Billets francs CFA
Des billets de francs CFA
Seyllou / AFP
Artículo

Le franc CFA à l'heure de l'euro

La disparition, à partir du 1er janvier 2002, des pièces et billets en francs français aura peu de conséquences sur les 14 pays africains de la zone franc, auxquels s'ajoutent les Comores (franc comorien). En effet, le franc CFA, qui bénéficiait d'une parité fixe avec le franc français depuis 50 ans, est rattaché automatiquement à la nouvelle monnaie unique européenne, l'euro, depuis déjà le 1er janvier 1999, date de son entrée en vigueur. Le CFA est lié à l'euro selon une parité fixe, déduite de sa parité antérieure avec le franc français : 1 euro = 655,957 CFA et 1000 CFA = 1,52449017 euro. Les arrondis sont permis.
Por Francine Quentin -

La thèse française l'ayant emporté auprès de ses partenaires européens, les accords qui lient la France aux 15 membres africains de la zone franc sont maintenus. Depuis l'adoption du traité de Maastricht, en 1992, par lequel les Européens abandonnaient leurs monnaies nationales pour l'euro, la question de l'avenir du franc CFA était régulièrement posée par les responsables politiques et économiques africains de la zone. Et les déclarations réitérées des autorités françaises affirmant que le passage à l'euro ne « changerait rien » pour le CFA ne parvenaient guère à faire taire les inquiétudes.

L'accord intervenu entre la France et ses partenaires au sein de l'euro conserve à la Banque de France et au Trésor français leurs responsabilités antérieures de convertibilité illimitée du CFA, assurée par le compte d'opérations ouvert auprès du Trésor français par les Banques centrales de la zone franc, BCEAO, BEAC, Banque centrale des Comores. En contrepartie de cette garantie, les Banques centrales déposent sur ce compte au moins 65 % de leurs avoirs extérieurs. Le compromis européen confie également à la Banque de France le soin de la parité entre l'euro et le CFA, sachant que parité fixe ne signifie pas parité non révisable, comme l'a bien montré la dévaluation du CFA, en janvier 1994. Les changements éventuels de parité devront faire l'objet d'une information préalable des membres de l'euro 12. L'intégration d'un nouveau membre à la zone CFA ou un changement des règles du jeu au sein de la zone devront en revanche faire l'objet d'un accord avec les Européens.

Quelle parité ?

Pour beaucoup de responsables africains de la zone, la question n'est pas tant celle du rattachement à l'euro, qui présente des avantages, que celle de la parité euro-CFA. Bénéficier d'un taux de change fixe et stable avec la monnaie commune à 12 pays européens, voire davantage dans l'avenir, ne peut que favoriser le commerce et les transactions, alors que les pays de la zone franc réalisent déjà 50 % de leurs échanges extérieurs avec l'Union européenne. L'euro-CFA constitue, dans ce cas, une chance d'ouverture plus large au marché européen.
C'est la valeur de l'euro, présentée comme future grande devise internationale et celle, relative, du CFA qui peut inquiéter les Africains. Si l'euro s'avérait une devise trop forte, les économies de la zone conserveraient-elles une compétitivité internationale ? On se souvient que c'est la politique du franc fort, menée par les Français pour satisfaire aux critères de Maastricht, qui a entraîné la dévaluation du CFA en 1994.

Toutefois, les débuts difficiles de l'euro, depuis 1999, et sa faiblesse inattendue par rapport au dollar atténue sensiblement les craintes qui avaient pu être exprimées. Quant au danger que le CFA ferait peser sur l'euro, on rappelle que la masse monétaire de la zone CFA ne représente pas 1 % de la masse monétaire en euro. Il n'en demeure pas moins que le «tabou» du lien indéfectible entre le franc français et le CFA tombe avec l'avènement de l'euro. Et, comme il n'y a que le premier pas qui coûte, des entrepreneurs africains, soucieux d'intégrer au plus vite le champ de la mondialisation, commencent à dire qu'il y aurait peut-être intérêt, pour les pays africains, à utiliser, eux aussi, les variations du taux de change comme instrument de politique économique, recouvrant ainsi leur souveraineté monétaire.

Publicado el 16/12/2015 - Modificado el 03/02/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias