#Français de l’actualité

Atypique

mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le responsable de la fusillade de Fort Lauderdale présente, nous dit-on, un profile atypique. Alors, un profil, qu’est-ce que c’est ? À la fois une personnalité et un parcours, disons. Mais pourquoi atypique ? Parce qu’on a bien du mal à le ranger dans une catégorie : apparemment, il ne ressemble pas aux autres meurtriers qui ont pu se rendre coupables de tueries comparables. Et en gros atypique, cela signifie original, qui se démarque de la masse. La construction du mot d’ailleurs est assez éclairante : atypique veut simplement dire qui n’est pas typique. Mais attention, on fait alors référence à un sens particulier de cet adjectif typique : celui qui correspond à un type, à un genre particulier, plus spécialement à un modèle : le Français typique, le retraité typique… Existent-ils ? Non, ce n’est pas sûr, mais ils correspondent au stéréotype, au cliché, à l’image toute faite qu’on construit. Celui qui est atypique, au contraire, il ne correspond pas à cette image. D’ailleurs, il ne correspond pas aux grandes tendances, il n’entre pas dans le moule, on a du mal à l’identifier, à le faire entrer dans des cases, donc à l’étiqueter. Alors cette idée elle n’a rien de spécialement moderne, des atypiques, il y en a toujours eu, de même qu’il y a toujours eu des conformistes. Mais la mode du mot est relativement récente : une vingtaine d’années, un petit plus peut-être, ce n’est pas très vieux pour un mot. Alors bien sûr on l’employait avant, mais assez rarement, et dans des emplois techniques, en médecine en particulier : une maladie atypique, c’est celle qui ne se développe pas conformément à des symptômes, à un calendrier qui sont repérés clairement, nommés, classés… Une fièvre atypique c’est une fièvre imprévisible, on n’en connait pas toujours la cause, on anticipe mal son évolution. Et puis on parle aussi des formes atypiques de certaines maladies, qui ne se conforment pas aux habitudes, à ce qu’on voit… elles ne se conforment pas aux attentes des médecins. On a pu dire cela de certains artistes également… Des atypiques, qui échappent aux écoles où on veut les enfermer, qui ne correspondent pas exactement au style avec lequel ils semblaient pourtant avoir des affinités. Alors, l’adjectif est souvent (mais pas toujours) positif : parce que celui qui est atypique, fréquemment, il passe pour quelqu’un qui est épris de liberté, qui ne se laisse pas dicter sa conduite ni ses idées. Et puis dans les années 80, peut-être par suite du développement de la sociologie, d’une banalisation d’une certaine pensée sociologique, on s’est mis à utiliser ce mot de façon plus étendue : l’atypique c’est celui qu’on ne décrit pas facilement, disons qu’il échappe à la norme.

Alors est-ce qu’il est anormal ? Non, ça c’est tout à fait différent parce que l’adjectif anormal est pratiquement toujours péjoratif, alors qu’atypique, simplement, c’est celui qu’on n’attendait pas là où il est.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Atypique

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.