#El francés en la actualidad

Propre

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« 100 % d’énergie propre d’ici 2045. » C’est l’ambitieux projet de l’état californien, qui met d’ailleurs cet état en porte-à-faux par rapport à l’administration fédérale américaine, plutôt « climato-sceptique », c’est-à-dire qui ne croit qu’à moitié à l’urgence de modifier nos politiques énergétiques. Or la Californie veut des énergies propres ! C’est-à-dire en fait des énergies renouvelables, et non des énergies fossiles qui mettent des centaines de milliers d’années à se reconstituer. Mais ce mot de propre évoque également ce qu’on fait de la planète : non seulement on l’appauvrit en brûlant des énergies fossiles, mais on risque de rejeter des déchets dont on ne se débarrasse plus, qui ne se dégradent pas, et salissent, polluent, donc altèrent, modifient dans un mauvais sens, notre sol, notre sous-sol ou notre atmosphère.

Et si ces énergies polluantes sont « sales », autant dire que les autres sont propres, ou en tout cas plus propres.

Et le mot peut en fait avoir deux sens. Surtout si l’on se souvient qu’il a été employé aux États-Unis : il s’agit de ce qui est « clean », adjectif anglais souvent compris et utilisé en français, et dont, de toute façon, les implications et les sous-entendus se retrouvent à peu près dans notre mot « propre ».

Souvent le mot a un rapport avec la drogue : il est « clean » c’est-à-dire qu’il n’est pas drogué. Mais parfois elle peut avoir un autre sens : telle société est secouée par une affaire d’escroquerie, de malversation… on mène l’enquête, et on peut entendre dire que le comptable est tout ce qu’il y a de clean ! C’est-à-dire qu’il n’a rien à se reprocher ; il n’est pas impliqué, il ne s’est pas sali les mains !

Le couple propre/sale est souvent entendu comme correspondant à honnête/malhonnête. Et c’est d’ailleurs souvent sur un plan moral que ça fonctionne. Ce qu’on retrouve bien entendu avec une expression, un peu ancienne, mais encore utilisée et comprise, comme « c’est du propre ! » On dit aussi « c’est du joli ! » dans le même sens, par ironie, par antiphrase diraient des grammairiens. Une exclamation qui souligne la honte, qui désigne du doigt du mépris.

On comprend facilement comment on arrive au sens figuré de propre et de sale. Mais quel est le sens propre... de propre si l’on peut dire ?

Depuis l’ancien français cet adjectif signifie souvent soigner, bien arrangé. Mais c’est déjà un sens dérivé.

Propre a au départ deux sens assez différents, mais qu’il a gardés.

Il renvoie d’abord à ce qui appartient à une personne. C’est presque un intensif de la possession : ma propre maison, c’est ma maison, et même ma maison à moi ! Venir me dire sa dans ma propre maison ! On sent que le mot en rajoute sur l’exclamation.

D’autre part, ce même mot signifie « adapté », doué pour telle ou telle chose. C’est de là que vient le mot approprié, qui dans cet usage est plus fréquent aujourd’hui. On peut se souvenir de l’expression propre à rien (qui ne sait rien faire) qui l’explique bien. Mais le fait que propre veuille dire « qui convient » l’a entraîné vers d’autres sens : convenable, donc digne de l’usage qu’on veut en faire, et par extension, soigné, élégant, sans reproche.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias