Audio

Des infections sanguines nettoyées grâce à des nano-billes magnétiques

Nanobilles magnétiques
Des nanobilles magnétiques fixées autour d'une bactérie (en bleu).
Harvard's Wyss Institute
Des chercheurs américains ont testé avec succès sur des rats de laboratoire un dispositif externe capable de nettoyer physiquement du sang contaminé par des virus ou des bactéries, à l'aide de nano-billes magnétisées. Les chercheurs espèrent dans quelques années pouvoir traiter la septicémie ou des maladies infectieuses comme Ebola, grâce à leur procédé.

Première diffusion le 20/09/2014

Dans le monde, dix-huit millions de personnes chaque année sont victimes d’une infection du sang, et malheureusement pour 30% à 50% des malades, cette contamination sera fatale.

De nombreuses recherches sont menées actuellement dans les laboratoires de biotechnologies pour tenter de reproduire artificiellement les organes qui nous permettent d’éradiquer les agents pathogènes comme les virus, les toxines ou les bactéries circulant dans notre sang. La rate, particulièrement, retient toute l’attention des scientifiques pour son rôle majeur dans l'épuration sanguine, elle filtre les germes nuisibles, les cellules dégénérées pour ensuite les éliminer.

L’appareil externe, qui vient d’être mis au point par des chercheurs américains, est en quelque sorte une rate artificielle. Le dispositif qui a été testé sur des rats de laboratoire est capable de nettoyer physiquement du sang contaminé par des virus ou des microbes à l'aide de nano-billes magnétisées qui ont été préalablement injectées dans le système sanguin des cobayes. Ces particules magnétiques sont recouvertes d'une protéine sanguine humaine génétiquement modifiée, qui a la propriété de se lier aux agents pathogènes et aux toxines. Tout le sang de l’animal passe ensuite par la rate artificielle, des aimants retiennent les nano-billes magnétisées avec les germes qu’elles ont agglutinés. Le sang est nettoyé à 90% de ses poisons, affirment les chercheurs, il est ensuite réinjecté dans les rats sans problème de coagulation ou d’altération de la composition sanguine. Les scientifiques espèrent dans quelques années pouvoir traiter la septicémie ou des maladies infectieuses comme Ebola, grâce à leur procédé.

Toutefois, des années de recherches seront encore nécessaires pour valider le concept et passer du rat à l’humain. Force est de constater que les biotechnologies actuellement ne sont d’aucune utilité pour lutter contre l'épidémie qui sévit en Afrique. La prévention, les consignes d’hygiène, les soins apportés en urgence aux malades et une solidarité mondiale inconditionnelle sont les seules armes qui vaillent pour vaincre ce fléau qui endeuille aujourd’hui le Continent.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr 

Publicado el 30/12/2015 - Modificado el 30/12/2015 - Por autor

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias