Des femmes se recueillent au mémorial du génocide arménien à Erevan, le 21 avril 2015.
Des femmes se recueillent au mémorial du génocide arménien à Erevan, le 21 avril 2015.
David Mdzinarishvili / REUTERS
Artículo

La Chambre des représentants reconnaît le génocide arménien, Ankara voit rouge

Trois semaines après que la Turquie a lancé une opération militaire contre les forces kurdes en Syrie, la Chambre des représentants américaine a reconnu mardi 29 octobre 2019 le génocide arménien dans un vote inédit. Recep Tayyip Erdogan a rétorqué qu'il n'avait « aucune valeur » pour Ankara.
Por RFI -

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

Le résultat du vote a été accueilli par des applaudissements. La résolution reconnaissant le génocide arménien a été adopté par une grande majorité de démocrates et de républicains à la Chambre des représentants.

Un vote qui intervient effectivement quelques semaines après le retrait des troupes américaines et l’offensive menée par la Turquie contre les Kurdes dans le Nord syrien. Une situation qui avait provoqué de vives critiques jusque dans les rangs des plus proches soutiens de Donald Trump.

Pour le démocrate Adam Schiff qui a défendu ce texte pour la reconnaissance du génocide arménien par l’Empire ottoman, il était primordial d’envoyer un signal fort dans le contexte actuel. « Lorsque l’on voit les images de familles terrifiées dans le nord de la Syrie, nous ne pouvons pas dire que les crimes d’il y a un siècle appartiennent au passé. On n’oubliera pas, et on refusera de se taire. »

Les représentants ont également adopté à une grande majorité, là aussi, des sanctions contre certains responsables turcs en lien avec l’offensive syrienne.
Si ce vote est fort symboliquement, il n’est pas contraignant car il doit encore être adopté par le Sénat.

« Cette mesure n'a aucune valeur »

C'est peu dire que l’initiative a déplu à la Turquie. « Je m'adresse au public américain et au reste du monde : cette mesure n'a aucune valeur, nous ne la reconnaissons pas », a déclaré ce mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours devant les députés de son parti à Ankara.

Le ministère des Affaires étrangères a condamné « fortement » un « acte politique dénué de sens », ayant pour « seuls destinataires le lobby arménien et les groupes anti-turcs ». Ankara refuse d’utiliser le mot génocide et continue de parler de massacres en temps de guerre civile avec des victimes dans les deux camps.

Le génocide arménien est reconnu par une trentaine de pays et la communauté des historiens. Selon les estimations, entre 1,2 million et 1,5 million d'Arméniens ont été tués pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Empire ottoman, alors allié à Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. Quant au président Trump, lui-même n’a jamais utilisé le mot génocide.

Publicado el 12/11/2019 - Modificado el 12/11/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias