François Hollande devant le Panthéon à Paris, le 27 mai 2015.
François Hollande devant les portraits de Germaine Tillon, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay, au Panthéon à Paris, le 27 mai 2015.
Philippe Wojazer/REUTERS
Artículo

Discours au Panthéon: la vision d'une France selon François Hollande

Lors de cérémonie qui s’est déroulée mercredi 27 mai 2015 au Panthéon, en écho au célèbre « Entre ici Jean Moulin » prononcé en 1964 par André Malraux alors ministre de la Culture, François Hollande a lancé aux quatre grandes figures de la Résistance : « Prenez place ici, c’est la vôtre ». Le président de la République pour qui « l’Histoire n’est pas une nostalgie, mais notre avenir » a bien saisi l’instant solennel pour délivrer sa vision de la nation.
Por RFI -

« Aujourd’hui, la France a rendez-vous avec le meilleur d’elle-même ». Le meilleur de la France selon le président de la République, c’est « l’esprit de résistance ». Celui d’abord face aux années noires de Vichy et de la collaboration.

« Soixante-dix ans après ces haines reviennent, elles frappent des innocents, des journalistes, des Juifs, des policiers, et c’est pour conjurer cette résurgence funeste que les Français le 11 janvier se sont levés », a déclaré le président Hollande en référence aux attentats qui ont frappé la France début janvier.

Les Français ne doivent pas se retrouver seulement quand il y a des attentats, estime un ami du président. Et François Hollande au pied des colonnes écrasantes du Panthéon, des portraits immenses des quatre Résistants, a appelé les Français au sursaut : « L’indifférence, voilà l’ennemi contemporain. L’indifférence face au fanatisme, au racisme, à l’antisémitisme », a-t-il mis en garde.

Rassembleuse et généreuse. Voilà la vision d’une France selon François Hollande. Une France qui peut encore donner le meilleur d’elle-même. Un regard volontairement optimiste dans un pays qui vote à 25% pour le FN. Mais à deux ans d’une élection présidentielle qui se jouera, l’Élysée en est certain, sur la question de l’identité, François Hollande ne veut pas laisser le patriotisme à la seule extrême droite, ni même à la droite.

Publicado el 16/09/2015 - Modificado el 29/10/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias