Le président Idriss Déby Itno, en campagne pour un 4ème mandat, salue ses supporters lors d'un meeting électoral à Ndjamena, le 23 avril 2011.
Le président Idriss Déby Itno, en campagne pour un 4ème mandat, salue ses supporters lors d'un meeting électoral à Ndjamena, le 23 avril 2011.
Gaël Cogne / AFP
Artículo

Idriss Déby Itno en 19 dates

Retour sur les grandes dates qui ont fait l’histoire du dirigeant tchadien.
Por RFI, Patricia Blettery -

1952 - Naissance
Naissance à Berdoba (nord-est du Tchad) dans une famille musulmane.

1980 - Entrée en rébellion
Idriss Déby entre en rébellion aux côtés de Hissène Habré, ancien Premier ministre tchadien, qui le nomme commandant en chef des Forces armées du nord (FAN).

1982 - Renversement de Goukouny Weddeye
Toujours aux côtés de Habré, Déby participe au renversement du régime de Goukouny Weddeye. Hissène Habré devient président de la République.

1989 - Fuite au Soudan
Idriss Déby, alors conseiller de Habré pour la Défense et la sécurité est soupçonné de complot par la présidence tchadienne. Il fuit au Soudan.

1990 - Renversement de Hissène Habré
À la tête du Mouvement patriotique de salut (MPS), qu’il a créé plus tôt dans l’année, Idriss Déby s’empare de Ndjamena le 1er décembre et chasse Habré du pouvoir. Le 4 décembre, il devient président du Conseil d’État.

1991 - Désigné président de la République
Idriss Déby est désigné président de la République par le MPS. Dans les premiers temps de son mandat, il fait adopter le pluripartisme avant qu’une conférence nationale, tenue en 1993, ne donne au pays des institutions provisoires.

1996 - Première élection au suffrage universel
Idriss Déby est élu à la présidence lors du premier scrutin pluraliste au suffrage universel organisé au Tchad, suite à l’adoption de la Constitution de 1996. Il bat Abdelkader Wadal Kamougué avec 69,09 % des voix au deuxième tour. Ce mandat sera marqué, à partir de 1998, par une rébellion du Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT) dans le Tibesti (nord).

2001 - Deuxième élection à la présidence
Idriss Déby remporte l’élection présidentielle dès le premier tour avec 63,17 % des voix.

2004 - Modification de la Constitution
Alors que le Tchad est devenu producteur de pétrole un an auparavant, Idriss Déby fait modifier la Constitution. La limitation à deux mandats présidentiels est supprimée pour lui permettre de se représenter. Le texte est adopté à main levée, par 123 voix pour, 0 contre et une abstention, alors que les députés de l’opposition ont refusé de prendre part au vote.

2006 - Troisième élection à la présidence
Idriss Déby est réélu président de la République du Tchad pour la troisième fois. Il s’impose au premier tour avec 77,53 % des suffrages. Cette élection intervient dans un climat de crise : en avril, une offensive rebelle sur Ndjamena avait été repoussée par les forces loyalistes. Les relations diplomatiques avec le Soudan avaient alors été rompues, le Tchad soupçonnant l’implication de son voisin. Cette rébellion s’était appuyée sur une vague de désertions dans l'armée durant l’année précédente. Les mutins s’étaient retranchés dans l'est du pays, proche du Soudan.

2008 - Attaque rebelle contre Idriss Déby
La plus importante attaque rebelle contre le régime sur Ndjamena depuis 1990, encercle le palais présidentiel avant d'être repoussée. La France apporte à cette occasion un soutien logistique au régime tchadien.

2010 - Processus de normalisation avec le Soudan
Après cinq ans de guerre par rébellions interposées, Ndjamena et Khartoum s’engagent dans un processus de normalisation. Au Tchad, le président soudanais Omar el-Béchir affirme vouloir « tourner la page ».

2011 - Idriss Déby, réélu pour la quatrième fois 
Idriss Déby se présente à l’élection présidentielle. Celle-ci intervient dans un climat politique tendu. Les résultats des législatives de février ont été rejetés par l’opposition et trois des principaux opposants au président appellent au boycott de l’élection. Le 25 avril 2011, il remporte l’élection avec 88,66 % des voix.  
 
2013 – La lutte contre la menace terroriste 
Idriss Déby envoie ses troupes combattre les jihadistes dans le nord du Mali lors de l'intervention française Serval. 
 
2016 – Le cinquième mandat  
Idriss Déby prend la tête de l'Union africaine pour un mandat d'un an. Il est réélu en avril au premier tour de la présidentielle pour un cinquième mandat d’affilée.  

2018 : Une Constitution pour Déby 
Le Tchad adopte une nouvelle Constitution autorisant Idriss Déby à rester au pouvoir jusqu’en 2033. 

2019 - Nouvelle tentative de renversement 
Une colonne de rebelles tchadiens venus de Libye pour renverser le président est stoppée par des bombardements français sur demande de Ndjamena. 

2020 - Maréchal du Tchad 
Idriss Déby est élevé au titre de maréchal du Tchad pour célébrer la victoire en mars de l'armée tchadienne contre le groupe Boko Haram.  

2021- Décès d’Idriss Déby Itno 
Le 20 avril, Idriss Déby décède des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée contre des rebelles dans le nord. Il avait été réélu pour un sixième mandat avec 79,32 % des suffrages exprimés, selon des résultats officiels énoncés la veille. 

Publicado el 15/02/2019 - Modificado el 21/04/2021

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias