Après 43 ans de service, la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim va définitivement cesser de fonctionner.
Après 43 ans de service, la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim va définitivement cesser de fonctionner.
Sébastien Bozon / AFP
Artículo

La centrale nucléaire de Fessenheim définitivement débranchée du réseau électrique

43 ans après sa mise en service, on a fermé l’interrupteur. Dès 16h30 heure française le 29 juin 2020, la mise à l'arrêt du second réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim a débuté, avec quelques heures d'avance sur l'horaire initialement annoncé. Le premier réacteur avait été stoppé le 22 février 2020.
Por Simon Rozé -

C’est la fin d’un long feuilleton : c’est en 2012 que François Hollande, candidat à l’élection présidentielle, promet la fermeture de la centrale de Fessenheim. Originellement, cette mise hors réseau devait se faire en parallèle du démarrage de l’EPR de Flamanville, pour maintenir constante la production électrique. Mais celui-ci a tellement eu de retard que l’extinction de Fessenheim se fera alors que l’installation normande est toujours en travaux.

Une promesse de François Hollande, reprise par Emmanuel Macron 

Fessenheim était la doyenne des centrales nucléaires françaises, ce que lui reprochaient ses opposants. Elle reste malgré tout en bon état : l’Autorité de sûreté du nucléaire, le gendarme du secteur en France, l'a déclarée apte pour le service pour quelques années encore, estimant même que sa sûreté compte parmi les meilleures du parc français.

Mais au fil des ans, la question de la fermeture de l’installation est devenue un enjeu politique. La promesse de François Hollande a été reprise par Emmanuel Macron et les écologistes en font un totem, dans la continuité d’une tendance générale visant à diminuer la part du nucléaire dans le mix électrique français.

Concrètement, Fessenheim représentait 1 800 MW de puissance électrique installée : de quoi fournir 1,5 % de la production française et 88 % de la consommation alsacienne. Le reste du parc français va compenser une partie de la perte de production, mais pour le reste il faudra se fournir ailleurs, principalement en Allemagne. C’est là que se trouve le paradoxe pour les écologistes, car cela est une mauvaise nouvelle pour le climat.

Après la catastrophe de Fukushima, Berlin décide en effet de se désengager du nucléaire. Mais n’ayant pas encore installé les moyens de production suffisants en énergie renouvelable, le pays va donc brûler plus de gaz et de charbon et voir décoller ses émissions de gaz à effet de serre. Une centrale nucléaire n’émet en effet pas de CO2. Le cycle du nucléaire dans son ensemble, de l’extraction du minerai au démantèlement, est d’ailleurs aussi émetteur de gaz à effet de serre que l’éolien.

Une fermeture en demi-teinte

Aux mêmes causes les mêmes effets : avec la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim sans alternative décarbonnée installée, il va falloir faire appel à l’électricité allemande plus sale. La fourchette est large, mais cela devrait engendrer entre 6 et 12 millions de tonnes équivalent-carbone dans l’atmosphère. Dès lors, d’un strict point de vue en terme d’émission de gaz à effet de serre, l’arrêt des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est une mauvaise nouvelle.

Concrètement, à 16h30 le lundi 29 juin, une équipe a doucement fait descendre la puissance du réacteur. Trois heures et demi plus tard, lorsqu’il n'est plus qu’à 8 % de sa capacité, il est alors débranché du réseau électrique. La même manœuvre avait été menée pour l’arrêt du premier réacteur de Fessenheim. Viendra ensuite le temps du démantèlement, inédit en France pour une telle installation.

Le pays a cependant l’expérience du démantèlement d’autres infrastructures nucléaires, comme les réacteurs de recherche. Pour Fessenheim, il faudra ensuite procéder à l’évacuation du combustible usé. L’opération prendra quelques années, avant de débuter en 2025 le démantèlement à proprement parler. Il devrait ensuite durer une quinzaine d’années.

Le nucléaire, c'est une religion en France... »

signe plus

 Reportage à Fessenheim de Christine Siebert

Publicado el 08/07/2020 - Modificado el 13/07/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias