#Français de l’actualité

Journal en français facile 18/06/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 21 heures.

François Bernard : Bonsoir à tous. Merci de nous rejoindre pour votre Journal en français facile. C'est Zéphyrin Kouadio qui va le présenter avec moi, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir François, bonsoir à toutes et à tous.

FB : Dans l’actualité de ce vendredi 18 juin, l'Iran élit son nouveau président. On s'attend à la victoire du candidat conservateur Ebrahim Raïssi.

ZK : Angela Merkel reçoit Emmanuel Macron à dîner : la situation sanitaire et la nécessité d’une harmonisation entre les pays européens sont au menu des discussions.

FB : Cette déclaration du Premier ministre britannique Boris Johnson : sa priorité est « la santé publique », alors que l'UEFA envisage de déplacer à Budapest des matchs de l'Euro prévus à Londres.

ZK : Le geste de Cristiano Ronaldo, qui a enlevé deux bouteilles de Coca-Cola, sponsor de l'Euro, pour les remplacer par de l'eau, continue de provoquer des réactions.

-----

FB : Les Iraniens choisissent un nouveau président. Le scrutin s'est poursuivi sans incident.

ZK : Les électeurs ont à choisir entre quatre candidats, la majorité des candidatures ayant été rejetées en amont.

FB : Le grand favori est l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi, son principal rival est Abdolnaser Hemmati, seul candidat réformateur.

ZK : Notre envoyée spéciale Oriane Verdier s'est rendue dans les bureaux de votes de Téhéran. On écoute son reportage.

Dans une petite mosquée, une vingtaine de personnes est dispersée autour des urnes. Ici, il n'y a pas d'isoloir. Sur une table, un trentenaire rempli son bulletin de vote : « Moi, je vote pour le réformateur Abdolnaser Hemmati. Ma famille est composée d'une vingtaine de personne. Ils ont tous voté lors des précédentes élections. Mais cette année, nous n'étions que deux à voter, ma sœur et moi. Et je comprends qu'ils ne votent pas. Mais moi je refuse de me laisser mener par l'émotion ou la mode. » En amont des élections, de nombreuses figures des réformateurs ont appelé à boycotter le vote en dénonçant un coup d'État électoral. Sur la table d'à côté, Ali ne voit pas le problème. Il fait confiance au Conseil des gardiens de la Constitution qui ont choisi de disqualifier de nombreux candidats, notamment tous ceux figurant sur la liste officielle des réformateurs : « Je ne suis pas bien placé pour remettre en question la décision du Conseil des gardiens de la Constitution. Ce sont des experts. Je suis certain qu'ils ont vérifié le passé des candidats avant de les invalider. Ce sont des personnalités expérimentées. » Ali, lui, a voté pour Ebrahim Raïssi. Si les deux hommes ont choisi des candidats différents, ils ont un espoir commun : que le futur président sorte le pays de la crise économique. Oriane Verdier, Téhéran, RFI.

FB : En Arménie, environ 20 000 personnes se sont rassemblées sur la place centrale de Erevan en soutien au principal candidat d'opposition, Robert Kotcharian.

ZK : C’est le dernier jour de campagne pour des législatives anticipées qui se dérouleront dimanche en Arménie.

FB : En France, c'est le premier tour dimanche des élections régionales et départementales. Le faible niveau de participation fera des 27 millions d'abstentionnistes annoncés le premier parti de France.

ZK : Il est en revanche un plus difficile de prévoir les forces politiques qui pourraient en tirer profit électoralement.

FB : En l'Allemagne où Emmanuel Macron dîne ce soir par la chancelière Angela Merkel. C'est un dîner de travail avec Angela Merkel qui reçoit pour la première fois cette année un responsable étranger en visite officielle

ZK : Une rencontre destinée à préparer le sommet européen de la semaine prochaine nous dit Pascal Thibault à Berlin.

« Nous ne pouvons pas faire comme si la pandémie était terminée. » Angela Merkel comme Emmanuel Macron veulent rester vigilants et surveiller de près le danger potentiel du variant Delta. La situation sanitaire à court terme, mais aussi la nécessité d’une meilleure harmonisation entre les pays européens figureront au menu de la rencontre des 27 la semaine prochaine. Le président français et la chancelière se sont félicités des avancées concrètes du plan de relance européen, issu d’une initiative franco-allemande pour l’avenir. Les deux responsables ont mis en avance leur accord sur les questions internationales. Le terme de « souveraineté » est revenu à plusieurs reprises. Emmanuel Macron s’est félicité qu’il fasse désormais parti du « vocabulaire commun ». Le président français comme la chancelière ont souligné que ce concept ne constituait pas une alternative à la relation transatlantique, mais venait la compléter. Sur les dossiers internationaux et notamment, les relations difficiles avec la Russie et la Turquie, les deux dirigeants ont souligné la nécessité d’un dialogue malgré « les provocations » de Moscou évoquées par Emmanuel Macron ou « le défi » mentionné par Angela Merkel. Pascal Thibault, Berlin, RFI.

FB : Si l'épidémie de Covid-19 est en nette baisse en France, la prudence reste de mise. La couverture vaccinale n'est pas assez élevée, notamment chez les soignants.

ZK : Autre motif d'inquiétude, d'autres pays dans le monde, notamment européens font face à une nouvelle recrudescence, c’est-à-dire une augmentation de cas. Simon Rozé.

Tous les voyants sont au vert en France. Les indicateurs diminuent alors que la couverture vaccinale poursuit sa progression. Un point noir cependant, la vaccination des soignants, notamment en Ehpad, marque le pas, à tel point que le gouvernement envisage de la rendre obligatoire après l'été. Cette obligation, elle vient justement d'entrer en vigueur au Royaume-Uni, confronté au même phénomène, mais où en plus l'épidémie connaît un nouveau rebond à cause du variant Delta avec un nombre quotidien de contaminations jamais vu depuis plus de quatre mois. Vaccin obligatoire à Moscou également. L'épidémie y progresse, mais pas la vaccination. Le maire de la ville l'a donc rendu impératif pour toutes les professions amenées à rencontrer du public. Autre capitale, Lisbonne met en place de nouvelles mesures de restrictions alors que le Portugal fait de nouveau face à un nombre de contaminations en hausse. Enfin, autre exemple de l'hétérogénéité de la dynamique de la pandémie : alors qu'elle était plutôt épargnée jusqu'à présent, l'Afrique subit une nouvelle vague. Des pays comme la RDC, l'Ouganda ou la Namibie enregistrent leurs plus hauts niveaux de contamination depuis le début de la crise sanitaire, principalement à cause de la propagation des nouveaux variants.

FB : Simon Rozé.

Au Royaume-Uni, le Premier ministre britannique Boris Johnson déclare que sa priorité est « la santé publique », davantage que le maintien des demi-finales et de la finale de l'Euro à Londres.

ZK : L’UEFA envisage désormais de déplacer ces matches à Budapest.

FB : La controverse se poursuit quelques jours après le geste remarqué de Cristiano Ronaldo lors d’une conférence de presse à l’Euro de football. La star portugaise avait écarté deux bouteilles de Coca-Cola, boisson trop sucrée à son goût.

FB : Le français Paul Pogba l’avait imité le lendemain avec une marque de bière. L’affaire fait grand bruit sur les réseaux sociaux, les enjeux économiques sont importants et le monde du football réagit à son tour. Bruno Faure.

Avec plus de 540 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, Cristiano Ronaldo sait l’impact des messages qu’il fait passer. L’UEFA aussi, et a décidé après réflexion de rappeler CR7 à ses obligations. Les partenariats, affirme l’instance européenne, sont destinés à assurer l’organisation de l’Euro et le développement du football sur le continent. En ajoutant, notamment pour la jeunesse et pour les femmes. Faute de sanctions, voilà donc une contre-offensive médiatique pour éviter que d’autres stars imitent Ronaldo, comme l’ont fait Paul Pogba et l’Italien Locatelli. Halte au phénomène de mode qui écornerait l’image des sponsors. Coca et Heineken, dont les contrats valent 67 millions d’euros, restent pour le moment silencieux. Quelques joueurs, comme les Britanniques Harry Kane et Marcus Rashford, qui sont en contrat avec Coca, ont décidé de s’opposer au quintuple Ballon d’or. L’Ukrainien Yarmolenko lui a décidé d’en rire et, en conférence de presse, de lancer un appel du pied aux marques de boissons : « Appelez-moi ! ».

FB : Sur les terrains, à l'Euro, la Croatie et la République tchèque se sont quittées sur un match nul (1-1). La Suède a pris les commandes du groupe E en s'imposant 1-0 face à la Slovaquie. En ce moment, l'Angleterre affronte l'Écosse. Demain, la France joue contre la Hongrie. Le match sera retransmis en direct sur RFI à partir de 15 heures. L'International danois Christian Eriksen a pu quitter l'hôpital de Copenhague après une « opération réussie », six jours après son arrêt cardiaque lors d'un premier match de cet Euro.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias