Manifestation de la diaspora hazara de Norvège contre la violence au Pakistan, devant l'ambassade du Pakistan à Oslo, le 28 février 2009.
Manifestation de la diaspora hazara de Norvège contre la violence au Pakistan, devant l'ambassade du Pakistan à Oslo, le 28 février 2009.
Penny Thew/Creative Commons
Artículo

Pakistan: l'ethnie hazara plus que jamais la cible des terroristes sunnites

C’est l’un des attentats les plus meurtriers jamais commis contre les chiites au Pakistan : plus de 80 personnes ont été tuées et 178 autres blessées samedi 16 février 2013 à Quetta, dans le sud-ouest du pays. Une bombe télécommandée a explosé sur un marché. Le lendemain matin, les sauveteurs ont continué de fouiller les décombres à Quetta.
Por RFI -

Avec notre correspondante au Pakistan, Gaëlle Lussiaà-Berdou.

Le bilan de l'attentat de Quetta qui a eu lieu le 16 février 2013 risque encore de s’alourdir, en raison du nombre de blessés graves. Outre les 81 victimes décédées, on compte en effet  près de 178 blessés.

L’attentat s’est produit à 18 heures le samedi soir, et effectivement, le dimanche matin, il y avait encore une foule de gens qui fouillaient les décombres. Les secours ont retrouvé plusieurs victimes qui étaient sous un immeuble qui s’est effondré sous la force de l’explosion.

Lashkar-e-Jhangvi

La déflagration a été provoquée par une bombe qui était placée dans un camion citerne stationné près d’un marché dans un quartier à majorité chiite de Quetta, qui est habité surtout par des membres de l’ethnie hazara régulièrement la cible d’attaques dans la région du Baloutchistan, notamment de la part du groupe armé sunnite Lashkar-e-Jhangvi qui a revendiqué cet attentat.

Lashkar-e-Jhangvi est un groupe officiellement interdit au Pakistan, qui continue à commettre des attaques contre les chiites.
 

signe plus

1'03" - Mariam Abou Zahab, spécialiste du Pakistan, le 17/02/2013 - par Perrine Mouterde.
« Les activités du Lashkar-e-Jhangvi qui étaient auparavant limitées à Karachi et au Penjab se sont étendues contre les chiites dans les zones tribales et contre les hazaras de Quetta depuis 2004 et 2005. Et maintenant Peshawar est également touché depuis quelques mois. »

 

Dimanche 17 février 2013, la presse pakistanaise fait sa Une sur cet attentat et rappelle qu’il survient à peine plus d’un mois après un autre attentat également très meurtrier.

Pouvoir central

D’ailleurs, le même groupe Lashkar-e-Jhangvi avait aussi revendiqué le double attentat qui avait fait plus de 90 morts en janvier 2013. C’était à proximité et à l'intérieur d'un club de billard, également à Quetta. Après cette attaque, les familles des victimes avaient refusé d’enterrer leurs morts et avaient organisé un sit-in pendant plusieurs jours.

Un peu partout dans le pays, des manifestations s'étaient déroulées pour protester contre l’incapacité du gouvernement à protéger la minorité chiite. En réponse, Islamabad avait démis de ses fonctions le gouvernement provincial du Baloutchistan.

C’est donc désormais le pouvoir central à Islamabad qui administre directement la province. Manifestement cela n’a pas suffi à empêcher l’attentat qui s’est produit. Et d’ailleurs, une journée de deuil a été déclarée dans toute la province du Baloutchistan.
 

Publicado el 04/05/2017 - Modificado el 05/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias