#Français de l’actualité

Journal en français facile 02/10/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Gilles Moreau : 22 h à Paris 20 h en temps universel. Bonsoir à tous. Voici votre Journal en français facile présenté avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l'actualité : un véritable carnage aux États-Unis. Un homme a ouvert le feu sur la foule à Las Vegas. Il y a 58 morts et plus de 500 blessés. Les autorités américaines rejettent pour le moment tout lien avec le groupe État islamique qui a revendiqué cette tuerie, la plus meurtrière dans l'histoire moderne des États-Unis.

SB : En France, on assiste à un début de polémique après le double meurtre de Marseille. Arrêté pour un vol deux jours avant, le meurtrier qui était bien connu de la police avait été relâché. Le ministre de l’Intérieur demande à ses services de faire toute la lumière.

GM : Les images de violences qui ont marqué le référendum sur l'avenir de la Catalogne ont fait réagir aujourd'hui en Europe. La commission appelle « tous les acteurs à passer rapidement de la confrontation au dialogue ».

-----

SB : Le bilan n'a cessé de s'alourdir tout au long de la journée à Las Vegas, pour atteindre 58 morts et plus de 500 blessés.

GM : Dans un pays où les tueries de ce genre sont nombreuses, celle-ci est la plus meurtrière de l'histoire moderne des États-Unis. Marie Normand, son auteur est un homme de 64 ans qui aurait agi seul :

Oui seul en tout cas selon les dernières informations de la police. C'est depuis la fenêtre de sa chambre, au 32e étage de l'hôtel Mandala Bay, qu'il a tiré sur la foule rassemblée pour un concert. 22 000 personnes assistaient à un concert en plein air lorsqu'il a commencé à les viser, vers 21h30 heures, heure de Las Vegas, et cela a duré de longues minutes. La police a réussi à atteindre cette chambre d'hôtel, mais le tireur était déjà mort, la police pense qu'il s'est suicidé, qu'il a retourné l'une de ses armes contre lui. Une dizaine de fusils ont été retrouvés.Selon les autorités, le tireur s'appelait Stephen Paddock, c'était un retraité de 64 ans, qui habitait dans la région de Las Vegas. La police ne le connaissait pas. Le groupe État islamique revendique cet attentat, indique que l'homme était devenu musulman il y a quelques mois, mais cette information n'est pas confirmée par le FBI, la police fédérale des États-Unis. Selon elle, il n'y a pas de lien, pour l'instant, entre cet homme et un groupe terroriste international.

GM : Ajoutons la réaction de Donald Trump : le président américain a dénoncé « un acte odieux » et appelé à l'unité du pays, mais sans évoquer ni la question des armes à feu ni celle du terrorisme.

SB : Les images de violences qui ont marqué hier le référendum sur l'avenir de la Catalogne ont fait réagir aujourd'hui en Europe.

GM : À Bruxelles, la Commission a de manière prudente critiqué le gouvernement espagnol. « Nous appelons tous les acteurs à passer rapidement de la confrontation au dialogue », a déclaré le porte-parole de la Commission. Selon lui, « la violence ne peut jamais servir d'instrument en politique ». Autre réaction, celle d’Emmanuel Macron, dans un communiqué de l'Élysée qui ne mentionne pas la question des violences. Le président français a apporté son soutien au Premier ministre Mariano Rajoy et réaffirmé « son attachement à l'unité constitutionnelle de l'Espagne ».

SB : En Russie, la justice a condamné Alexeï Navalny à 20 jours de détention pour avoir appelé à des manifestations non autorisées.

GM : L'opposant avait été arrêté vendredi dernier à Moscou. Il quittait son domicile pour se rendre à une réunion électorale en province. Alexeï Navalny a prévu de se présenter face à Vladimir Poutine à la présidentielle de mars prochain. Notre correspondant à Moscou Daniel Vallot a recueilli la réaction indignée d'un jeune partisan de Navalny : Maxime, étudiant à Moscou. Il se trouvait au tribunal au moment du jugement :

Bien sûr que c’est une décision politique. Il n’y a pas d’autre explication : ce jugement est une décision politique. Navalny organise des rassemblements dans toute la Russie, et veut en organiser encore davantage. Il a beaucoup de soutiens dans de nombreuses villes, pas seulement à Moscou. Et c’est ça la raison de ce jugement : ils ne veulent pas d’opposition politique. Malheureusement, c’est comme ça que notre gouvernement fonctionne. Les manifestations que nous avons prévu de faire auront lieu, même sans Navalny. Et elles auront sans doute encore plus de force que prévu, parce que les gens vont être en colère. Moi-même je ressens de la colère à cause de ce jugement. C’est triste, mais c’est comme ça : je suis en colère, parce que ce jugement est injuste.

GM : En Syrie, un attentat dirigé contre un commissariat de police a fait 15 morts à Damas. Deux kamikazes ont actionné leurs charges devant le commissariat. En Irak, les forces gouvernementales de rapprochent d' Hawija, l'une des dernières villes tenues par le groupe État islamique. Elles ont pris le contrôle aujourd'hui de Rachad, une localité stratégique, au sud-est d' Hawija.

SB : Le gouvernement palestinien est de retour à Gaza, retour historique, après plus de deux ans d'absence.

GM : Il doit marquer la fin d'une longue division entre les deux principaux partis, le Fatah au pouvoir à Ramallah et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Le Premier ministre Rami Hamdallah a été accueilli par une foule en liesse à son arrivée au poste de contrôle d'Erez. Reportage de Guilhem Delteil et Hassan Jaber :

Abdulateef Al Zanine a perdu ses jambes dans des combats contre les Israéliens il y a 17 ans et il est contraint désormais de se déplacer en fauteuil roulant. Mais malgré ces difficultés, il voulait être présent à Erez ce lundi : « Je suis venu accueillir la délégation de la réconciliation », dit ce partisan du Fatah de Mahmoud Abbas. Et pour être sûr de ne pas rater l'arrivée du convoi, il était à Erez trois heures avant l'arrivée du Premier ministre. Comme lui, Hamed Alya veut croire que désormais son quotidien va changer : « Cette fois, cela va marcher. Nous aurons une réconciliation nationale et nos problèmes seront réglés » assure ce jeune homme. À son arrivée, le Premier ministre a promis de redonner le sourire à la jeunesse gazaouie et de mettre fin aux souffrances de toute la population de cette enclave. Un message attendu par Amana Abdalah Al Ahsgar, âgé de 75 ans : « Grâce à Dieu, aujourd'hui, je suis heureuse. 11 ans que nous vivons dans des conditions difficiles. Pas de nourriture, d'électricité. Je me sens rajeunir que le gouvernement soit revenu. Grâce à Dieu. » Lorsqu'il a quitté l'enceinte du poste-frontière, le convoi de Rami Hamdallah a eu du mal à se frayer un chemin dans la foule. Et les rares déplacements du Premier ministre dans la journée étaient accompagnés des mêmes manifestations de joie.

SB : Au Cameroun, le bilan des violences du week-end s'élève à au moins 17 morts, selon Amnesty International. La situation est restée tendue dans les régions anglophones.

GM: À Buea, chef-lieu du Sud-Ouest, la ville est quadrillée par les forces de sécurité et les routes sont bloquées, au lendemain de la proclamation symbolique d’indépendance de ces régions.

SB : En France, les enquêteurs en savent davantage sur l’auteur du meurtre de deux jeunes femmes dimanche à Marseille.

GM : Le meurtrier était connu des services de police. Pas pour des faits de terrorisme, mais pour des infractions de droit commun (à caractère non terroriste). La dernière en date, vendredi dernier : arrêté pour vol, l'homme avait été relâché, d'où un début de polémique en France. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a saisi l'Inspection générale de l'administration pour « faire toute la lumière sur l'action des services de l'État ».

SB : Le coup d'envoi de la saison des Prix Nobel a été donné aujourd'hui avec le prix de médecine et physiologie.

GM : Prix décerné à trois chercheurs américains, récompensés pour leurs recherches sur le rythme biologique des êtres vivants. Cela concerne notre importante horloge interne qui régule nos journées et nos nuits. Explications de Valérie Cohen :

Les lauréats du Nobel, Rosbash, Hall et Young ont exploré la mécanique de notre horloge interne. Une horloge calée sur 24 heures et qui nous permet de nous adapter aux différents moments du jour et de la nuit. Ainsi ce rythme biologique régule nos besoins en sommeil et en nourriture, il ajuste aussi la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la température du corps durant ces périodes. Même l’humeur et la mémoire battent quelque peu au rythme de cette pendule.L’horloge est bien sûr nichée dans notre cerveau, et ses rouages sont complexes. À partir d’expériences sur la mouche, les 3 scientifiques américains ont réussi à isoler un gène contrôlant le rythme biologique. Ce gène agit sur une protéine qui s’accumule dans la cellule au cours de la nuit puis est désagrégée pendant le jour. Un mécanisme commun à tous les organismes multicellulaires. Notre montre intérieure n’a pas encore dévoilé tous ses secrets. Mais l’on sait que lorsqu’elle est malmenée, les effets peuvent être délétères. Ainsi les personnes travaillant la nuit ont plus de risque d'avoir des problèmes de santé. Le tic-tac de notre horloge n’a pas fini de défier les chercheurs !

GM : Outre le prestige, les 3 lauréats du Nobel se partageront la coquette somme de 9 millions de couronnes suédoises, environ 937 000 euros. Attendu demain : le prix Nobel de Physique. La romancière française Anne Bert disparaît à l'âge de 59 ans. Elle a été euthanasiée à sa demande dans un hôpital belge. Atteinte d'une affection neuro-dégénérative, elle avait jusqu'au bout tenté de relancer le débat sur la liberté pour les malades incurables.

SB : À Paris, la tour Eiffel est éteinte ce soir en hommage aux victimes de Marseille et de Las Vegas. C’est la fin de votre Journal en français facile. Bonsoir à tous…

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias