À Marseille, Jean-Marie Le-Pen déclare : «socialement je suis de gauche, économiquement je suis de droite, nationalement je suis de France.»
À Marseille, Jean-Marie Le-Pen déclare : «socialement je suis de gauche, économiquement je suis de droite, nationalement je suis de France.»
François Guillot / AFP
Article

2002: Chirac-Le Pen, le choc inattendu

La dissolution de l’Assemblée nationale en 1997 conduit à une nouvelle cohabitation. Cette fois, le président est de droite (Chirac) et le premier ministre socialiste (Jospin). Les deux s’attendent à se retrouver confrontés en duel pour la seconde fois mais l’éparpillement des voix à gauche et la faiblesse du score socialiste rétrograde Lionel Jospin en troisième position au terme du premier tour. Coup de tonnerre, c’est Jean-Marie Le Pen qui affronte Jacques Chirac au second tour.
Par RFI -

Au total, seize candidats sont en lice pour le premier tour le 21 avril 2002 :

Jacques Chirac, président sortant, candidat du Rassemblement pour la République.

-  Jean-Marie Le Pen, candidat du Front national (extrême droite).

-  Lionel Jospin, premier ministre, candidat du Parti socialiste.

- François Bayrou, candidat de l’UDF (centriste).

Arlette Laguiller, candidate de Lutte ouvrière (extrême gauche).

Jean-Pierre Chevènement, candidat du Mouvement des citoyens (gauche souverainiste).

Noël Mamère, candidat des Verts (écologiste).

- Olivier Besancenot, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire (extrême gauche).

Jean Saint-Josse, candidat de Chasse, pèche, nature et traditions.

Alain Madelin, candidat de Démocratie libérale.

Robert Hue, candidat du Parti communiste français.

Bruno Mégret, candidat du Mouvement national républicain (extrême droite).

Christiane Taubira, candidate du Parti radical de gauche.

Corinne Lepage, candidate de CAP 21 (écologiste).

Christine Boutin, candidate du Forum des républicains sociaux (droite catholique).

Daniel Gluckstein, candidat du Parti des travailleurs (extrême gauche).

Jacques Chirac : « la démocratie est le bien le plus précieux.»
Jacques Chirac : « la démocratie est le bien le plus précieux.» | ©INA
 

Avant le second tour, Jacques Chirac refuse le traditionnel débat télévisé avec son adversaire. Le chef de l’État sortant fait une campagne minimale cherchant à ne pas effrayer les électeurs de gauche qui s’apprêtent massivement à voter pour lui pour faire barrage à l’extrême droite. Le 5 mai 2002, Jacques Chirac est réélu avec plus de 82% des suffrages exprimés. Le second tour est marqué par une abstention de 20,29% et un taux de bulletins blancs et nuls exceptionnellement élevé (5,39 % des votants).

Le résultat du premier tour de l'élection présidentielle de 2002.
 
Le résultat du second tour de l'élection présidentielle de 2002.
 

 

Le mandat du chef de l'État est désormais de 5 ans au lieu de 7 ans depuis la réforme constitutionnelle adoptée le 24 septembre 2000. Cette réforme met un terme au septennat et fait coincider l'élection présidentielle avec les élections législatives.

 

Publicado el 13/04/2017 - Modificado el 13/04/2017

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

2002: Chirac-Le Pen, le choc inattendu

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.