent dans l’emploi du mot de nos jours. Et il s’emploie également dans des contextes qui ne sont pas familiaux : on parle du benjamin d’une équipe. Et d’ailleurs on utilise aussi le terme pour désigner l’âge de certains jeunes sportifs : les benjamins, comme on dit les cadets ou les minimes pour ceux qui sont un peu plus vieux.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Cadet

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.