Audio

Congo-Brazzaville: Le difficile retour des déplacés du Pool

Les résidents congolais déplacés des quartiers sud de Brazzaville s'abritent dans une église après avoir fui de violents affrontements le 4 avril 2016.
Les résidents congolais déplacés des quartiers sud de Brazzaville s'abritent dans une église après avoir fui de violents affrontements le 4 avril 2016.
Stringer / AFP
Le difficile retour des déplacés du Pool au Congo-Brazzaville, 6 mois après la signature en décembre d’un cessez-le-feu entre le gouvernement et les partisans du Pasteur Ntumi, les ninjas. Petit à petit, les déplacés, estimés à plus de 100 000, regagnent leurs villages. Mais le plus souvent, à leur retour ils trouvent des maisons cassées, pillées, et des champs détruits. Exemple à Soumouna, l’un des fiefs du Pasteur Ntumi. C’est là qu’ont eu lieu les premiers bombardements en avril 2016. Les villages civils alentour n’ont pas été épargnés. Une série de 5 reportages de Florence Morice.

Épisode 1 : 02'14" - Première diffusion le 02/07/2018

Épisode 2 : Les ex-combattants du Pool en attente de désarmement

«Colonel» Ntumi Sita Nganga Ley, chef des ex-combattants de Kindamba (Pool).

« Colonel » Ntumi Sita Nganga Ley, chef des ex-combattants de Kindamba (Pool). © Florence Morice /RFI

Deuxième volet de notre série de reportages, cette fois aux côtés des anciens combattants. Ils sont estimés à 7 500 par les Nations Unies, même s’il est difficile de connaître leur nombre exact. L’accord de cessez-le-feu signé il y a six mois prévoyait leur désarmement. Mais ces derniers posent un préalable : la levée du mandat d’arrêt lancé, il y a deux ans, contre leur chef, le pasteur Ntumi. Une question délicate toujours pas réglée. Et l’impatience grandit parmi ces ex-combattants qui sortent petit à petit des forêts.

 

Épisode 3 : Dans le Pool, le viol comme arme de guerre

Les violences n'ont pas épargné les femmes. (photo d'illustration)

Les violences n'ont pas épargné les femmes (photo d'illustration). I Lionel Healing / AFP

Six mois après la signature d’un cessez-le-feu entre les autorités et les partisans du Pasteur Ntumi, alors que le calme est revenu, les langues commencent à se délier sur les violences subies. Des violences qui n’ont pas épargné les femmes. Il n’y a pas de chiffres disponibles, le sujet est encore tabou, mais de nombreux cas de viols sont rapportés, commis indifféremment par les deux parties. 

 

Épisode 4 : Retour de l'aide alimentaire à une population malnutrie

À Yamba, à la frontière avec le Pool, un millier de déplacés a trouvé refuge dans les ruines d'un ranch abandonné.

À Yamba, à la frontière avec le Pool, un millier de déplacés a trouvé refuge dans les ruines d'un ranch abandonné. © Florence Morice /RFI

Pendant le conflit qui a duré presque deux ans, quatre districts du département sont restés coupés du monde, inaccessibles, même aux humanitaires. Les civils qui n’ont pas réussi à fuir et se sont ainsi retrouvés privés de ravitaillement, obligés même souvent d’abandonner leurs champs. Un drame pour cette région considérée comme le grenier du Congo et où 80 % de la population vit de l’agriculture. En mars 2018, trois mois après le cessez-le-feu, le PAM, le Programme alimentaire mondial, a enfin pu y démarrer des distributions. Même s’il n’existe pas de données précises, l’organisation estime que dans ces zones les seuils d’urgence de la malnutrition ont été franchis. Depuis le cessez-le-feu, la vie à Kindamba reprend petit à petit.

 

Épisode 5 : Dans le Pool, des civils pris en étau

Un panneau à l'entrée de Kinkala, dans le Pool.

Un panneau à l'entrée de Kinkala, dans le Pool. I Laudes Martial Mbon / AFP

Six mois après la conclusion d’un cessez-le-feu entre les autorités et les combattants ninja du Pasteur Ntumi, certains rouages de cette guerre complexe échappent encore aux observateurs. Mais une chose est sûre, il n’a pas épargné les civils et en particulier les chefs de villages. Deux d’entre eux, qui ont souhaité rester anonymes, ont raconté la façon dont ils se sont retrouvés malgré eux pris à partie. 

 

Publicado el 13/02/2019 - Modificado el 24/09/2020 - Por autor

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias