#Français de l’actualité

Journal en français facile 14/06/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Merci d’écouter RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. 

Julien Coquelle-Roëhm : L’heure de retrouver comme tous les soirs votre Journal en français facile avec à la Une :
- ce quatrième discours solennel d’Emmanuel Macron aux Français depuis le début de la crise du coronavirus. Le président français a salué une « première victoire » contre le Covid-19 et a décidé d’accélérer le déconfinement alors que les manifestations anti racistes se multiplient partout dans le monde. Il s’est aussi exprimé à ce sujet vous l’entendrez dans un instant.
- pendant ce temps, le pays où la pandémie a commencé craint une deuxième vague. La capitale chinoise, Pékin, a enregistré 36 nouveaux cas de coronavirus dans les dernières 24h.
- et puis à la fin de ce journal nous parlerons football et du Paris-Saint-Germain. Après 8 ans de contrat dans le club Edinson Cavani ne reprendra pas à la saison prochaine.

 -----

JCR : Sa parole était très attendue bien sûr par les Français qui voulaient en savoir plus sur la suite du déconfinement et de l’après-épidémie, mais aussi par ceux qui se sont mobilisés de plus belle ces dernières semaines contre le racisme. Emmanuel Macron s’adressait aux Français ce soir. Au lendemain d’une nouvelle journée de mobilisation contre les violences policières, le président français a soutenu les forces de l’ordre, elles « méritent selon lui, le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation ». Pas de prise de position directe du président sur les questions de racisme dans la police, mais il l’assure, l’État sera intraitable face au racisme et aux discriminations en général. Il promet de nouvelles mesures pour l’égalité des chances. Écoutez. 

[Transcription manquante]

JCR : Et alors qu’aux États-Unis et ailleurs dans le monde des manifestants font tomber les statues de personnages historiques liés à l’histoire coloniale ou esclavagiste, Emmanuel Macron l’a dit ce soir, « la République n’effacera aucun nom ou aucune trace de son histoire ». Voilà pour cette partie-là du discours d’Emmanuel Macron.

Le sujet principal était évidemment la suite de la lutte contre le coronavirus, l’épidémie continue de ralentir en France, Emmanuel Macron a donc annoncé une accélération du déconfinement. Toute la France passera en « zone verte » dès demain sauf la Guyane et Mayotte où le virus circule encore. Cela veut dire. Notamment qu’à Paris les restaurants vont pouvoir rouvrir, les crèches les écoles et les collègues accueilleront tous les élèves le 22 juin, c’est-à-dire avant la fin de l’année scolaire avec les règles de présence normales. Les visites dans les maisons de retraite pourront aussi reprendre dès demain. Et puis Emmanuel Macron était aussi très attendu sur les questions économiques, il l’a dit ce soir la « première priorité » sera de « reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire ». Il annonce également un investissement massif pour la jeunesse et promet que les impôts n’augmenteront pas pour financer les dépenses pendant la crise.

C’est une inquiétude que Pékin n’avait pas connue depuis deux mois, mais depuis quelques jours, la capitale chinoise craint une deuxième vague de l’épidémie de coronavirus avec la découverte de dizaines de nouveaux cas. Ces dernières 24h, 36 des 57 cas recensés en Chine étaient à Pékin, tous sont liés à un grand marché de la ville, il est désormais considéré comme un nouveau foyer et la ville continue de prendre des mesures drastiques pour éviter une contamination de masse. Les explications de Simon Leplâtre, depuis Shanghai.

Ce matin, certains pékinois ont eu une mauvaise surprise en allant faire les courses : au rayon frais, des étals de légumes et de viande sont complètement vides. Et pour cause, la veille, samedi matin, la capitale chinoise a fermé son principal marché de gros : xinfadi, après la découverte d’un nouveau foyer de contamination. Aujourd’hui les autorités ont annoncé 36 nouveaux cas. Et dans toute la ville, c’est le branle-bas de combat : car le Rungis pékinois brasse des milliers de personnes chaque jour. Alors les comités de quartier font du porte-à-porte pour demander aux habitants s’ils se sont rendus au marché. Les 10 000 employés du marché, les riverains, et tous ceux qui y sont allés récemment vont être testés. Et 11 quartiers du district de Fengtai, au sud, où se trouve le marché, ont été à nouveau confinés. L’origine de cette nouvelle contamination n’a pas été établie, mais les autorités ont insisté sur des échantillons positifs découverts sur une planche servant à couper du saumon importé. Si les scientifiques pensent plutôt à des patients asymptomatiques qui auraient transmis le virus, il n’en fallait pas moins pour que des milliers de supermarchés chinois retirent le saumon de leurs étals.

JCR : À la une également, ce nouveau drame aux États-Unis qui ravive la colère des mouvements anti racistes près de trois semaines après la mort de George Floyd à Minneapolis. C’est cette fois à Atlanta qu’un policier blanc a tué par balles un jeune homme noir. La maire de la ville a annoncé la démission immédiate de la cheffe de la police d’Atlanta et le policier qui a tiré a été suspendu. Des centaines de manifestants ont bloqué hier une autoroute d’Atlanta et incendié le restaurant près duquel les faits se sont produits. 

De l’autre côté du monde, l’Inde n’échappe pas à la déferlante du mouvement #blacklivesmatter et des manifestations anti racistes qui se multiplient tout autour du globe depuis la mort de George Floyd. Mais alors que la deuxième population mondiale ne compte que très peu de citoyens d’origine africaine, le mouvement y prend des formes très différentes, voire contradictoires. Explications à Bangalore de notre correspondant Côme Bastin.

Qui sont les vraies victimes de discrimination en Inde ? Cette question divise la société depuis une semaine, dans la lignée du mouvement Black Lives Matter. L’hindouisme a beau être majoritaire, les hashtags #Hindulivesmatter et #HinduUnitedAgainstTerror font la une sur Twitter. Cela fait suite à l’assassinat terroriste d’un chef de village hindou dans le Cachemire, le 8 juin. Des hindous du monde entier lui rendent hommage ce dimanche. À l’inverse, les lois discriminatoires et les lynchages contre les musulmans en Inde sont aussi dénoncés sous la bannière Muslim Lives Matter. Le 8 juin, là encore, un docteur du Rajasthan a déclaré qu’il ne les soignerait plus, suscitant l’indignation. Lors des manifestations qui ont ébranlé le pays, un quartier musulman de Delhi a été littéralement dévasté. Pour d’autres, le vrai vecteur de discrimination en Inde c’est le système des castes ! Le 6 juin, un adolescent intouchable a été tué par balle pour être entré dans un temple. En plus d’occuper les métiers les plus dégradants, les Intouchables sont victimes de brutalités quotidiennes dans l’ignorance la plus totale, affirment les partisans de Dalit Lives Matter.

JCR : Et puis sur une note un peu plus légère, terminons ce journal avec du football et la fin d’une histoire qui aura duré huit ans entre Edinson Cavani et le Paris-Saint-Germain. Ce matin, le directeur sportif du club, Leonardo a confirmé dans une interview au Journal du Dimanche que le contrat de l’attaquant uruguayen ne serait pas renouvelé à l’issue de la saison. Christophe Diremzian c’est à la fois l’âge de Cavani 33 ans que la politique d’économies du club qui explique ce départ.

Avec Thiago Silva, également sur le départ, Edinson Cavani est l’une des dernières incarnations du PSG qatarien ambitieux et flamboyant de la première moitié des années 2010, une icône devenue un peu trop vieille et beaucoup trop coûteuse. À l’heure où le club veut faire fondre sa masse salariale de près de 300 millions d’euros pour réduire ses pertes, l’Uruguayen apparaissait donc une cible de choix, et il n’en a sans doute guère été surpris. D’autant que le 31 mai dernier, son concurrent direct en attaque l’Argentin Mauro Icardi, 27 ans, signait pour de bon à Paris, en récompense d’une période de prêt probante que Cavani aura souvent vécue sur le banc ou à l’infirmerie. Le Matador va s’en aller avec la fierté d’être le meilleur buteur de l’histoire du PSG (200 réalisations à ce jour en 301 matches), sans doute aussi avec ce sentiment d’avoir souvent vécu dans l’ombre des superstars du club (Zlatan Ibrahimovic hier, Neymar ou Kylian Mbappé aujourd’hui), mais avec une cote d’amour intacte auprès des supporters. Des fans qui ne sauraient se résoudre à le voir partir sans boucler l’histoire proprement. Le club étudie d’ailleurs les moyens juridiques de le garder jusqu’à la fin de l’été pour lui permettre de finir la saison de Ligue des Champions. Christophe Diremzian.

JCR : Et pendant ce temps, la superstar du PSG a fait son retour à Paris, le brésilien Neymar est rentré hier du Brésil. 1 semaine avant la reprise des entrainements. C’est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à vous de l’avoir suivi vous pouvez le retrouver sur le site de RFI Savoirs quand vous voulez.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias