#Français de l’actualité

Journal en français facile 07/11/2018 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : aux États-Unis l’heure est aux enseignements après les élections de mi-mandat. Les analystes parlent d’un résultat « partagé », entre républicains et démocrates. Ce soir le Président américain lance un appel au camp opposé.

SB : Les excuses de la Corée du Sud. Séoul revient sur un épisode tragique de son histoire : la répression d’un mouvement pro démocratie en 1980. Près de 40 ans après, les autorités présentent leurs excuses pour les nombreux viols qui ont été commis.

RA : Et puis le prix Goncourt décerné aujourd’hui. C’est le prix littéraire le plus prestigieux du monde francophone. Le lauréat est l’écrivain Nicolas Mathieu, pour son deuxième livre intitulé « leurs enfants après eux ».

-----

SB : Donald Trump évoque « une grande victoire » après les élections de mi-mandat aux États-Unis.

RA : Des élections au cours desquelles le Président en place est souvent sanctionné. Cela n’a donc pas été le cas la nuit dernière, alors qu’une vague anti Donald Trump avait été évoquée. Le parti républicain renforce sa majorité au Sénat. En revanche il la perd à la Chambre des représentants, au profit des démocrates. Des démocrates enfin qui remportent sept nouveaux postes de gouverneurs. Pour résumer, les analystes évoquent un bilan partagé entre les deux partis américains. Et ce soir lors d’une conférence de presse Donald Trump a lancé un appel au camp opposé : il tend en effet la main aux démocrates et il leur propose de travailler avec lui, écoutez le Président américain.

« J’espère que l’on pourra travailler ensemble l’année prochaine afin de produire des résultats pour le peuple américain. Et cela dans les domaines de la croissance économique, des infrastructures, du commerce et la réduction du coût des médicaments. Les démocrates souhaitent avancer dans ces domaines et je crois vraiment qu’on puisse travailler ensemble. Cela pourrait vraiment être une belle situation bipartisane. Si on n’avait gagné seulement par une marge de 1 ou 2 sièges au Sénat, cela n’aurait pas été possible. Mais là, les démocrates s’approcheront de moi, on entrera en négociation et puis on finira par conclure un accord.... où pas, c’est également possible. En tout cas, nous partageons beaucoup de choses dans le domaine de l’infrastructure. Nous, on veut faire avancer la réforme de l’assurance santé. Les démocrates aussi. Donc il y a beaucoup de choses que l’on pourrait faire ensemble. Le temps est venu pour les deux partis de se mettre ensemble, d’oublier la politique partisane et de faire en sorte que le miracle économique américain se poursuit. »

RA : Donald Trump ce soir depuis la Maison-Blanche. À retenir également de la déclaration du Président américain : Donald Trump a évoqué les discussions avec la Corée du Nord. Il a dit qu’il en était « très heureux ». Et pourtant une réunion de haut rang prévue cette semaine a été annulée. Rappelons que l’objectif de ces négociations est de parvenir à une dénucléarisation de Pyongyang, c’est-à-dire s’assurer que la Corée du Nord détruise ses sites nucléaires. Et puis une dernière information ce soir, que l’on vient d’apprendre : Donald Trump qui annonce le départ de son ministre de la Justice Jeff Sessions. Il sera remplacé par Matthew Whitaker, son directeur de cabinet.

SB : On évoquait la Corée du Nord. L’actualité en Corée du Sud maintenant : Séoul présente ses excuses.

RA : C’est la fin d’un silence qui durait depuis plusieurs dizaines d’années. En 1980 la dictature militaire de l’époque avait violemment réprimé un soulèvement populaire en faveur de la démocratie. Lors de cette répression, de nombreuses femmes avaient été violées. Séoul revient donc sur cette page noire de l’histoire sud-coréenne. Correspondance de Frédéric Ojardias.

« Je me présente mes excuses, de la part du gouvernement et de l’armée, pour les blessures profondes et la souffrance infligées aux victimes innocentes », a déclaré Jeong Kyeong-doo, ministre de la Défense, lors d’une conférence de presse télévisée. S’inclinant profondément devant les caméras en signe de contrition, Jeong a aussi promis de « restaurer l’honneur des citoyens de Gwangju, qui s’étaient soulevés pour résister contre le régime militaire et restaurer la démocratie. » Ces excuses surviennent une semaine après qu’une commission d’enquête a confirmé 17 cas de tortures et de violences sexuelles contre des femmes qui avaient participé au soulèvement de mai 1980. La répression armée ordonnée par le dictateur de l’époque, le général Chun Doo -hwan, avait fait officiellement 200 morts et 1000 blessés. Le devoir de mémoire autour de ce massacre continue de diviser profondément la gauche et la droite coréenne. En juin, le gouvernement progressiste a décidé de relancer les investigations sur les atrocités commises à l’époque par l’armée. Frédéric Ojardias, Séoul, RFI.

SB : Au Proche Orient les restes d’un aviateur ont été retrouvés. Il avait disparu depuis... 56 ans.

RA : C’était un soldat israélien. Aucune trace de lui depuis 1962 suite à un accident d’avion. Il a donc été retrouvé dans le lac de Tibériade, qui se trouve dans le nord du pays. Correspondance de Guilhem Delteil.

Depuis la guerre de Kippour en 1973 qui a opposé une fois de plus le pays à ses voisins, l’armée israélienne s’est dotée d’une unité spéciale chargée de rechercher les dépouilles de ses soldats. Aujourd’hui, près de 150 Israéliens tombés en portant l’uniforme sont considérés comme morts, mais leur lieu de sépulture demeure inconnu. Yakir Naveh faisait partie de cette liste-là. Cet instructeur aviateur avait disparu le 6 mai 1962 alors qu’il formait un cadet au vol sur Fouga Magister. Le moteur s’était arrêté alors qu’ils survolaient le lac de Tibériade. Leur appareil avait alors percuté l’eau puis s’était abîmé. La dépouille de l’apprenti avait été retrouvée un an plus tard, mais celle de l’instructeur demeurait introuvable. En plus d’un demi-siècle, les forces israéliennes ont mené 12 séries de recherche au fond du Lac de Tibériade pour retrouver le corps de Yakir Naveh. Mais les conditions de plongée dans cette étendue vaste, mais fermée sont compliquées et il a fallu l’arrivée de nouveaux équipements pour retrouver les restes du lieutenant. Ces recherches ont été longues et coûteuses, mais elles font partie de ce que l’armée israélienne définit comme un « engagement moral et éthique (...) à retrouver les soldats portés disparus et les captifs ». Guilhem Delteil, Jérusalem, RFI.

SB : En France la polémique après des propos d’Emmanuel Macron.

RA : Dans le cadre des commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, le Président français était à Charleville-Mézières ce mercredi, dans l’est du pays. Et à cette occasion, il a justifié une cérémonie qui est prévue samedi à Paris. Cérémonie au cours de laquelle le Maréchal Pétain sera célébré aux côtés de sept autres Maréchaux de la Grande Guerre. Philippe Pétain qui fut un héros de la Grande Guerre avant de devenir un symbole de la collaboration avec l’occupant nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est un choix « légitime » a dit Emmanuel Macron. Le Président du Conseil représentatif des institutions juives de France s’est dit « choqué » par ces propos.

SB : Et puis c’est le plus prestigieux des prix littéraires francophones : le Goncourt a été décerné aujourd’hui.

RA : Et le lauréat s’appelle Nicolas Mathieu, c’est un écrivain de 40 ans qui est récompensé pour son deuxième livre. Son titre : « leurs enfants après eux ». C’est une victoire au bout du suspense, car Nicolas Mathieu l’a obtenue lors du dernier tour de scrutin, par 6 voix contre 4. C’était à la mi-journée, au restaurant Drouant à Paris, comme le veut la tradition. Sarah Tisseyre était sur place pour RFI.

Une nuée de micros et caméras l’attendait chez Drouant, où le jury de l’Académie Goncourt lui a décerné le prestigieux prix. Nicolas Mathieu, jeune auteur de 40 ans est arrivé forcément ému, lui qui dit avoir mangé de la vache enragée pour devenir romancier, multipliant les petits boulots pour gagner sa vie. « Je suis comme un lapin pris dans les phares d’une voiture ». Ce livre, c’est « Leurs enfants après eux ». Un roman d’apprentissage sur l’adolescence, en même temps qu’une fresque politique et sociale puisque l’intrigue se déroule à la fin d’un monde, celui des hauts fourneaux en Lorraine, la région d’origine de Nicolas Mathieu. Bernard Pivot, membre du jury. Nicolas Mathieu l’a donc emporté par 6 voix contre 4 à Paul Greveilac et son grand récit au cœur de la Chine maoïste. Devant David Diop aussi. C’était le seul romancier finaliste de tous les grands prix d’automne avec Frères d’armes, ces confessions d’un tirailleur sénégalais rendu fou par la Grande Guerre, mais il repart bredouille.

SB : Enfin en football après le Paris Saint-Germain et Monaco, c’est Lyon qui joue en Ligue des Champions ce soir

RA : Il va falloir faire mieux que le PSG et Monaco, qui n’ont pas gagné hier. Les Lyonnais accueillent les Allemands d’Hoffenheim depuis quelques minutes. Pour le moment 0-0. L’Olympique Lyonnais qui en cas de victoire pourrait mettre une belle option sur la qualification pour les 1/8e de finale, eux qui sont deuxièmes de leur groupe.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 07/11/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.