#Français de l’actualité

Journal en français facile 15/01/2022 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Raphaël Reynes : Merci d’écouter RFI, il est 20h en temps universel, 21h à Paris.  

Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !  

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous. 

RR : Dans l’actualité aujourd’hui, Donald Trump de retour devant ses partisans. L'ancien président américain est en meeting dans l'Arizona, ce samedi. L'occasion pour le Républicain de revenir, une fois de plus, sur le résultat de l'élection qu'il a perdue. Ce qu'il conteste toujours. 

SB : Boris Johnson s'enfonce dans la crise politique. Le Premier ministre britannique a présenté ses excuses pour les fêtes organisées dans ses bureaux, en plein confinement de la population. Mais cela risque de ne pas suffire à calmer la colère, au Royaume-Uni. 

RR : Et puis, Christiane Taubira est officiellement candidate à l'élection présidentielle en France. L'ancienne ministre de la Justice l'a annoncé à Lyon, où elle a présenté les grandes lignes de son programme électoral.  

----- 

SB : C'est son premier meeting politique d'importance depuis le mois d'octobre. 

RR : Donald Trump a rendez-vous avec ses sympathisants, ce soir, à Florence dans l'État de l'Arizona. L'ancien président, battu par Joe Biden en novembre 2020, a annoncé qu'il parlerait de l'Afghanistan, de l'inflation et de « bien d'autres sujets ». Nous sommes en ligne avec David Thomson, en direct de l'Arizona. David, parmi ces « autres sujets », il sera une fois de plus question du mythe de l'élection volée. 

(Transcription manquante) 

RR : David Thomson, envoyé spécial de RFI à Florence, dans l'Arizona. 

SB : Au moins 225 personnes sont mortes dans les émeutes qui ont eu lieu au Kazakhstan, la semaine dernière. 

RR : C'est en tout cas le bilan communiqué par la justice du plus grand pays d'Asie centrale. Un bilan impossible à vérifier de source indépendante, les communications avec le Kazakhstan sont toujours très compliquées. Internet est notamment coupé depuis le début des manifestations contre la hausse du coût de la vie. 

SB : Ils sont en désaccord sur beaucoup de sujet, mais Moscou et Washington semblent s’entendre sur la cybersécurité.  

RR : La Russie a annoncé hier avoir démantelé, à la demande des États-Unis, le groupe de pirates informatiques REvil. Ces « hackers », selon le terme anglais, sont considérés comme les auteurs les plus redoutables d’attaques au rançongiciel, ces virus qui prennent le contrôle d'un ordinateur à distance et menacent de le détruire si une rançon n'est pas versée. À Moscou, Jean-Didier Revoin

14 arrestations, 500 000 euros de matériel informatique saisis, ainsi que vingt voitures de luxe. C’est ce qu’ont annoncé, hier, les services de sécurité russes au terme d’une action coup de poing perpétrée sur 25 sites répartis dans cinq régions du pays. Le service fédéral de sécurité, le FSB, a en outre précisé qu’il avait agi à la demande des États-Unis et souligné que le groupe de pirates informatiques REvil avait été démantelé. Ce groupe de hackers russophones s’était fait connaître outre-Atlantique en s’attaquant d’abord au groupe d’informatique américain Kaseya, avant d’extorquer plus de 4 millions de dollars au réseau d’oléoducs Colonial, principale source d'approvisionnement en essence de la majorité de l'est-américain, pour lui rendre le contrôle de ses installations. Une opération qui met en évidence le renforcement de la coopération entre Moscou et Washington dans la lutte contre la cybercriminalité conclu en juin dernier à Genève par Vladimir Poutine et Joe Biden lors de leur première rencontre. Pour sa part, Washington s’est dit satisfait de ces mesures initiales, précisant toutefois que cette opération n’avait rien à voir avec ce qui se passait entre la Russie et l’Ukraine. Quant aux personnes interpellées, elles risquent jusqu’à sept ans de prison. Jean-Didier Revoin, Moscou, RFI. 

SB : Une découverte qui soulève des espoirs pour des millions de malades de la sclérose en plaques. 

RR : Cette maladie auto-immune est très probablement due à un virus. Celui d'Epstein-Barr. C'est la conclusion d'une équipe de chercheurs américains. Ils ont démontré que le virus est nécessaire au développement de la maladie, même si toutes les personnes infectées ne la développent pas. La sclérose en plaques touche 2,8 millions de personnes dans le monde. 

SB : Il y avait eu les fêtes de Noël, les fêtes dans le jardin, voici les fêtes du vendredi. 

RR : Des apéros, des réunion alcoolisées, ont été organisées plusieurs fois, le vendredi, dans les locaux du Premier ministre britannique, le 10 Downing Street. Alors que le pays était en confinement et même pendant le deuil national qui a suivi le décès du prince Philip. Boris Johnson s'est excusé pour cela. Mais ces excuses ne vont sans doute pas suffire à apaiser l’énervement. Sidonie Gaucher

L’image contraste et agace. Le 17 avril 2021, on voit dans les journaux la reine Elizabeth II, assise seule devant le cercueil du prince Philip. Seule, en raison des restrictions sanitaires. Pourtant, la veille, la musique résonne dans tout Downing Street. Un DJ set assuré par Shelley Williams-Walker, la conseillère spéciale du Premier ministre. Selon le Mirror, Boris Johnson encourageait son équipe à « lâcher la pression » en fin de semaine, lors de ces « apéros du vendredi ». On parle d’une quinzaine de fêtes, si fréquentes que l’équipe ministérielle allait se ravitailler au Tesco du coin avec une valise. Est-ce la goutte qui fera déborder le verre ? De tous bords, on appelle à une démission de Boris Johnson, et la presse anglaise ouvre déjà les paris sur un ou une potentielle remplaçante. Et se demande même si la reine a le pouvoir de renvoyer un Premier ministre. Cela n’est pas arrivé depuis 1834. Sidonie Gaucher, Londres, RFI. 

SB : Le Covid-19, en France. Plusieurs manifestations étaient organisées contre le passe sanitaire, ce samedi. 

RR : Mobilisation en forte baisse, après une hausse la semaine dernière lorsque le président Emmanuel Macron avait déclaré qu'il voulait, je cite, « emmerder les non-vaccinés ». Samedi dernier, plus de 105 000 personnes avaient manifesté. Elles n'étaient plus que 54 000, aujourd'hui, selon le ministère de l'Intérieur. 

SB : Et puis, environ 560 000 passes sanitaires pourraient être annulés, en France, Raphaël. 

RR : Ces documents qui permettent d'aller au restaurant, au cinéma, de prendre les transports en commun, seront annulés pour toutes les personnes qui n'ont pas reçu leur dose de rappel, sept mois après avoir reçu la seconde dose de vaccin. 

560 000, c'était l'estimation du ministère de la Santé, hier soir. Mais certains ont attendu la dernière minute et sont allés recevoir leur rappel aujourd'hui. 

SB : Ils sont désormais neuf ! Neuf candidats déclarés, à gauche, pour l’élection présidentielle après l’entrée dans la bataille de Christiane Taubira, ce samedi matin.  

RR : L’ancienne ministre de la Justice a mis un terme à un faux suspense qui durait depuis la mi-décembre. Elle est candidate à l'élection du mois d'avril prochain. Et si elle pose comme condition à sa candidature de remporter d'abord la primaire populaire dans deux semaines, Christiane Taubira a d’ores et déjà déroulé son programme en présentant des mesures très concrètes. Envoyé spécial à Lyon, Aurélien Devernoix

Un revenu universel jeune de 800 euros pendant cinq ans, plus de TVA pour l’agriculture bio, un salaire minimum net de 1 400 euros ou encore le recrutement de 100 000 soignants, Christiane Taubira a mis des chiffres dans son lyrisme. Histoire de mettre fin aux critiques sur son absence de programme, mais avec un maître mot, le dialogue : « Nous allons faire tout cela ensemble parce que nous en sommes capables. Nous allons le faire en disputant, en nous disputant parfois. Ce sera le ressort de ma présidence. » « Faire ensemble » face à une pratique du pouvoir qui s’est dévoyée selon l’ancienne ministre de la Justice : « Nous voulons un gouvernement qui sache dialoguer au lieu de moraliser et de caporaliser. » Cette dérive, Christiane Taubira affirme pouvoir y répondre, du fait notamment de son expérience de femme d’État : « Je sais la nécessité de répondre aux missions régaliennes, je sais qu’elles peuvent être lourdes. Oui, j’étais garde des sceaux lorsque nous avons dû affronter les attentats les plus meurtriers de notre histoire. » Une manière aussi de se placer au-dessus de la mêlée des candidats à gauche. La question de l’union n’a d’ailleurs fait l’objet que d’une brève allusion. Christiane Taubira veut parler à tous les Français : « J’ai besoin de vous. » Mais avant de rassembler au-delà de son camp, il faudra déjà s’imposer à la primaire populaire de la gauche dans deux semaines. Aurélien Devernoix, Lyon, RFI.  

RR : La Coupe d'Afrique des Nations et le Nigéria qui se qualifie facilement pour les huitièmes de finale. 

Dans le groupe D, les Super Eagles ont battu le Soudan 3 buts à 1. Mercredi, le Nigéria rencontrera la Guinée-Bissau qui affronte ce soir l'Égypte. Quatre rencontres sont au programme, demain, notamment dans le groupe F Gambie-Mali et Tunisie-Mauritanie qui sera à suivre en direct sur RFI à partir de 16h en temps universel. Au même moment, la Côte d'Ivoire affrontera la Sierra Leone. 

C’est la fin de ce Journal en français facile, merci Sylvie Berruet ! 

SB : Avec plaisir, Raphaël 

RR : Restez à l’écoute de Radio France internationale, il est 20h10 en temps universel. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias