#Français de l’actualité

Journal en français facile 20/02/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loic Bussières : 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile que je vous présente en compagnie d’Aurélien Devernoix. Bonsoir Aurelien.

Aurelien Devernoix : Bonsoir Loïc, bonsoir à tous.

LB : À la une : une double fusillade aux motivations xénophobes, en Allemagne. 9 personnes, dont plusieurs d’origine kurde, ont été tuées à Hanau. Angela Merkel dénonce le « poison du racisme ». 

AD : Nous irons en Iran également dans ce journal à la veille des élections législatives. Un scrutin qui pourrait ne pas mobiliser les électeurs. C’est ce que l’on verra avec notre envoyée spéciale à Téhéran.

LB : Et puis nous reviendrons également sur la hausse des échouages de dauphins sur la côte Atlantique française. Pour les ONG, ce sont les méthodes de pêche qui sont responsable.

------

AD : Angela Merkel dénonce « le poison » du racisme après l’assassinat la nuit dernière de neuf personnes lors d’une double fusillade dans des bars à chichas de Hanau, près de Francfort.

LB : Des attaques aux « motivations xénophobes » estime le parquet fédéral allemand qui s’est saisi de l’enquête. Le suspect a été retrouvé mort à son domicile. Les policiers notamment découvrent une vidéo dans laquelle il parle de « peuples à éliminer ». Ce soir, plusieurs rassemblements de soutien aux victimes se tenaient à Berlin, et à Hanau, la ville du drame où l’on retrouve notre envoyé spécial Pascal Thibault.

« Nous sommes solidaires, nous ne nous laissons pas intimider, nous ne nous laissons pas diviser ». Le président de la République Frank-Walter STeinmeier a comme les autres orateurs de la cérémonie sur la place principale de Hanau souligner l’importance d’un tel rassemblement pour contribuer au travail de deuil, mais aussi pour montrer que l’Allemagne fait front. La place était noire de monde. Certains tenaient des bougies à la main ou des portraits des victimes. D’autres arboraient des drapeaux d’organisations antifascistes ou de syndicats. De nombreux étrangers émus étaient présents, parmi eux de nombreux musulmans, doublement sous le choc après des fusillades dont les victimes étaient toutes des étrangers, notamment des Turcs et des Afghans. Un jeune couple d’origine turque a fait le déplacement et regrette que les autorités ne fassent pas suffisamment pour lutter contre l’extrême-droite. Un jeune Allemand, sous le choc, un bouquet de fleurs à la main, doit s’interrompre à plusieurs reprises pendant qu’il me parle. Il ne peut retenir ses pleurs. Pascal Thibaut Hanau RFI.

AD : À la une également, les législatives en Iran. On vote demain vendredi, dans tout le pays.

LB : Des élections très suivies, mais qui pourraient ne pas mobiliser les électeurs. Des milliers de candidatures ont été invalidés dont une grande partie de réformateurs ce qui donne donc l’avantage aux conservateurs. Aujourd’hui une partie de la population notamment les jeunes craint que ces élections n’éloignent un peu plus encore l’Iran du reste de la communauté internationale. Oriane Verdier.

Oui beaucoup d’habitants de Téhéran m’ont confié leur tristesse et leur amertume de voir des pays comme la France tourner le dos à l’Iran. Ils le savent si les conservateurs remportent ces élections et aborde la présidentielle de l’année prochaine en confiance, les choses risquent de ne pas s’arranger sur le plan international. Les Iraniens sont les premiers impactés par les sanctions américaines et le durcissement de discours entre l’Iran et l’Europe. Cela influe bien sûr tout d’abord sur la situation économique au quotidien, mais aussi sur les opportunités pour la jeunesse notamment de découvrir le monde. Mais finalement que les conservateurs gagnent demain ou non, les regards se tournent vers une autre élection qui semble aux yeux de certains bien plus décisives : celle de la présidentielle Américaine qui aura lieu dans un peu plus de 9 mois. Certains gardent espoir qu’un candidat démocrate ouvre à nouveau la voie de la négociation d’autres n’osent plus espérer, et parient sur une réélection de Donald Trump.

LB : Justement, concernant la présidentielle aux États-Unis, le milliardaire et ex-maire de New York, Michael Bloomberg participait hier à son premier débat télévisé. Bloomberg, qui espère être désigné par les démocrates pour affronter Donald Trump en novembre prochain, a passé une soirée difficile. Ses adversaires critiquant notamment les 400 millions de dollars dépensés pour promouvoir sa candidature sur internet et à la TV. Pour le moment, c’est le sénateur Bernie Sanders qui a la faveur des sondages pour la primaire démocrate.

AD : On reste aux États-Unis, c’est aujourd’hui jeudi que la Californie doit présenter ses excuses officielles pour son rôle dans l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire américaine.

LB : En l’occurrence l’internement dans des camps de milliers de Nippo-Américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement fédéral s’était excusé en 1988 pour ces internements forcés, qui ont duré jusqu’en 1945, et a accordé des dédommagements aux rescapés. Stefanie Schüler.

Les élus californiens se prononcent ce jeudi sur une résolution. Le texte présentera les excuses officielles de cet État pour sa responsabilité dans ce qui est qualifié d’« incarcération injuste » des Nippo-Américains et pour avoir échoué à « défendre leurs libertés et leurs droits civils » pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 7 décembre 1941, l’attaque-surprise des forces japonaises contre la base américaine de Pearl Harbor exacerbe le sentiment anti-japonais aux États-Unis. Deux mois plus tard, en février 1942, le président américain Franklin D. Roosevelt ordonne par décret l’expulsion de quelque 120 000 Américains d’origine japonaise de leurs foyers. Ils sont déportés dans dix centres d’internement : des baraquements en bois, souvent en plein désert, entourés de barbelés et de miradors. Ces prisonniers doivent attendre la fin de la guerre pour être libérés. À leur sortie, on leur donne un billet de bus, et 25 dollars. Présenter des excuses officielles est particulièrement important aujourd’hui, a déclaré l’élu à l’origine de la résolution soumise au vote ce jeudi. Al Muratsuchi estime que l’histoire se répète : « les enfants de migrants sont détenus dans des cages », rappelle-t-il, « et séparés de leurs familles ».

AD : En bref, un sommet européen extraordinaire à Bruxelles ce soir.

LB : Les 27 chefs d’état et de gouvernement sont réunis pour discuter le budget de l’union des années 2021 à 2027. Le premier sans la contribution de la Grande-Bretagne pour cause de Brexit. Les discussions s’annoncent longues et serrées entre des pays attachés à leurs sources de financement comme la PAC, la politique agricole commune ou les fonds structurels européens, et ceux qui souhaitent une dépense minimale, dans un contexte où il faut désormais se passer de la contribution britannique.

AD : En France, la 10e journée interprofessionnelle contre le projet de réforme des retraites marquée par une baisse de la mobilisation.

LB : 92 000 manifestants dans toute la France selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur. Nettement plus selon les syndicats qui ne comptent pas abandonner le mouvement entamé le 5 décembre. « C’est grâce à lui qu’il y a un tel débat à l’Assemblée nationale », fait valoir Philippe Martinez, le leader de la CGT.

AD : Cet autre chiffre pour refermer cette édition : 600. C’est le nombre de dauphins ou marsouins retrouvés morts sur la côte Atlantique française depuis le début de l’année.

LB : Les échouages de petits cétacés n’y ont jamais été aussi nombreux. L’ONG Sea Sheperd observe cette situation de près et apporte souvent les cadavres de ces cétacés aux scientifiques. Pour ces militants, ce sont les méthodes de pêche qui sont responsable de cette situation, Christine Siebert.

En additionnant tous les filets des bateaux qui pêchent le long de la façade atlantique, on arrive à un chiffre impressionnant, 40 000 kilomètres de filets selon l’ONG Sea Shepherd. Et ces filets sont fatals pour les dauphins, souligne Lamya Essemlali, la présidente de cette ONG. [...] Pour Lamya Essemlali, il faut prendre des mesures radicales [...] Dans un premier temps, il faut, selon l’ONG, installer des caméras sur les ponts des navires pour savoir exactement ce que les différents bateaux capturent. Une mesure qui a fait ses preuves en Australie, mais à laquelle les pêcheurs français s’opposent avec véhémence. 

AD : La mort du journaliste français Jean Daniel. Il était le cofondateur de l’hebdomadaire français le Nouvel Observateur et en était resté longtemps le directeur.

LB : Il avait 99 ans. Les hommages de grandes figures de la presse française se sont multipliés tout au long de la journée, y compris de la part de celles et ceux qui ne partageaient pas ses idées.

LB : Un mot de rugby, avec la composition du XV de France qui affrontera le Pays de Galles, samedi, à Cardiff. Le sélectionneur Fabien Galthié reconduit pour l’essentiel les vainqueurs de l’Italie. Seul changement : la titularisation à l’aile de Gaël Fickou, habituel 3/4 centre an remplacement du Rochelais Vincent Rattez.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias