#Français de l’actualité

Journal en français facile 16/03/2021 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile.

À la une ce soir : Les experts se veulent rassurants à propos de l'AstraZeneca. Le vaccin contre le Covid-19, dont plusieurs pays dans le monde ont décidé de se passer au moins temporairement. Pour l'Organisation mondiale de la Santé et l'Agence européenne du médicament, les avantages de ce vaccin l'emportent sur les craintes d'effets secondaires.

Dans cette édition un témoignage depuis Raqqa la ville de Syrie détruite à 80% lors de l'occupation par le groupe État islamique.

En Inde, deuxième journée de grève des employés des banques publiques. Ils protestent contre des projets de privatisation. Déjà plusieurs centaines de milliards de dollars de transactions affectés par ce mouvement.

Et puis la plus grande récompense dans le domaine de l'architecture, le Prix Pritzker décernée à un couple de Français. Adeptes du bien être bon marché. Explications à la fin de ce Journal en français facile.

------

RA : La parole était aux experts aujourd'hui. À propos du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus. En pleine controverse actuellement. De plus en plus de pays suspendent la vaccination avec l'AstraZeneca, car il y a des craintes d'effets secondaires graves. L'Organisation mondiale de la Santé a tenu une réunion ce mardi, pour elle il n'y a pas de rapport avéré (c'est-à-dire établi) entre le vaccin et les problèmes sanguins qui ont pu être observés chez des patients. Même analyse de l'Agence européenne du médicament, elle était réuni également ce mardi à propos de l'AstraZeneca. « Les avantages du vaccin (..) l'emportent sur le risque de ces effets secondaires » affirme la directrice exécutive de l'Agence européenne des médicaments. Pour l'instant cela ne semble pas rassurer les différentes autorités. La preuve en Europe Anissa El Jabri la liste des pays qui boycottent l'AstraZeneca continue de s'allonger.

Trois nouveaux pays européens viennent de s’ajouter à la douzaine qui ont décidé une suspension temporaire : le Luxembourg, Chypre et la Suède. La décision de Stockholm qui revêt un poids particulier : AstraZeneca est un vaccin anglo-suédois. Depuis 24h en revanche la Belgique, elle, maintient sa stratégie. Le ministre fédéral de la santé Frank Vandenbroucke était l’invité du journal télévisé de la RTBF hier soir : […] En dehors de l’Union européenne, la Thaïlande a, elle, repris la vaccination. Elle avait été le premier pays hors UE à la suspendre. Le Premier ministre a d’ailleurs décidé de donner l'exemple en recevant la première dose.

RA : Va-t-on vers une amélioration de la situation ? En tout cas selon les premières réactions des dirigeants français et italien c'est l'optimisme qui semble l'emporter. Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre italien Mario Draghi jugent en effet « encourageantes » les déclarations de l'Agence européenne des médicaments sur les avantages du vaccin AstraZeneca. Concernant la France justement, la déclaration aujourd'hui du Premier ministre Jean Castex : la France est entrée dans « une forme de troisième vague » de l'épidémie affirme-t-il. Semaine capitale en France, un conseil de défense est prévu demain matin et l'annonce de nouvelles restrictions pourraient être faite d'ici la fin de la semaine. La France enfin qui devrait très prochainement se doter d'un nouvel outil face au Covid-19, des autotests sur prélèvement nasal c'est-à-dire des tests à pratiquer soi-même. La Haute autorité de Santé a donné son feu vert, ces autotests pourraient être disponibles en pharmacie dans les prochains jours.

Au Yémen les rebelles Houthis montrés du doigt après un incendie meurtrier. Plusieurs dizaines de migrants auraient été tués dans un centre de Sanaa la capitale selon des révélations de l'ONG Human Rights Watch qui accuse les Houthis d'avoir provoqué cet incendie. Les faits se seraient déroulés la semaine dernière. Les Houthis qui contrôlent la capitale du Yémen comme la majeure partie du nord du pays. Devant le Conseil de sécurité de l'ONU aujourd'hui l'émissaire de l'ONU pour le Yémen a réclamé une « enquête indépendante » sur cet incendie.

Direction maintenant la Syrie qui est entrée hier dans sa 10e année de guerre. Avec des situations différentes selon la région, par exemple à Raqqa l'heure est à la reconstruction. Raqqa a été occupée pendant deux ans et demi par le groupe Etat islamique entre 2014 et 2016. Détruite à 80%. Depuis ce sont les forces kurdes qui contrôlent la ville mais cette reconstruction tarde à se faire. On va écouter le témoignage de la correspondante de RFI Espagnol Catalina Gomez qui s'est rendu dans les rues de cette ville de Raqqa.

« Par rapport à la situation dans laquelle était Raqqa il y a deux ans, les rues ont été nettoyées, certains bâtiments ont été reconstruits, majoritairement les propriétés privées. Beaucoup de gens sont revenus, la majorité des habitants sont des déplacés d'autres régions de Syrie. La vie semble être revenue à la normale. Mais le problème, c'est que la destruction est immense. Il n'y a pas d'argent pour reconstruire et la pandémie à tout ralenti. Il y a beaucoup de pauvreté et les autorités sont inquiètes. Il reste des cellules de l'Etat islamique qui recommence à agir petit à petit dans la ville. La situation économique pourrait les aider à recruter particulièrement de jeunes garçons qui n'ont aucune autre option d'avenir et qui pourraient se tourner vers le groupe terroristes. »

RA : Le témoignage à Raqqa en Syrie de la correspondante de RFI Espagnol Catalina Gomez.

Les banques publiques sont en grève en Inde. Deuxième journée de ce mouvement qui mobiliser des centaines de milliers d'employés. Ils protestent contre des projets de privatisation portés par le gouvernement. Correspondance en Inde, Sébastien Farcis.

20 milliards d’euros. C’est le montant que le gouvernement aimerait gagner en privatisant de nombreuses entreprises publiques, et pour renflouer ainsi les caisses mises à mal par la crise sanitaire. Deux banques sont visées, parmi les 12 que détient l’État indien, ce qui révolte les syndicats. Soumya Dutta est secrétaire général de la confédération indienne des travailleurs de banque. « Au lieu de privatiser les banques, nous appelons le gouvernement à augmenter les impôts sur les entreprises, à rétablir les impôts sur les dividendes et à introduire une taxe sur les héritages des millionnaires. Aujourd’hui, ces banques publiques sont en déficit car les grands groupes leur doivent énormément d’argent. Si vous leur vendez les banques, ces emprunts ne seront jamais remboursés, et cela sera une catastrophe ! L’ancien gouverneur de la banque centrale l’a dit lui-même ! Et en plus de cela, si ces banques sont privatisées, les plus pauvres et les retraités, eux, n’auront plus accès à des prêts à des taux bas. » Les syndicats veulent maintenant créer un mouvement réunissant tous les secteurs visés par cette privatisation, depuis les assurances jusqu’au transport ferroviaire. Ce mercredi, ce sont les agents publics d’assurance qui feront grève. Sébastien Farcis New Delhi RFI.

RA : Et puis c'est la plus grande récompense dans le monde de l'architecture, le prix Pritzker a été décerné aujourd'hui aux Français Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton. Ils défendent une architecture dédiée au bien-être mais bon marché. Explications Isabelle Chenu.

Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton partenaires dans le travail comme dans la vie se sont fait connaitre avec la « maison Latapie », maison individuelle réalisée en 1993 pour une famille avec deux enfants, dans une rue banale de Floirac, tout près de Bordeaux, devenue emblématique d'un logement à la fois spacieux, autonome et bon marché. Déjà lauréat du grand prix national d'architecture en 2008, ils défendent des espaces à vivre lumineux, simples, abordables, et écologiques. C'est une première expérience professionnelle de cinq ans au Niger qui a changé leur regard. Comment avec très peu de ressources, fabriquer, inventer, créer les conditions de l'accueil, du bien-être et de l’hospitalité.  « On a essayé de transplanter cet enseignement en Europe » expliquent- ils. Leur credo :  éviter de construire du neuf, mais améliorer, ajouter et transformer tout ce qui peut être en utilisant le moins de matériaux possible et pas forcément des matériaux dits nobles pour produire le plus d’espace.  Cette idée d'agrandir l'espace pour gagner en liberté et bien-être, Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton ne l'ont pas appliqué qu'aux logements Elle vaut aussi pour leurs projets dédiés à l'enseignement -- comme l'Ecole nationale d'architecture de Nantes, réalisée en 2009 -- ou à l'art. La rénovation du Palais de Tokyo, achevée en 2012, aura transformé un musée parisien érigé pour l'Exposition universelle de 1937 en immense Centre d'art contemporain modulable.

RA : Enfin du football ce soir, la suite des 1/8e de finale retour de la Ligue des Champions. Deux affiches le Real Madrid face à l'Atalanta Bergame. Et Manchester City contre le Borussia Mönchengladbach

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias