Les nanotechnologies en débat
La microgravité en nanotechnologie.
Nasa
Nanoforum pour nanotechnologies : jeudi 15 octobre 2009 s’ouvrait un débat national public sur ces technologies qui font appel à des structures microscopiques, notamment pour améliorer les propriétés naturelles des matériaux existants et sont déjà entrées dans notre quotidien dans des produits aussi variés qu’une automobile, une crème cosmétique, ou certains textiles. Quatre mois de réunions publiques un peu partout en France devraient permettre de mettre en évidence les questions qu'elles posent, notamment dans le domaine de la santé.  
Por Dominique Raizon -

Quelque 800 produits (crème à bronzer, pneus, textiles, produits de santé, téléphonie mobile, matériaux...) incorporent des nanotechnologies*. « Tous les acteurs sont confrontés à des décisions extrêmement complexes et personne n'a la bonne solution », d'où la nécessité de « coconstruire » les politiques publiques, avec les associations, ce qui « pose la question de leurs moyens, car le bénévolat a ses limites », a ajouté l'ancien directeur général de la Santé. À quoi servent les nanotechnologies ?  Doit-on les redouter ? Quels sont les principes de précaution à observer ?  « Inventer une nouvelle manière de construire les politiques publiques [s'impose]», estime William Dab, à qui est due l'initiative du premier forum lancé en 2007 au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), à Paris.

 L’objectif visé par les organisateurs ? Synthétiser les différents points de vue recueillis pendant ce grand débat national pour éclairer l’État sur : « l’organisation du contrôle et du suivi des nanomatériaux, la caractérisation de l’exposition et l’évaluation de la toxicité sur l’homme et les écosystèmes, l’information et la protection du travailleur et du consommateur, les modalités de soutien à la recherche et aux innovations dans ce domaine ».

L'état de connaissances des Français sur ce que sont les nanotechnologies est très faible. Il faut écouter leurs attentes et leurs craintes.

Jean Bergougnoux, Président de la Commission particulière du débat public (01:01)

Grand absent au nanoforum : le secteur agroalimentaire

En répondant présents à l'invitation de la Commission particulière du débat public, (une commission indépendante chargée de l'organisation du débat) les industriels ont témoigné de leur volonté d'échanger « dans la sérénité » sur la mise en oeuvre du principe de précaution entre les différentes parties prenantes.

William Dab a expliqué avoir cherché à s'inspirer du travail fait dans le secteur de la santé, avec des associations comme Aides pour le sida ou le Lien pour les maladies nosocomiales, afin de « trouver des solutions de gestion des risques ». Les « industries les plus éclairées souhaitent aussi l'émergence d'un pôle associatif », tout comme il en existe un, très riche, dans le secteur de l'environnement.

Grand absent au nanoforum : le secteur agroalimentaire. Pourtant, si les aliments n'incorporent pas de nano particules artificielles, les emballages pourraient en contenir, a précisé Jean Bergougnoux, président de la commission organisant le débat national qui s'ouvre jeudi à Strasbourg.

*Taille nanométrique (1 nanomètre = 1 milliardième de mètre)

Pour en savoir plus :

Consulter le site du Centre national de Recherche scientifique sur :

- Nanotechnologies et santé
- Nanosciences et nanotechnologies

Lire Nanotechnologies, la révolution est en marche (RFI)

Publicado el 30/12/2015 - Modificado el 30/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias