Abeille pétrifiée vers -19 M.A.
Abeille pétrifiée vers -19 M.A.
DR
Artículo

Une abeille emprisonnée depuis 15 à 20 millions d'années

Des paléontologues de la République Dominicaine ont découvert, dans un morceau d'ambre, un fossile d’orchidées collé sur une abeille, dans un état de conservation extraordinaire.
Por Dominique Raizon -

Il s’agit d’un morceau d’ambre dans lequel était emprisonnés, depuis environ 20 millions d’années, deux petits paquets de pollen d’orchidée attachés au thorax d'une abeille ouvrière qui venait juste de butiner. Ce précieux morceau d'ambre a été trouvé en 2000, dans une mine de la Cordillère septentrionale, à l'est de Santiago. Selon Santiago Ramirez, de l'université Harvard à Cambridge (Massachusetts, États-Unis) et son équipe, « il s'agit du premier fossile sans ambiguïté d'une orchidée,[qui offre] une observation, sans précédent, de l'interaction plante - pollinisateur ». Une découverte permettant donc d’étayer la thèse de la co-évolution des insectes pollinisateurs et des plantes à fleurs comme l’orchidée.

Les orchidées (du grec orchis, « testicule », en référence à la forme arrondie des pseudo-bulbes de certaines espèces) sont en effet fécondées par des insectes, qui pénètrent dans leur ovaire renfermant du pollen. L'évolution des plantes de la famille des orchidacées, des plantes qui fascinent les botanistes depuis l'époque du « père » de la théorie de l'évolution, Charles Darwin, il y a 150 ans, demeurait jusqu'ici très obscure. Les chercheurs estiment disposer, désormais, d'un moyen de reconstituer l'arbre phylogénétique des orchidées en général, dont on connaît aujourd'hui quelque 25 000 espèces. Selon les chercheurs, le dernier ancêtre commun aux 20 00 espèces d’orchidées recensées à ce jour serait vieux de 76 à 84 millions d'années. Le grand rayonnement de cette fleur aurait commencé peu après les extinctions massives qui ont marqué le passage de l'ère secondaire à l'ère tertiaire, il y a 65 millions d'années.

Publicado el 24/11/2015 - Modificado el 24/11/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias