Les présidents américains et chinois lors du sommet du G20 à Osaka au Japon, en juin 2019.
Les présidents américains et chinois lors du sommet du G20 à Osaka au Japon, en juin 2019.
Reuters
Artículo

Les États-Unis ratifient une loi sur Hong Kong, à la fureur de la Chine

Donald Trump a signé le 27 novembre 2019 une loi adoptée de manière bipartisane par le Congrès américain, en soutien aux manifestants de Hong Kong, qui sont ravis. La Chine a convoqué l'ambassadeur des États-Unis pour protester.
Por RFI -

Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

La Chine se serait bien passée de ce cadeau de Thanksgiving. Le porte-parole de la diplomatie du régime a immédiatement fait part de son « profond regret », estimant que la loi sur Hong Kong, promulguée mercredi par M. Trump, interférait « de manière manifeste dans les affaires intérieures de Hong Kong », pour ne pas dire de la Chine, et envoyait « un message erroné aux manifestants ».

Pékin a annoncé ce jeudi avoir convoqué l'ambassadeur des États-Unis en Chine, appelant Washington à « ne pas mettre en œuvre » cette loi. Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Le Yucheng, a réitéré la « ferme opposition » de son pays et exhorté les États-Unis à « corriger leur erreur » pour ne pas « nuire davantage aux relations et à la coopération sino-américaines ».

► À lire aussi : Victoire des pro-démocratie aux élections locales à Hong Kong

La loi, ratifiée du bout du stylo par Donald Trump après son approbation par une grande majorité des sénateurs américains, marque l’aboutissement d’un long combat pour le camp pro-démocrate à Hong Kong. « Merci à celles et ceux du Congrès aux États-Unis qui se sont battus avec force depuis cinq ans pour faire passer cette loi », se félicite ce jeudi sur Twitter la chanteuse Denise Hoo.

« Sans le sacrifice et la détermination des Hongkongais, rien n’aurait été possible », ajoute la passionaria du mouvement d’opposition, dans une allusion notamment aux manifestants et aux manifestantes qui, le 8 septembre dernier encore, défilaient avec des drapeaux américains dans les rues de la région administrative spéciale rétrocédée par le Royaume-Uni à la Chine en 1997.

► À lire aussi : « Le mouvement hongkongais participe d’une conjoncture mondiale »

« Nous espérons que le gouvernement américain adoptera la loi pour aider les Hongkongais. Les États-Unis sont l’une des plus grandes puissances et cela aura un impact sur la suite », confiait à RFI une manifestante en septembre. La loi exige du président des États-Unis qu’il examine tous les ans le statut commercial favorable à Hong Kong et puisse le révoquer si les libertés y sont menacées.

L’acte américain ratifié par le Congrès concernant le territoire autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, avait entraîné des restrictions de visas, notamment pour des officiels chinois soupçonnés d’avoir participé à la répression des musulmans ouïghours de cette région. Les autorités chinoises ont de leur côté annoncé des représailles, sans en donner les détails pour l'instant.

Publicado el 28/05/2020 - Modificado el 28/05/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias