La centrale nucléaire de Flamanville, en Normandie.
La centrale nucléaire de Flamanville, en Normandie.
Benoit Tessier/File photo / Reuters
Artículo

La France réfléchit à son industrie nucléaire pour les dix ans à venir

Vendredi 25 janvier 2019, le ministère de la Transition écologique lançait la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), pour les dix ans à venir. Le lundi 28 janvier, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des finances, et Dominique Minière, président du Comité stratégique de la filière nucléaire (CSFN), ont détaillé l’avenir de la filière nucléaire par la signature d’un contrat stratégique entre l’État et les acteurs du nucléaire.
Por RFI -

Ce contrat stratégique concrétise, pour le nucléaire, les orientations données par la Programmation pluriannuelle de l’énergie. François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire : « Il s’agit bien sûr de conduire une transformation de notre système de production électrique, fondé sur une plus grande diversification avec une plus grande part pour les énergies renouvelables, d’anticiper et de programmer la fermeture d’un certain nombre de réacteurs parmi les plus anciens. Il ne s’agit pas, je tiens à le dire très clairement, d’une stratégie de sortie du nucléaire. »

« Industriellement on a de quoi travailler »

Le plan d’action est structuré autour des axes que sont l’emploi et la formation, la recherche et le développement pour le recyclage des combustibles et métaux irradiés, la conception des futurs réacteurs et l’exportation de la technologie française. Dominique Minière, président du Comité stratégique de la filière nucléaire, semble satisfait : « On a une feuille de route qui indique qu’on s’inscrit dans une diminution de la part du nucléaire à l’horizon 2035, à 50 %, qui indique effectivement des scénarios de fermeture qui, quand on les compare à notre cahier d’acteurs dans le cas du débat sur la PPE, se rapproche sur certains points de ce qu’on avait proposé. En tout cas, industriellement on a de quoi travailler. »

La technologie nucléaire française, la meilleure à l'export

Et la filière nucléaire entend démontrer que, malgré les problèmes qui jalonnent la mise en route du réacteur EPR de Flamanville, la technologie nucléaire française reste la meilleure à l’exportation.

Publicado el 01/02/2019 - Modificado el 07/02/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias