#Français de l’actualité

Journal en français facile 24/10/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : À l’écoute de RFI, merci de nous écouter où que vous soyez sur la planète. Il est tout juste 20h en temps universel et à Conakry, 22h à Paris. Avec Sylvie Berruet ce soir pour vous présenter le Journal en français facile. Bonsoir Sylvie. 

Sylvie Berruet : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous. 

AD : Et au sommaire de ce 24 octobre : les élections américaines, Donal Trump a voté aujourd’hui et nous serons en Floride. 
 
Dans l’actualité aussi, cette nouvelle attaque verbale du président turc contre Emmanuel Macron. Erdogan met en cause « la santé mentale » du président français. L’Élysée dénonce des propos « inacceptables ».
 
En Guinée, de la politique. Avec 59% des voix, Alpha Condé déclaré vainqueur de l'élection présidentielle. Son opposant Cellou Dalein Diallo, a annonce contester les ressauts devant la justice. 
 
Et puis enfin un mot de sport dans ce journal. Rugby, France-Pays de Galles c’est la mi-temps à l’heure actuel et les bleus mènent 21/13. Voilà pour les titres soyez les bienvenues.
 
 ------
 
SB : Aux États-Unis, plus que 10 jours avant l’élection présidentielle.
 
AD : Donald Trump a voté aujourd’hui en Floride. Un vote de manière anticipé c’est-à-dire avant la date officielle de l’élection, ce qui est autorisé aux États-Unis et comme l'on déjà fait 55 millions d'électeurs. Un président sortant à la traine dans les sondages et il veut garder le rythme dans cette campagne après avoir voté ce matin il enchaine 3 meetings dans la journée. C'est un sujet de Loubna Anaki.
 
« J’ai voté pour un type qui s’appelle Trump », annonce le président aux journalistes à la sortie de l’urne. Donald Trump était dans une bibliothèque à Palm Beach, en Floride, pour déposer son vote anticipé. Rejoignant ainsi plus de 50 millions d’Américains qui ont déjà voté, comme le permet la loi. Mais le président en a profité pour critiquer une nouvelle fois le vote par correspondance dont il met souvent en doute la fiabilité. « Mon vote s’est bien passé, bien plus sûr que quand vous envoyez votre bulletin par courrier. Tout était parfait, très stricte, dans le respect des règles. Quand vous envoyez votre bulletin par la poste, vous ne pouvez pas être sûrs. » Portant un masque et une cravate rose flamboyante, le président a également affirmé être confiant quant à l’issue de l’élection. Même si les sondages le donnent toujours à la traîne face à Joe Biden. « Il y a beaucoup d’engouement ! Je crois qu’on est très bien en Floride, et qu’on s’en sort très très bien partout ailleurs ! » À 10 jours du scrutin, le président intensifie ses meetings. Cet après-midi, il se rend dans 3 états différents : la Caroline du nord, l’Ohio et le Wisconsin.
 
AD : Son rival démocrate Joe Biden a de son côté poursuivi sa campagne en compagnie de son épouse en Pennsylvanie.
 
SB : En Afghanistan : Le groupe État islamique revendique l'attentat contre un centre éducatif à Kaboul.
 
AD : C’est un attentat suicide. L'explosion s'est produite en fin d'après-midi près d'un établissement proposant des formations pour étudiants, au moins dix-huit personnes ont été tuées et 57 autres sont blessées.
 
SB : Venons-en à cette crise diplomatique entre la France et la Turquie !
 
AD : Le président turc met en cause « la santé mentale » d'Emmanuel Macron, l’Élysée dénonce des propos « inacceptables ». C'était à la télévision turque il y a quelques heures, Recep Tayyip Erdogan s'en prend au président français avec virulence au sujet de l'islam.  Il y a deux semaines, le président turc avait vu comme une provocation les déclarations du président français sur le « séparatisme islamiste » et la nécessité de « structurer l'islam » en France. Réaction de Paris : « Nous n'entrons pas dans des polémiques inutiles et n'acceptons pas les insultes » enfin l’Élysée annonce le rappel de l'ambassadeur de France à Ankara. 
 
En Guinée,  la commission électorale a proclamé les résultats de l'élection présidentielle donnant vainqueur : Alpha Condé, avec plus de 59% des voix. Son principal rival, Cellou Dalein Diallo, conteste ce résultat il a lui obtenu 33,5% toujours d'après la Céni. L’annonce de ces chiffres a entraîné immédiatement des violences à Conakry.

SB : Deux présidents à l'isolement Adrien.
 
AD : Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s'est mis « volontairement » à l'isolement pendant cinq jours après la possible contamination par le coronavirus de plusieurs hauts responsables de la présidence. Et puis le président polonais est lui aussi en quarantaine, âgé de 48 ans, Andrzej Duda a été testé positif au coronavirus.
 
SB : La Pologne par ailleurs, où plusieurs milliers de personnes protestent contre d'une décision de justice sur l’avortement.

AD : Dès hier soir, près de 10 000 manifestants se sont rassemblés dans les rues de la capitale , Varsovie. Ils s’opposent à une interdiction du droit à avorter dans le pays. La mobilisation a continué aujourd’hui. Cette fois-ci, plusieurs centaines de personnes ont décidé de se réunir devant les locaux du parti au pouvoir. C’est un Reportage Sarah Bakaloglou.
 
Deux jours après la décision du tribunal Constitutionnel, Krystina Kacpura est toujours sous le choc. La directrice de la Fédération pour les femmes et le planning familial en Pologne ne manque pas de mots pour décrire son émotion. « Frustrée, épuisée, brisée… Je n’arrive pas à croire que cela arrive en Pologne, membre de l’Union européenne. C’est une vraie tragédie pour les femmes, en particulier celles vivant dans les villages, sans emploi, et sans argent. Parce que les femmes aisées, elles se débrouilleront. Mais pour les autres ? » Car désormais, l’avortement ne reste qu’autorisé suite à un viol, ou en cas de danger pour la vie de la femme. Une décision dont est responsable le parti au pouvoir, dénonce Monika. Cette polonaise est venue manifester contre le gouvernement. « Ce n’est pas seulement à propos de l’avortement, c’est à cause de la manière dont le gouvernement pendant la nuit nous retire nos droits. C’est la manière dont ils le font, la manière dont ils nous traitent. Depuis que le parti droit et justice est au pouvoir, on manifeste toujours pour les mêmes choses : les droits des femmes, les LGBT et les réfugiés. » La jeune polonaise confie songer sérieusement à quitter la Pologne tout comme beaucoup de ses amies. Sarah Bakaloglou, Varsovie, RFI. 
 
SB : En France, c’est une affaire qui avait fait grand bruit en août dernier. Une jeune fille bosniaque et musulmane avait été frappée et tondue par sa famille car elle était amoureuse d'un serbe chrétien.
 
AD : Et bien cette famille vient d'être expulsée de France, annonce ce samedi du ministère de l'intérieur. Les précisions de Simon Rozé. 
 
Ils sont 5, les parents, et trois frères et sœurs de cette jeune fille à avoir été expulsés vers Sarajevo ce samedi matin. Reconduits, selon les termes du communiqué publié par le ministre de l'intérieur Gerald Darmanin qui précise que c'est en raison du comportement inadmissible de cette famille en aout dernier. La jeune fille avait en effet été frappée et tondue car elle fréquentait un jeune serbe chrétien, ses blessures étaient graves : plusieurs côtés cassées, et une incapacité temporaire de travail de 14 jours. Cette expulsion intervient le lendemain du procès où les parents ont été condamnés à un an de prison dont 8 mois fermes et à une interdiction de territoire français de 5 ans. Elle ne satisfait cependant pas l'avocate de la victime : elle regrette la méthode employée, car cette famille avait déjà pour projet de rentrer en Bosnie Herzégovine, projet avorté à cause de l'épidémie de Covid-19. En conséquence, la jeune fille n'a pas pu leur dire au revoir. Elle, va rester en France, prise en charge par l'aide sociale à l'enfance, elle obtiendra un titre de séjour dans un an, à sa majorité.
 
AD : Sport, Rugby. Ça faisait bien longtemps que l'on n'avait pas vu l'équipe de France, ce soir les hommes de Fabien Galtié sont opposés au Pays de Galles. La rencontre se joue au stade de France, un stade sans spectateur pour cause de coronavirus. Mais Eric Chaurin pour RFI est dans les tribunes pour nous faire vivre ce match. 

[Transcription manquante]

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias