#Français de l’actualité

Botter en touche

mots-actu_b.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Après la démission du conseiller en sécurité de Donald Trump, la Russie botte en touche ! C’est ainsi que RFI commente cette actualité toute récente. En effet, on a accusé Michael Flynn d’avoir eu des relations avec la diplomatie russe, au moment où un scandale éclatait, au moment où Barack Obama, encore président, sanctionnait le personnel diplomatique russe aux États-Unis, soupçonné de favoriser la candidature Trump et de fausser les cartes. Flynn, très lié au candidat Trump, aurait tranquillisé les autorités russes ; leur affirmant que si Trump était élu, ces sanctions pourraient être revues. L’affaire sort aujourd’hui au grand jour et les journalistes américains tâchent de savoir comment les Russes peuvent en témoigner. Mais les Russes justement, embarrassés, ne sont pas pressés de répondre : ils bottent en touche ! C’est-à-dire qu’ils évitent la question, n’y répondent pas directement, parlent d’un autre sujet… Leur embarras semble bien palpable.

L’expression botter en touche tire son origine d’emplois sportifs, et il semble que ce soit le rugby son premier utilisateur. En effet, les touches, les sorties font partie des tactiques de jeu. Elles ne sont pas assimilées à des fautes, comme c’est souvent le cas au football. Alors on parle de touche, ou de sortie, lorsque le ballon sort des limites du terrain, et que cela se produit notamment sur les côtés… Pour assurer une avance confortable, pour mettre fin à une situation embrouillée, souvent au rugby, on donne un bon coup de pied dans le ballon qui franchit les limites du terrain. Plus on entre dans le territoire de l’adversaire, plus la touche est profitable. Et on a ensuite une remise en jeu qui a priori ne favorise aucune équipe. Donc botter en touche est un geste tout à fait admis et souvent opportun au rugby.

Pourquoi botter ? Il s’agit évidemment de donner un coup de pied, d’envoyer le ballon. Mais au rugby, on n’emploie pas l’anglicisme shooter, qu’on entend, qu’on entendait en tout cas, bien plus souvent au football. Botter évoque un bon coup, donner avec une bonne chaussure, qu’on l’appelle ou non une botte. Mais évidemment, le verbe fait penser à une autre expression, familière, ancienne et assez truculente : on parle de botter lorsqu’on donne un coup de pied à quelqu’un. Et bien souvent par-derrière : botter les fesses, botter le derrière, plus fréquemment encore botter le cul. Bien sûr, c’est familier, mais ça s’entend, et ça a la plupart du temps un sens figuré, beaucoup plus abstrait. Se faire botter le cul, c’est se faire sanctionner par quelqu’un qui a l’autorité sur vous, et qui bien sûr s’en sert : mais la sanction n’est pas officielle et elle souvent humiliante : on y devine la colère, l’impatience, un peu de mépris et pas mal de désinvolture.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Botter en touche

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.