#Français de l’actualité

Journal en français facile 04/03/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : l’épidémie de coronavirus qui franchit un nouveau cap en Italie. 107 personnes sont mortes de la maladie selon le dernier bilan. L’Italie décide la fermeture de toutes les écoles et universités du pays.

SB : Joe Biden sera-t-il le candidat démocrate à la présidentielle américaine ? En tout cas l’ancien vice-président est présenté comme le vainqueur du Super Tuesday (Super Mardi) qui avait lieu hier aux États-Unis. Et il enregistre un soutien de poids, celui de l’ex-maire de New York Michael Bloomberg qui a annoncé ce soir son retrait de la course à l’investiture.

RA : Et puis à la fin de ce journal, nous irons à Lyon où le Paris Saint Germain se déplace ce soir en demi-finale de Coupe de France. C’est du football. Un match de tous les dangers pour celui qui occupe la tête de la Ligue 1.

------

SB : L’Italie est désormais le deuxième pays qui compte le plus de morts en raison du coronavirus.

RA : Le premier étant la Chine, où la maladie est apparue. Mais en Chine où la propagation ralentit : pour la troisième journée consécutive en effet le nombre de cas est ce mercredi en recul. Ce n’est donc pas le cas de l’Italie qui a franchi la barre des 100 morts liés au virus, 107 selon le dernier bilan. Plus de 3000 cas recensés. Et l’Italie qui a pris ce soir une mesure forte, on en parle avec vous Juliette Gheerbrant, c’est la fermeture à partir de demain jeudi de toutes les écoles et universités du pays, et cela jusqu’au 15 mars.

La mesure était attendue, le ministre de la Santé s’y était dit favorable, et le président du conseil Giuseppe Conte a expliqué ce soir que le gouvernement avait pris la décision en s’appuyant sur des avis scientifiques, comme celui de l’institut supérieur de santé. La fermeture des établissements scolaires est une mesure standard pour contenir la propagation d’une épidémie dans les zones très touchées. En France, les écoles sont fermées dans plusieurs villes. En Italie cette mesure va toucher tout le pays jusqu’au 15 mars. Plus précisément les établissements scolaires seront complètement fermés dans les zones rouges, ils resteront ouverts au personnel dans le reste du pays, mais tous les cours seront suspendus. La mesure entre en vigueur jeudi matin, ce qui laisse peu de temps aux familles pour s’organiser. Selon la ministre adjointe de l’Économie, le gouvernement étudie des mesures pour permettre aux parents de s’absenter de leur travail. Le chef du gouvernement va d’ailleurs rencontrer les partenaires sociaux. La mesure pose un autre problème, celui de la continuité de l’enseignement, surtout quand il y a des examens à la fin de l’année. 

SB : Et puis le point sur l’épidémie de coronavirus en dehors de l’Italie.

RA : Avec d’abord le mot pandémie qui a été lâché par la ministre allemande de la Santé. Une pandémie c’est une épidémie qui est présente sur une très large zone géographe dans le monde. L’Allemagne qui a pris un décret pour interdire l’exportation de matériel médical de protection. De plus en plus de pays prennent ce type de mesures par crainte d’être en manque de masques et autres gels désinfectant. C’est le cas de la France où un décret prévoit la réquisition des stocks de masques de protection jusqu’au 31 mai. En France où l’on compte désormais 285 cas de coronavirus, c’est 73 de plus qu’hier. Demain une trentaine de chercheurs spécialisés seront réunis à l’Élysée autour du Président Emmanuel Macron.

SB : Aux États-Unis, Joe Biden est présenté comme le vainqueur du Super Tuesday.

RA : Super Tuesday : Super Mardi. Hier soir 14 États votaient en même temps dans les primaires démocrates en vue de l’élection présidentielle. Tous les résultats ne sont pas encore officiels, mais on sait déjà que Joe Biden, ancien vice-président américain, l’emporte dans 9 États, dont le Texas. En revanche la Californie, selon des résultats encore partiels, serait remportée par Bernie Sanders, longtemps favori de cette primaire. Joe Biden qui enregistre ce soir un soutien de poids, celui de Michael Bloomberg, l’ex-maire de New York qui a annoncé son retrait de la course à l’investiture. C’est l’autre bonne nouvelle pour Joe Biden. Envoyé spécial de RFI en Virginie, Achim Lippold.

Les deux hommes courtisent le même électorat, à savoir les démocrates centristes et aussi certains républicains modérés. Sans la candidature de Michael Bloomberg, Joe Biden aurait pu remporter la Californie ou du moins obtenir beaucoup plus de délégués. Les électeurs qui ont choisi de soutenir l’ancien maire de New York lors de son entrée en campagne devraient donc en toute logique se tourner vers Joe Biden. L’ancien vice-président de Barack Obama bénéfici - era aussi du soutien logistique et surtout financier du milliardaire new-yorkais. Michael Bloomberg, rappelons-le a dépensé plus d’un demi-milliard de Dollars, mais pour le 9e homme le plus riche du monde, cela reste de l’argent de poche. Un exemple : ici en Virginie, Michael Bloomberg a investi 18 millions de Dollars dans les spots de campagne - pour arriver seulement en quatrième position lors des primaires. Joe Biden lui a remporté haut la main cet État du Sud sans avoir dépensé un seul « cent » en publicité. Preuve qu’avec l’argent on peut certes lancer une vaste campagne électorale, mais pas forcément acheter la confiance des électeurs. Bertrand Haeckler et Achim Lippold, Richmond, RFI.

RA : Et puis à noter ce soir la réaction de Donald Trump après le Super Tuesday. Le Président américain salue « l’incroyable retour de Joe Biden ».

SB : Et puis les inquiétantes conséquences annoncées du changement climatique.

RA : La moitié des plages dans le monde pourrait disparaître d’ici 2100. En raison de la hausse du niveau des océans. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans le magazine scientifique Nature. Explications Agnès Rougier.

Les côtes sableuses représentent plus d’un tiers des littoraux, et elles sont devenues des lieux à haute valeur économique, en particulier avec le tourisme qui s’est développé sans contrainte dans la seconde moitié du 20e siècle. Or, les littoraux sableux, quand ils restent à l’état naturel, sont à l’équilibre entre érosion et accumulation de sable. Mais la construction d’infrastructures telles que digues, ports, ou bâtiments bouleverse cet équilibre. Dans la perspective du changement climatique qui entraîne l’accroissement phénomènes extrême, ces plages de sable, qui forment un mécanisme de protection contre les tempêtes et les inondations, risquent donc de s’éroder rapidement et de ne plus pouvoir jouer leur rôle protecteur. Les scientifiques du centre de recherches conjointes de la Commission Européenne, qui ont travaillé à partir de 2 scénarios du GIEC, expliquent que si les émissions de gaz à effet de serre continuent au rythme actuel, la montée des océans pourrait faire disparaître 132 000 km de côtes, soit la moitié des plages de sable, avec au premier rang l’Australie qui pourrait perdre 15 000 km de plages, puis le Canada, le Chili et les États-Unis.

SB : Et puis Bruxelles tente de voler au secours de la Grèce.

RA : Aider la Grèce après la décision de la Turquie de laisser passer les réfugiés et les migrants. Une réunion des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne se tenait ce soir à Bruxelles. Et les Européens ont affiché leur solidarité avec la Grèce. La France s’est dite prête à envoyer « une douzaine » d’experts en Grèce aux côtés de Frontex, qui est l’agence européenne de surveillance des frontières.

SB : En sport football, dans quelques minutes le coup d’envoi de la première demi-finale de Coupe de France.

RA : Lyon accueille le Paris Saint Germain. On retrouve sur place Cédric de Oliveira. Cédric c’est une très belle affiche.

[Transcription manquante]

RA : Demain la deuxième demi-finale de cette Coupe de France. Elle opposera Saint-Étienne à Rennes. Fin de ce Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias