Le squelette du T-rex « Sue »
Le squelette du T-rex « Sue ».
ScottRobertAnselmo
Artículo

Le tyrannosaure, ancêtre des oiseaux

Selon une étude américaine, publiée dans la revue Science, la première analyse de protéines extraites d'os de dinosaures confirme que les oiseaux d'aujourd'hui sont les plus proches descendants du redoutable Tyrannosaurus rex. « Ces résultats confirment les prédictions faites à partir des observations anatomiques des squelettes et représentent la première preuve moléculaire du lien dans l'évolution des espèces entre les oiseaux modernes et un dinosaure non aviaire », souligne Chris Organ, un chercheur à l'Université de Harvard (Massachusetts, est), co-auteur de cette recherche.
Por Dominique Raizon -

Les indices ne montraient jusqu'alors que des similarités anatomiques entre les dinosaures non-aviaires et les oiseaux. Les protéines analysées, et comparées à celles de 21 espèces modernes, proviennent de bribes de collagène découvertes intactes dans le fémur fossilisé d'un Tyrannosaurus rex (T. rex ) de 68 millions d'années retrouvé aux Etats-Unis en 2003.

Le T. rex est un grand dinosaure carnivore qui vivait dans ce qui est maintenant l'Amérique du Nord à la fin du Crétacé entre soixante-dix et soixante-cinq millions d'années avant notre ère. Son nom signifie « lézard tyran », bien qu’il ait, en fait, peu à voir avec les reptiles !

De 160 000 à 600 000 ans avant notre ère

Ces analyses moléculaires ont montré des liens de parenté directe avec les poulets, les autruches et dans une moindre mesure avec les alligators. Les chercheurs ont également effectué des analyses moléculaires similaires avec des protéines de collagène dérivées d'os fossilisés de mastodonte datant de cent-soixante à six cent mille ans avant notre ère et aujourd'hui éteint, qui ont établi une parenté étroite avec les éléphants modernes.

Cette dernière recherche est basée sur des travaux de John Asara et de Lewis Cantley, publiés également dans Science en 2007. Ces chercheurs, respectivement du Centre Médical Beth Israël Deaconess et de la faculté de médecine de l'université de Harvard (HMS), avaient été les premiers à « séquencer » des petits fragments de protéines de collagène provenant d'un fémur de Tyrannosaurus rex. Ce fémur avait été découvert en 2003 dans un champ de fossiles très riche situé dans le Wyoming et le Montana (ouest).

En 2005, la paléontologue Mary Schweitzer de l'Université d'Etat de Caroline du Nord (sud est) avait découvert des tissus préservés à l'intérieur du fémur du Tyrannosaurus rex.

Publicado el 21/10/2015 - Modificado el 29/10/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias