Diego Maradona inscrit un but d'anthologie contre l'Angleterre en quart de finale du Mondial au Mexique, le 22 juin 1986 à Mexico
Diego Maradona inscrit un but d'anthologie contre l'Angleterre en quart de finale du Mondial au Mexique, le 22 juin 1986 à Mexico
STAFF AFP/Archives
Artículo

Mort de Diego Maradona: cinq matches qui ont fait sa légende

Lors de ses 20 ans de carrière, Diego Maradona, décédé le mercredi 25 novembre 2020, a ébloui le monde du football. Que ce soit avec la sélection argentine ou avec Naples, « El Pibe de Oro » était l’artiste que tout le monde voulait voir dans les années 1980. Ses gestes techniques et ses buts mythiques marqueront à jamais l’histoire de ce sport.
Por Tom Rossi -

Naissance d’une légende : Argentinos Juniors-Talleres, le 20 octobre 1976

Dix jours avant ses 16 ans, Diego Maradona devient le plus jeune joueur à disputer un match de première division argentine. Il porte alors les couleurs des Argentinos Juniors, son club formateur. Face au CA Talleres de Cordoba, son équipe perd 1-0. Défaite anecdotique. Un génie vient de faire ses premiers pas. C’est la toute première ligne de l’histoire d’une des plus grandes légendes du football.

Après cinq saisons (116 buts en 167 matches), Maradona rejoint un autre club de Buenos Aires : Boca Juniors. En moins de deux ans, il inscrit 28 buts en 48 rencontres et remporte le championnat d’Argentine, avant de s’envoler pour Barcelone. Il reste deux saisons en Catalogne. Il n’y marque pas autant les esprits qu’à Naples où il débarque en 1984 pour 12 millions de dollars, transfert le plus cher de l’histoire, à l’époque. Ce choix étonne puisque le club napolitain sort d’une saison délicate. Qu’importe, « El Pibe de Oro », accueilli par 75 000 tifosis, va devenir un Dieu vivant là-bas.

 

Le fantasque : Bayern Munich-Naples, le 19 avril 1989 en Coupe UEFA

L’Argentin mènera son équipe vers les deux seuls titres de champion d’Italie de son histoire (1987 et 1990) et son seul sacre européen, en Coupe de l’UEFA (1989). Avant de dominer Stuttgart en finale de l'ancienne Ligue Europa, le Napoli élimine le Bayern Munich grâce aux quatre passes décisives d’un Maradona intenable (2-0, 2-2). En Bavière, la star argentine est l’attraction. Tous les yeux sont rivés sur le napolitain dès l’échauffement pendant qu’il danse avec le ballon.

 

La « Main de Dieu» et le « but du siècle » : Argentine-Angleterre, le 22 juin 1986 en Coupe du monde

Adulé à Naples, Diego Maradona l’est évidement aussi dans son pays. Le lien avec les Argentins est encore plus fort. Après une Coupe du monde 1982 ratée, le numéro 10 de l’Albiceleste est au pic de sa carrière en 1986, au Mexique. Il a 25 ans et est au sommet de son art. Le quart de finale face à l’Angleterre est son chef d’œuvre.

Devant les 115 000 spectateurs du stade Azteca de Mexico, l’un des plus petits joueurs du Mondial (1m65) saute et marque le but le plus controversé de l’histoire. Cette « Main de Dieu » sera suivie trois minutes plus tard du « but du siècle » : Maradona, servi dans son camp, élimine tous les Anglais qui se présentent face à lui, avant de marquer. Sans doute le but le plus mémorable de ce sport.

L’Argentine s’impose 2-1 face à l’Angleterre et se qualifie pour les demi-finales (2-1). Face à la Belgique, un doublé de Maradona (2-0) permet à l’Albiceleste de disputer une finale qu’elle remporte 3-2 face à l’Allemagne de l’Ouest. « El Pibe de Oro » est élu meilleur joueur de la Coupe du monde. Il est, sans conteste, le meilleur joueur du monde.  

Dans son jardin : Italie-Argentine, le 3 juillet 1990 en Coupe du monde

Quatre ans plus tard, Maradona, champion du monde et tout juste champion d’Italie avec le Napoli, prend part au Mondial 1990, dans son deuxième pays : l’Italie. En demi-finales, les Argentins affrontent les Italiens au stade San Paolo de Naples. Le capitaine de l’Albiceleste est chez lui, ou presque. Les Tifosis sont tiraillés mais ont fait leur choix : « Maradona, Naples t’aime, mais l’Italie est notre pays », peut-on lire sur une banderole.

Après l’ouverture du score du meilleur buteur de la compétition Schillaci, l’Argentin Caniggia égalise : 1-1 à l’issue des prolongations. La décision doit se faire aux tirs au but. Diego Maradona inscrit le sien sous quelques sifflets avant que l’Italien Serena ne manque sa tentative et propulse l’Argentine en finale.

Avant le coup d’envoi de la finale perdue face à la RFA (1-0), l’hymne argentin est sifflé. Maradona s’énerve et s’en prend aux supporters italiens. Il quittera le pays un an plus tard.

Le dernier but : Argentine-Grèce 4-0, le 21 juin 1994 en Coupe du monde

En 1994, de retour dans le championnat argentin pour finir sa carrière,  Diego Maradona s’envole avec l’Albiceleste pour le Mondial aux États-Unis où il ne dispute que deux matches. Après celui remporté face au Nigeria (2-1), il est exclu pour cause de dopage. C’est donc face aux Super Eagles qu’il dispute sa dernière rencontre avec la sélection. Son dernier but restera cette magnifique frappe en pleine lucarne face à la Grèce quatre jours plus tôt (4-0). Sans son icône, l’Argentine perd le match suivant et est éliminée dès la phase de poules. Comme un symbole.

Publicado el 26/11/2020 - Modificado el 27/11/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias