#Français de l’actualité

Journal en français facile 26/11/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 21h00.

François Bernard : Bonsoir. Il est l'heure de votre Journal en français facile et c'est Zéphyrin Kouadio qui le présente avec moi ce soir. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir François, bonsoir à toutes et à tous.

FB : Dans l'actualité de ce vendredi 26 novembre, le nouveau variant du Covid, détecté pour la première fois en Afrique australe, a été classé « préoccupant » par l'Organisation mondiale de la santé.

ZK : À trois jours de la reprise des négociations nucléaires de Vienne, l'Iran affirme que sans la fin des sanctions américaines, les négociations ne pourront aboutir.

FB : Un couvre-feu nocturne est entré en vigueur à Honiara, la capitale des îles Salomon, après une troisième journée d'émeutes.

-----

FB : Une équipe de scientifiques sud-africains a annoncé hier la découverte d’un nouveau variant du Covid. Un variant jugé « préoccupant » à cause de ses nombreuses mutations. Agnès Rougier.

Le variant B.1.1.529 a été détecté en Afrique du Sud. Ses premiers signes ont été trouvés il y a deux jours. Sa caractéristique principale est le nombre élevé de mutations qu’il porte. Mais le professeur Tulio de Oliveira, l’un des responsables des recherches, ignore encore l’impact qu’elles peuvent avoir. Certaines mutations sont déjà connues, et il craint que ce variant ne s’avère, je cite, « plus contagieux et mieux armé pour tromper les défenses immunitaires du corps humain », a-t-il déclaré sur le site d’information sud-africain, le Daily Maverick. Le nouveau variant compte au moins 32 mutations sur la protéine Spike, la partie qui s’accroche aux cellules de notre corps, c’est- à-dire 30 de plus que le variant Delta, très contagieux. Pour l’heure, quelques dizaines de cas ont été découverts en Afrique du Sud, au Botswana, un à Hong Kong et un en Israël, à chaque fois sur des voyageurs en provenance du sud du continent africain. Depuis le début de l’épidémie, de nouveaux variants apparaissent et la crainte est toujours qu’ils réduisent l’efficacité des vaccins, or ce variant semble radicalement différent de la souche de Wuhan, qui a servi de base à la conception des vaccins.

FB : Agnès Rougier.

La Belgique annonce être le premier pays européen à détecter un cas, et l'Union européenne recommande de suspendre les voyages vers l'Afrique australe.

ZK : L'identification de ce nouveau variant a également été détecté à Hong Kong, un en Israël sur une personne revenue du Malawi.

FB : Par ailleurs, à Paris un arrêté rend le port du masque à nouveau obligatoire à l'extérieur de certains lieux de la capitale : les festivals, les marchés, incluant les marchés de Noël. Sont également visés les abords des établissements scolaires ou universitaires, les lieux de culte et les files d'attente.

ZK : Le gouvernement annonce également qu'il repousse la mise en œuvre de l'obligation vaccinale des soignants et pompiers en Guadeloupe et en Martinique au 31 décembre.

FB : Les autorités tentent de mettre fin aux violences qui ont fait dix blessés, dans ces deux départements d'outre-mer, dont un grièvement parmi les forces de l'ordre.

À trois jours de la reprise des négociations nucléaires de Vienne, l'Iran vient de durcir le ton et affirme que sans la fin des sanctions américaines, les négociations n'ont aucune chance d'aboutir. Siavosh Ghazi est à Téhéran pour RFI.

C'est un net durcissement à la veille des négociations de Vienne. Allant dans le même sens que le principal négociateur nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Saïd Khatibzadeh a affirmé que l'Iran exigeait la fin de toutes les sanctions américaines comme condition pour le succès des négociations avec les grandes puissances : « Toutes les sanctions américaines doivent être levées d'un seul coup, de manière effective et vérifiable et avec des garanties. La position de la République islamique est claire, ferme et logique. » De son côté, le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, a rejeté la demande de l'AIEA, des pays européens mais aussi des États-Unis, pour que l'agence puisse surveiller les activités de l'Iran dans le site nucléaire de Karaj, à une cinquantaine de kilomètres de Téhéran : « À Karaj, nous n'avons pas de produits nucléaires. Nous y produisons des centrifugeuses pour faire de l'enrichissement. Nous n'avons pas à déclarer que nous y produisons des centrifugeuses modernes et en grand nombre. Nous ne demandons la permission de personne et c'est notre droit selon l'article 4 du Traité de non-prolifération. » Dans ces conditions, les négociations entre l'Iran et les grandes puissances qui doivent reprendre lundi à Vienne s'annoncent plutôt difficiles. Siavosh Ghazi, Téhéran, RFI.

FB : En Iran encore, des heurts ont opposé la police à des manifestants à Ispahan, dans le centre de l'Iran. Les manifestants ont incendié du mobilier urbain lors d'un rassemblement contre l'assèchement d'une rivière.

ZK : Le Premier ministre arménien et le président d'Azerbaïdjan se sont accordés, lors d'une rencontre en Russie, pour apaiser leurs tensions et résoudre leurs différends après la guerre qui les a opposés en 2020.

FB : Honiara, la capitale des îles Salomon, un archipel du Pacifique où vivent un peu plus de 700 000 mille habitants, est le théâtre d'émeutes violentes depuis mercredi. Les manifestants réclament la démission du Premier ministre.

ZK : Ils lui reprochent une distribution inégalitaire des ressources du gouvernement. Mais aussi son choix d’établir des relations diplomatiques avec la Chine en 2019, au détriment de Taïwan.

FB : À Sydney, la correspondance de Grégory Plesse.

Un commissariat et une école brûlée, mais aussi des manifestants qui font le siège du Parlement. Deux jours après le début d’émeutes que personne n’avait vu venir, le climat reste tendu à Honiara. C’est l’avis d’un des rares Français vivant sur place, qui souhaite rester anonyme : « Ça reste très agité. La manufacture de tabac, filiale de British American Tobacco, a été pillée ce matin. Et la maison du Premier ministre qui se trouve près de l’aéroport a été brulée également. » C’est aussi le cas de dizaines de commerces chinois qui ont été pillés et incendiés, victimes collatérales d’après le Premier ministre, du choix de ce dernier d’établir des relations diplomatiques avec la Chine en 2019, au détriment de Taïwan. Mais pour Alexandre Dayant, chercheur spécialiste du Pacifique à l’Institut Lowy, c’est aussi la politique intérieure qui est en cause. Et notamment la discrimination dont les habitants de l’île de Malaita se disent victimes. Ils représentent l’essentiel des manifestants : « Malaita, c’est l’État le plus peuplé, c’est aussi l’un des poumons économiques. Mais qui se sent très souvent, mis de côté lorsqu’on parle de projets nationaux et de projets de développement du pays. » L’Australie a, elle, dépêché une centaine de policiers et de militaires afin de rétablir l’ordre. Grégory Plesse, Sidney, RFI.

FB : Un couvre-feu nocturne est entré en vigueur ce soir à Honiara, la capitale du pays.

Une page économie dans ce journal. Apple et Google sont mis à l'amende pour la somme de 20 millions d'euros par le gendarme de la concurrence italien.

ZK : Les deux géants du numérique ont été sanctionnés pour leurs pratiques commerciales, notamment l'utilisation des données de leurs clients. Patricia Lecompte.

10 millions pour Apple et 10 millions pour Google. C'est le montant de la sanction que l'antitrust italien vient d'infliger aux deux firmes américaines, au motif que chacune a « violé deux fois le code de la consommation ». La première fois en ne fournissant pas suffisamment d'informations à leurs consommateurs. L'antitrust « a établi que les deux géants américains n'ont pas donné d'informations claires et immédiates sur l'acquisition et l'utilisation de leurs données à des fins commerciales ». La seconde fois pour « pratiques agressives dans l'exploitation des données de leurs clients ». Il est reproché à Google, lors de la création d’un compte, d'avoir installé « l'acceptation par l'internaute du transfert et de l'utilisation de ses données », sans ensuite offrir la possibilité de changer d'avis. Quand à Apple ses promotions sont automatiquement liées au partage des données à des fins commerciales. Cette décision italienne intervient alors que Bruxelles cherche à mieux réguler les géants du numériques dans le monde. Les pays de l'Union européenne intensifient les sanctions financières contre les firmes américaines. Déjà, la semaine dernière, l'antitrust italien a infligé une amende de 200 millions d'euros à Amazon et Apple pour pratique anti-concurrentielle.

FB : Patricia Lecompte.

Au chapitre sportif, sachez que l'ancien patron du football mondial Sepp Blatter a été entendu comme témoin dans une enquête de la police française. Cette enquête concerne la corruption sur l'attribution controversée du Mondial 2022 au Qatar, dossier qui avait valu une garde à vue à son ancien conseiller Michel Platini.

ZK : Football encore. Le Portugal de Cristiano Ronaldo ou l'Italie championne d'Europe en titre : au moins l'une de ces deux équipes ne jouera pas le Mondial 2022 au Qatar.

FB : Le tirage au sort des barrages les a placés dans le même mini-tournoi à quatre fin mars. L’Italie ou le Portugal, l'un de ces deux pays sera donc éliminé.

C'est tout pour le Journal en français facile de ce vendredi. Merci et à demain.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias