#El francés en la actualidad

Mécanisme

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Félicien Kabuga sera-t-il jugé par le Mécanisme et transféré à Arusha, en Tanzanie, comme le demandent certains juges ? C’est bien possible, mais l’information est étonnante : qu’est-ce donc que ce mystérieux Mécanisme ? C’est le nom qu’on a donné à cet organisme chargé de poursuivre les travaux des tribunaux pénaux internationaux.

Ce nom de mécanisme est-il bien trouvé ? Il peut surprendre, et donne d’abord l’impression d’un instrument implacable. Ce n’est pas l’idée de justice qui en ressort, mais plutôt l’idée que quand il est mis en marche, rien ne peut plus l’arrêter. On sait bien qu’un tribunal, surtout s’il a pour vocation de juger des crimes particulièrement graves, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, crimes souvent imprescriptibles, ne doit pas être manipulé par des sentiments de pitié, sinon pour les victimes, de faiblesse, de trop grande clémence. Mais on sait aussi qu’existe la présomption d’innocence, que le doute doit bénéficier à l’accusé, que la notion d’intime conviction instille une certaine dose de subjectivité dans les décisions judiciaires. Alors attention, je ne suis pas en train de plaider en faveur des génocidaires, mais je m’interroge sur les effets de sens portés par ce mot mécanisme, qui spontanément évoque davantage la guillotine que la réflexion.

En effet un mécanisme, c’est quelque chose de mécanique. Les deux mots sont proches mais pas synonymes : le mécanisme est le système qui fait fonctionner une mécanique. On parle par exemple d’un mécanisme d’horlogerie. Pour une montre, un réveil, une horloge, et aussi pour une bombe à retardement qui explosera à un moment donné parce que justement une petite horloge détermine le moment de la déflagration. Et on pense spontanément à un assemblage de poulies, de rouages, de contrepoids. C’est inventé par l’homme, mis en marche par l’homme, mais une fois que la dynamique a démarré, elle n’a plus besoin de l’inventeur pour progresser. Ce qui fait que fréquemment, le mot mécanisme évoque ce qui est déshumanisé. Ce qui fonctionne mécaniquement, c’est en général ce qui fonctionne automatiquement. Machinalement pourrait-on dire ? Oui peut-être, ce qui nous rappelle que machine et mécanisme sont des mots de la même famille.

Au sens littéral, une machine est une construction conçue pour effectuer un certain travail : et souvent on garde ce mot de machine dans la désignation de l’invention : machine à coudre, à laver, etc. Et au sens figuré, elle désigne un appareil concret ou abstrait, mais sans âme. On peut en admirer l’ingéniosité, la complexité : la machine céleste, c’est le mouvement des étoiles. Et si l’on parle de la machine judiciaire - expression qu’on entend parfois - on souligne justement que le prévenu peut être broyé, qu’il ne sera ni entendu ni considéré.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias