#Français de l’actualité

Journal en français facile 07/01/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : 21h à Paris, 1h de moins en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour cette nouvelle édition de votre Journal en français facile. Journal que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : À la une ce soir : la tentative de coup d’État manqué au Gabon en l’absence de son Président, hospitalisé au Maroc. Des militaires ont tenté, sans succès, de prendre le pouvoir.

ZK : Le retrait des troupes américaines en Syrie. Il pourrait prendre plus de temps que prévu. C’est ce que laisse entendre Donald Trump, ce lundi sur Twitter.

LB : Et puis en France, une nouvelle loi contre les casseurs, c’est ce qu’annonce Edouard Philippe, après les dernières manifestations de gilets jaunes ce week-end.

------

ZK : Tout d’abord ce coup d’État manqué au Gabon condamné ce soir par le secrétaire général des Nations Unies.

LB : Antonio Guterres qui rappelle son opposition aux « changements de pouvoir non constitutionnels, surtout par la force ». Ce matin, un groupe de militaires est apparu à la radiotélévision nationale à Libreville appelant à un soulèvement. La tentative de coup d’État a échoué et le chef du commando été arrêté. Deux autres membres du commando ont été tués. Les putschistes ont justifié leur acte par l’état de santé d’Ali Bongo, victime d’un AVC en octobre dernier et toujours en convalescence au Maroc...

ZK : À la une également, le flou qui plane toujours sur le retrait des troupes américaines de Syrie.

LB : Dans un de ses habituels tweets du matin, le président évoque un rythme « adapté » et une approche prudente de la question. 3 semaines plus tôt, il avait pourtant annoncé le retour des soldats américains et l’avait présenté comme imminent, ce qui avait entraîné la démission du secrétaire à la défense. Aujourd’hui, même s’il s’en défend, Donald Trump semble avoir reculé sur le calendrier du retrait. RFI Washington, Anne Corpet.

Donald Trump n’a jamais donné de date précise pour ce retrait, mais il l’évoque ce matin de manière beaucoup plus circonspecte que le mois dernier. « Nous quitterons la Syrie à un rythme adapté tout en continuant à combattre l’État islamique et à faire preuve de prudence » écrit-il sur Twitter.. Donald Trump s’en prend au New York Times qu’il accuse de propager de fausses nouvelles. Ce matin le quotidien explique que John Bolton a reculé sur la question du retrait rapide de Syrie. Le conseiller à la sécurité nationale de la maison blanche a en effet déclaré hier en Israël que le retrait se ferait de manière à protéger les alliés et uniquement lorsque l’État islamique sera défait. Donald Trump se défend d’avoir modifié son discours, mais le 19 décembre il avait déclaré dans une vidéo sur Twitter « Nous avons gagné contre l’État islamique il est temps de rentrer, nos soldats rentrent maintenant », ce qui avait logiquement laissé penser à un retour imminent des troupes. Cette annonce avait d’ailleurs suscité de vives réactions et vous l’avez dit, la démission de James Mattis, ulcéré de voir Washington abandonner ses alliés kurdes. Début janvier, le président avait semblé déjà reculer sur le calendrier. Après une rencontre avec un sénateur républicain hostile au retrait des troupes, il avait déclaré que le retour des 2000 soldats américains déployés en Syrie prendrait, je cite, un certain temps.

ZK : On reste sur le continent américain, direction le Venezuela, à 3 jours du début d’un second mandat de 6 ans de Nicolas Maduro.

LB : C’est le moment qu’a choisi un magistrat du tribunal suprême de Justice pour s’exiler aux États-Unis avec sa femme et sa fille pour, « il ne veut pas, dit-il, avoir à valider la prestation de serment du président. » Il dit maintenant vouloir coopérer avec les autorités américaines. Ce n’est pas la première défection au sein du pouvoir judiciaire, Marie Normand.

Non effectivement. Plusieurs magistrats ont fait défection depuis 3 ans. La plus célèbre : Luisa Ortega, l’ancienne procureure générale du Venezuela, qui vit aujourd’hui en exil en Colombie. Comme elle, Christian Zerpa dit craindre pour sa vie. Sur une chaîne de télévision américaine, le juge a déclaré que Nicolas Maduro ne méritait pas un deuxième mandat, car le scrutin présidentiel l’année dernière n’était pas une élection libre. Il soutient donc avoir fui pour ne pas avoir à valider la prestation de serment du président. Normalement c’est un rôle dévolu à l’Assemblée nationale, mais l’un des principaux responsables du régime bolivarien a modifié le scénario ce week-end. L’Assemblée nationale, contrôlée par l’opposition, avait annoncé qu’elle ne reconnaîtrait pas la légitimité de Nicolas Maduro. Le tribunal suprême de justice a été considéré comme plus loyal. Le juge en fuite le présente même comme une extension de l’exécutif. Un TSJ, qui immédiatement après l’annonce de la défection, a contre-attaqué. Christian Zerpa est accusé de fuir des accusations de harcèlement sexuel contre des fonctionnaires de son bureau. Une enquête, ouverte depuis fin novembre selon le TSJ, mais qui n’avait pas été rendue publique auparavant.

ZK : 3h à Bangkok, en Thaïlande, une jeune saoudienne est désormais sous la protection des Nations Unies pour éviter d’être rapatriée de force en Arabie Saoudite.

LB : La jeune femme a pris d’assaut le réseau social Twitter pour, dit-elle, échapper à la mort. Elle affirme avoir subi des violences physiques et psychologiques de la part de sa famille. Correspondance à Bangkok Carol Isoux.

Ils vont me tuer si je rentre c’est avec ces mots que rahaf al qunun a enflammé les réseaux sociaux. Barricadée dans une chambre d’hôtel à l’intérieur de l’aéroport de Bangkok depuis très tôt ce matin, la jeune femme de 18 ans diffuse des images en direct à des dizaines de milliers d’abonnés twitter et explique qu’elle est traitée par sa famille comme une prisonnière, « ils m’ont enfermée dans une chambre pendant 6 mois à cause d’une coupe de cheveux » dit-elle avant d’ajouter que plusieurs membres de sa famille menacent de la massacrer. Rahaf avait soigneusement planifié sa fuite, elle a profité d’un voyage en famille au Koweït, où les femmes sont autorisées à voyager seules, contrairement à l’Arabie Saoudite. Elle est en possession d’un visa de trois mois pour l’Australie, où elle comptait demander le statut de réfugiée politique. D’abord déterminées ce matin à la renvoyer pour satisfaire à la demande de sa famille, les autorités thaïlandaises ont fait volte-face et autorisé une rencontre avec des représentants des hauts-commissariats aux réfugiés des Nations unies. Ils ont quitté ensemble l’aéroport pour une destination tenue secrète, l’institution devrait statuer sur son cas dans les prochains jours. Carol Isoux, Bangkok, RFI.

ZK : Retour en France, c’est une conséquence directe des violences qui ont accompagné les manifestations des gilets jaunes ce week-end : le gouvernement pourrait prendre de nouvelles dispositions pour éviter les débordements.

LB : C’est ce qu’a dit le Premier ministre ce soir après vous le disiez, ces images de violences, largement relayées dans les médias et les réseaux sociaux. Celles notamment d’un champion de boxe frappant un gendarme, l’homme est ce soir en garde à vue. Pour répondre à de tels actes, Edouard Philippe veut faire évoluer la loi. Écoutez le Premier ministre.

[Transcription manquante]

ZK : On referme cette édition avec ce record en provenance du Japon, celui du tweet le plus partagé au monde.

LB : Un record qui doit faire rêver Donald Trump ! Il est signé Yusaku Maezawa, un milliardaire japonais Yusaku Maezawa qui a fait fortune dans la vente en ligne de vêtements. Sa recette ? Il a promis d’offrir au total 800 000 euros a 100 personnes choisies parmi ses followers. Tokyo, Frédéric Charles.

[Transcription manquante]

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias