Audio

Les prix du platine au plus bas depuis cinq ans et demi

Les prix du platine au plus bas depuis cinq ans et demi
Transformation du platine dans un entrepot jouxtant une mine de Rustenburg, en Afrique du Sud.
Graeme Williams/Getty
Le platine est boudé par l'automobile, la bijouterie et les investisseurs. Les prix sont au plus bas depuis 2010.

Première diffusion le 19/03/2015

Les prix du platine sont au plus bas depuis cinq ans et demi : l'once vaut moins de 1100 dollars, deux fois moins que début 2008. Le lobby du platine a beau claironner que la production de métal précieux sera encore inférieure à la demande, cette année, ça ne convainc pas les marchés. « Il y a trop de stocks physiques de platine sur le sol  résume Didier Julienne, spécialiste des métaux. Des stocks constitués à l'époque où la demande de platine pour les produits financiers (les ETF ou trackers) était très forte. Depuis, les investisseurs ont fui les matières premières ». Et le marché du platine traîne ses stocks comme un boulet.

La production sud-africaine, trois quarts de la production mondiale, a pourtant baissé l'an dernier, avec les grèves dans les mines, mais l'extraction va revenir à la normale cette année. Et au pire moment : « la demande de platine a chuté dans la bijouterie et l'industrie automobile, explique Christian Hocquard, du BRGM. Le platine, c'est le catalyseur des voitures diesel, mais l'Europe, qui était le seul continent à avoir misé sur ce carburant, y met un gros coup de frein, au profit des voitures hybrides à essence. De plus, dans les catalyseurs des nouvelles voitures diesel, on a introduit un gros pourcentage de palladium (40%), moins cher que le platine », poursuit notre expert. Enfin les premières voitures diesel à pot catalytiques arrivent à l'âge où elles sont mises à la casse, avec leur lot de platine recyclable, qui encombre un peu plus le marché.

Quant à la bijouterie, elle boude elle aussi le métal précieux, jusqu'à présent très populaire en Asie : en Chine la lutte anti-corruption et le ralentissement économique ne sont pas très favorables aux cadeaux somptuaires. Si l'on ajoute la hausse du dollar, qui pénalise les matières premières, et la chute des cours de l'or, qui entraîne les autres métaux précieux vers le bas, le prix du platine n'est pas près de retrouver de l'éclat.

Publicado el 24/02/2016 - Modificado el 24/02/2016 - Por autor

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias