mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Vous êtes un ange de paix » a dit – parait-il – le Pape à Mahmoud Abbas.

Voilà un compliment étonnant, venant d’un pape et destiné à un homme politique. Comment peut-on l’interpréter ? On peut se souvenir peut-être de l’origine du mot ange.
Angelos, en grec ancien, c’est un messager, celui qui apporte une nouvelle. Et le mot ange, qui appartient d’abord en français au vocabulaire religieux, évoque en premier lieu un être qui est le messager de Dieu, ou qui représente sa puissance, sa volonté. Alors est-ce qu’un ange de paix est celui qui apporte avec lui l’idée de la paix, ou la nouvelle de la paix ? En tout cas l’ange chrétien est un être intermédiaire entre la divinité et les humains. Il peut être parfois terrifiant : l’ange exterminateur, l’ange de la mort.

Mais la plupart du temps l’image de l’ange est associée à une personnalité bonne, bienveillante, et protectrice. C’est par exemple l’ange gardien. Et on peut croire que chacun des humains a ainsi un ange qui veille sur lui.

Mais ce mot d’ange est trop fréquent pour n’appartenir qu’à la sphère religieuse et il sert très souvent à qualifier des hommes ou des femmes.  Il sert d’ailleurs souvent d’appellatif affectueux ou amoureux : on dit « mon ange », comme on dit « mon chéri ». Et le mot peut servir à faire un compliment, un peu convenu peut-être,  en particulier pour remercier quelqu’un : « Oh, tu es un ange ! Tu m’as apporté ça, oh quel ange ! »

Et ce qui est plus étonnant, c’est qu’il peut servir d’intensif, dans certains cas, comme un superlatif dans certains cas. Si quelqu’un est patient, c’est bien. S’il a une patience d’ange, c’est bien plus fort encore : c’est comme s’il avait une patience infinie. Mais cette image angélique, elle ne sert d’intensif, de superlatif, que dans des exemples très positifs, liée à l’amour et à la douceur. Ou parfois à la beauté : il est beau, ou elle est belle comme un ange. Ce qui donne l’idée d’une beauté parfaite, légère, presque surhumaine.

Mais cet ange, on le trouve aussi dans des expressions nombreuses, aux sens variés. Être aux anges par exemple, c’est être dans un état de contentement, de ravissement extrême, parce qu’on a été comblé, on a tout ce qu’on attendait : « oh, après cette soirée, j’étais aux anges ! »

Mais sourire aux anges, c’est différent. C’est sourire sans raison apparente. Sourire tout seul, et non pas à quelqu’un qui est face à vous. On sourit aux anges lorsqu’on a une pensée particulièrement agréable qui vous traverse. Mais ceux qui vous entourent ne savent pas forcément à quoi vous pensez alors, ce qui donne un caractère parfois ironique à l’expression : « ah, tu souris aux anges » ; on sent parfois un tout petit peu de dépit.
Tu souris aux anges, ça veut dire que tu ne me souris pas à moi et que tu souris pour une raison que j’ignore et donc que j’en suis exclu.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Ange

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.