#Français de l’actualité

Journal en français facile 20/05/2022 20h00 GMT

Studio RFI
FRANCE : le nouveau gouvernement a été formé ; et autres nouvelles.

Transcription

Adrien Delgrange : Bienvenue à tous où que vous soyez sur la planète. Merci d’écouter RFI, il est 22h en temps universel, 20h à Paris. L'heure de votre Journal en français facile. Avec Zéphyrin Kouadio pour vous le présenter, bonsoir Zéphyrin. 
 
Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous.
 
AD : Nous sommes le 20 mai, au sommaire de cette édition : en France, tout d’abord, un nouveau gouvernement a été formé aujourd'hui. Présentation de la nouvelle équipe, mais aussi réactions des opposants politiques dans un instant.
 
ZK : Près de 3 mois après le début de la guerre en Ukraine, à Marioupol, l'armée russe dit avoir « entièrement libéré » l'usine Azovstal.

AD :  Nous parlerons dans ce journal d’un réacteur nucléaire nouvelle génération, l'EPR de l'entreprise française EDF, qui prend du retard.  
 
Et puis enfin en Allemagne, une tornade fait au moins 30 blessés. Voilà pour les titres soyez les bienvenus. 

------

ZK : Et en France, Adrien, un nouveau gouvernement a donc été dévoilé.
 
AD : Plusieurs ministres, Zéphyrin, gardent leur poste comme par exemple Bruno Le Maire à l'Économie, Gérald Darmanin à l'Intérieur ou encore Éric Dupont Moretti à la Justice. Il y a aussi quelques surprises : l'arrivée de l'historien Pap Ndiaye à l'Éducation nationale et à la jeunesse, de la chiraquienne Catherine Colonna aux Affaires Étrangères qui succède à Jean-Yves Le Drian. La nouvelle ministre de la Culture est fronco-libanaise, elle s'appelle Rima Abdul-Malak. 

ZK : Invitée du journal de TF1, la Première ministre, Élisabeth Borne, a donc présenté un gouvernement paritaire, c’est-à-dire un gouvernement comprenant 14 hommes et 14 femmes.

« C'est d’abord un gouvernement qui paritaire, je pense que c’est important. Et puis c’est un gouvernement qui est équilibré entre certains qui étaient déjà ministres ces dernières années et puis des nouvelles figures qui ont été choisi par ce qu’elles sont compétentes et engagées. Il y a aussi des personnalités qui viennent de la gauche, du centre, de la droite, des personnes qui n’avaient pas d’engagement politique jusqu’à présent, mais qui partagent la volonté de mettre en œuvre le programme pour lequel Emmanuel Macron a été réélu et de le faire au service de la France et des Français ».

AD : Élisabeth Borne, la Première ministre, chez nos confrères de TF1. Sur ces 28 membres du gouvernement, nous retiendrons aussi les nominations d'Amélie de Montchanin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, du ministre des Armées, Sébastien Lecornu et puis encore le ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées : Damien Abad.
 
ZK : Parmi les nouvelles figures, parmi les personnalités qui font leur entrée au gouvernement : Chrysoula Zacharopoulou.
 
AD : Elle a 46 ans, elle hérite du ministère du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux. En 2021, elle a aussi été la lauréate du Prix de la femme d'influence politique. Son portrait, avec vous, Bineta Diagne.  

Née à Sparte, en Grèce, Chrysoula Zacharopoulou est une europhile convaincue. Elle fait ses études en Italie, avant de s'installer en France en 2007. Elle exerce comme chirurgienne et comme gynécologue. Son combat : la lutte contre l'endométriose. Et c'est à travers cette question que Chrysoula Zacharopoulou gravite progressivement autour des cercles politiques. En 2015, elle a créé l'association, « Info-endométriose », pour sensibiliser la société et les médias à cette maladie méconnue du grand public. Son engagement séduit la toute jeune « République en marche ». La voilà propulsée au moment des européennes de 2019. Elle siège, depuis, au Parlement européen, tout en exerçant à l'hôpital un jour par semaine. Cette parlementaire se définit comme une « humaniste », largement influencée par les écrits de l'avocate Gisèle Halimi. Depuis avril 2021, Chrysoula Zacharopoulou coprésident le conseil des actionnaires de l'initiative Covax, ce programme initié par l'Organisation mondiale de la Santé pour lutter contre la fracture vaccinale.  

ZK : Voilà, portrait signé Nineta Diagne. Et puis, la classe politique, Adrien, a largement réagi à l'annonce de ce nouveau gouvernement français.
 
AD : En partant de la gauche, le Parti Communiste Français pour Fabien Roussel. « On prend les mêmes et on recommence ! 4 semaines pour un jeu de chaises musicales. Le vrai changement, ce sera le vote des Français aux législatives ». Au Parti socialiste, Olivier Faure, qui ironise. Le Premier secrétaire du PS déclare « Emmanuel Macron a eu raison de nous faire attendre si longtemps, ça valait vraiment la peine. On attend maintenant le projet, si possible avant le 12 juin ». Pour le secrétaire national d’Europe Écologie les Verts, Julien Bayou : « le Gouvernement d'Élisabeth Borne : est un gouvernement de droite qui se moque complètement de l'écologie et du social. » Julien Bayou tacle Amélie De Montchalin (nommée ministre de la Transition écologique), qui pour lui n'a jamais manifesté le moindre intérêt pour l'écologie.  
 
ZK : Et puis à l'extrême droite aussi, Adrien, des réactions.

AD : Éric Zemmour qui concentre sa première pique, critique, sur le nouveau ministre de l'Éducation national et de la jeunesse, Pap Ndiaye. Pour le chef de file de Reconquête, « Emmanuel Macron avait dit qu'il fallait déconstruire l'Histoire de France. Pap Ndiaye va s'en charger ». Enfin au Rassemblement National, pour le président Jordan Bardella, ce gouvernement : « ce sont des macronistes pur jus reconduit malgré leur échec. C'est un gouvernement de l'entre-soi, froid et technocratique ». Fin de citation.
 
ZK : Sachez enfin que la liste complète de ce nouveau gouvernement français est à retrouver sur notre site www.rfi.fr. La guerre en Ukraine à présent, les signaux sur le terrain l'avaient montré depuis quelques jours, l’armée russe et les forces pro russes ont fortement renforcé leur présence dans la république pro russe de Lougansk.
 
AD : Et de son côté, ces derniers jours, les forces ukrainiennes alertaient sur « un enfer » dans cette région du Donbass. Ce matin, Anissa el Jabri, le ministère de la Défense russe annonce que la totalité de ce territoire « sera bientôt sous contrôle ». 

Les forces russes et séparatistes pro russes seraient même déjà entrées dans Severodonetsk. Sur une chaîne télégram liée aux forces séparatistes a été publié, en fin de matinée, une vidéo de leurs soldats à l’intérieur de la ville. Plusieurs observateurs pariaient pourtant pour un siège comparable à Marioupol sur cette ville verrou sur la route de Sloviansk et Kramatorsk. C’est à confirmer, mais en tout cas, cette fois, on est bien depuis plusieurs jours sur une accélération de la Russie dans cette phase de l’opération spéciale, comme dit le Kremlin, dédiée au Donbass. Selon le ministre de la Défense russe, dans une réunion retransmise à la télévision, la conquête de la région de Lougansk est presque achevée. Et encore, selon Sergueï Shoigu, les forces russes sont ralenties par la présence de civils dans des localités peuplées. L’autre région du Donbass pro russe se prépare depuis mercredi déjà. Elle aussi a une accélération. Il a été demandé aux civils du nord de l’agglomération de Donetsk d’évacuer. Cette zone est sous le feu d’Avdiivka, une ville fortifiée forteresse. Les autorités anticipent un déluge de missiles en réaction à une attaque. Anissa el Jabri, Moscou, RFI.

AD : Et puis toujours selon le ministère russe de la Défense, au total près de 2 000 militaires ukrainiens retranchés sur le site d’Azovstal, à Marioupol, se seraient rendus.
 
ZK : Et un de plus, Adrien, l'entreprise française EDF annonce un nouveau retard sur l'un de ces projets EPR.  
 
AD : La fin du chantier de construction de deux réacteurs nucléaires de nouvelle génération à Hinkley Point en Angleterre est repoussé d'un an. L'unité ne devrait pas commencer à produire de l'électricité avant juin 2027. Pauline Gleize, pourquoi ce nouveau retard ?  

La pandémie de Covid-19 : voilà la coupable. EDF souligne que les travailleurs, les ressources et la chaîne d'approvisionnement ont été mis à rude épreuve et leur efficacité limitée au cours de ces deux ans de crise sanitaire. S'ajoute à cela, l'augmentation du volume d'études et de travaux de génie civils. Et comme souvent, nouveau retard rime avec coûts supplémentaires ! Il faudra compter au moins 3 milliards de livres de plus que prévu. Par rapport à la facture initiale, le surcoût est encore plus impressionnant. EDF chiffre désormais le projet à 25/26 milliards de livres sterling de 2015, contre 18 milliards lors du feu vert de Londres en 2016. Cela n'est qu'un des nombreux cailloux qui s'accumulent dans la chaussure d'EDF sur ses EPR. À Flamanville, le chantier a déjà pris 11 ans de retard et son cout a quasiment quadruplé. Par ailleurs, l'un des deux EPR chinois est à l'arrêt depuis juillet dernier pour des problèmes techniques. Malgré les controverses, ces réacteurs nouvelle génération reste, en France, au cœur de la stratégie énergétique d'Emmanuel Macron.  

AD : Pauline Gleize. Et c’est avec vous Pauline que se referme ce Journal en français facile. Merci Zéphyrin Kouadio. 

ZK : Merci à vous Adrien. 

AD : Un journal à retrouver quand vous voulez sur notre site internet rfi.fr

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias