Cette image au microscope montre en jaune le SARS-CoV-2 émergeant à la surface des cellules sur un échantillon isolé d'un patient atteint de la Covid-19.
Cette image au microscope montre en jaune le SARS-CoV-2 émergeant à la surface des cellules sur un échantillon isolé d'un patient atteint de la Covid-19.
NIAID-RML via AP
Artículo

L'analyse des eaux usées, un outil singulier dans la lutte contre le coronavirus

L’analyse des eaux usées dans les égoûts ou dans les stations d’épuration pourrait permettre de suivre, voire d’anticiper, l’évolution de l’épidémie dans les pays. En France, un projet de recherche, baptisé Obépine, fait ce type de mesures. Il a été mis sur pied il y a plusieurs mois. 
Por RFI -

Traquer dans les eaux usées les traces de coronavirus, excrété via les selles. La démarche peut paraître pas très ragoûtante, mais elle présente un vrai intérêt scientifique et collectif. Alors pourquoi les eaux usées ?

« Le SARS-CoV-2 à l'origine de cette maladie que l'on appelle Covid-19 est un virus principalement à transmission respiratoire et l'on sait également qu'il y a une réplication probable dans le tube disgestif, une excrétion et donc une libération du virus dans les réseaux d'assainissement, et de fait dans les stations d'épuration », explique Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université, et co-fondateur du projet Obépine.

À lire aussi : Coronavirus: des traces de SARS-CoV-2 trouvées dans l’eau non potable de Paris

Le projet a démarré en Île-de-France début mars et les observations sont très intéressantes, comme en témoigne Laurent Moulin, en charge du laboratoire Recherche et développement des Eaux de Paris : «  La descente de la concentration en génome viral dans les eaux usées est très rapide lors de la mise en place du confinement. La seconde information intéressante est la reprise début juillet de la circulation du virus liée à la fin du confinement. Quelques semaines avant l'augmentation du taux d'incidence, on a observé une augmentation de la concentration en génome viral dans les eaux usées. »

L’analyse des eaux usées pourrrait donc servir d’indicateur précoce de l’évolution de l’épidémie, et permettre d’orienter l’action. C’est déjà une réalité à Marseille. Ainsi des analyses menées à proximité de maisons de retraite ont permis de détecter la présence du virus, et ainsi d’organiser des dépistages dans ces lieux.
 

Publicado el 20/11/2020 - Modificado el 20/11/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias