#El francés en la actualidad

Journal en français facile du 26/01/2016 - 20h00 - 20h10 TU

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Adrien Delgrange :
Il est 20h en TU, 21h à Paris, 22h à Damas, merci à vous d'écouter Radio France Internationale.

Sylvie Berruet :
Le journal, Adrien Delgrange.

AD :
Bienvenue à tous en direct dans ce journal en français facile et ce soir je suis accompagné de Sylvie Berruet pour vous le présenter, bonsoir Sylvie

SB :
Bonsoir Adrien, bonsoir à tous !

AD :
À la Une de ce journal du mardi 26 janvier 2016

SB :
Le Parlement danois a adopté ce mardi une réforme dans le but de dissuader, de décourager les migrants de venir au Danemark.

AD :
À quelques jours des pourparlers sur la Syrie pour trouver un accord de paix, nous entendrons dans ce journal le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, au sujet du conflit syrien.

SB :
La France, par la voix de François Hollande espère toujours vendre 6 réacteurs nucléaires à l'Inde, mais la baisse du prix des autres énergies pourrait empêcher la vente.

AD :
Et puis retour sur la colère des chauffeurs de taxis en France, ils protestent contre la concurrence déloyale, inéquitable, des véhicules de tourisme avec chauffeur. Un médiateur a été nommé.

SB :
Et tout d'abord, le Danemark durcit sa politique d'accueil des migrants...

AD :
Le parlement danois a adopté à une très large majorité un projet de loi qui risque de rendre encore plus difficile l'obtention de l'asile.Le texte fait polémique, il est très critiqué par les organisations internationales.Dont le HCR, le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies dénonce un texte qui je cite nourrit « la peur et la xénophobie », Anastasia Becchio a suivi les ultimes débats au parlement danois.

Après plus de trois heures de débats dans un hémicycle aux trois quart vide, les sièges commencent à se remplir... les députés de la droite et de l'extrême droite retournent à leur place, à mesure qu'approche l'heure du vote. La flamboyante ministre de l'Intégration monte à la tribune pour clore les débats et marteler qu'il faut mieux contrôler les frontières. Inger Støjberg, qui a porté ce texte et est même allée le défendre à Bruxelles, a passé son temps à consulter son téléphone. Il faut dire que l'issue du vote ne faisait pas de doute depuis le ralliement des sociaux démocrates. Le député Dan Jorgensen en est le porte-parole. « Ça ne sont pas des décisions faciles que nous avons prises, mais elles sont nécessaires car nous sommes dans une situation où accueillons bien plus de réfugiés que nous ne pouvons accepter ». L'an dernier le pays a enregistré près de 21 000 demandes d'asile : le modèle social danois est en péril préviennent les représentants du parti libéral au pouvoir. Markus Knuth député Venstre. « C'est malheureux que nous ayons du, par exemple augmenter les délais pour les regroupements familiaux, mais c'est une mesure que nous avons prises parce que sans ça, le nombre de personnes qui viennent au Danemark justement en raison de son bon système de protection sociale aurait explosé et nous ne pouvons les gérer ». Des arguments rejetés par l'extrême gauche au parlement, qui dénonce un concours européen de repli.

SB :
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a tenu ce mardi 26 janvier sa conférence de presse annuelle.

AD :
Le chef de la diplomatie russe s'est montré dur avec les États-Unis, qu’il accuse de manipuler le reste du monde. Et pourtant Moscou et Washington se sont rapprochés ces derniers mois, au sujet notamment du règlement de la crise en Syrie qui dure depuis 5 ans. Sur la Syrie Sergueï Lavrov estime que la Russie a permis de « renverser la situation », des propos recueillis par Muriel Pomponne à Moscou.

« Les actions des forces aériennes russes effectuées à la demande du gouvernement syrien, ont réellement permis de renverser la situation dans le pays. Cela a permis de réduire l'espace contrôlé par les terroristes. Cela a également permis d'avoir un aperçu plus clair de la situation : voir qui lutte contre les terroristes, et qui se comporte comme leurs complices pour atteindre ses objectifs. Notre participation active dans la lutte antiterroriste a favorisé l'adoption d'une série de résolutions importantes au conseil de sécurité de l'Onu, visant à faire cesser le financement du terrorisme, et à arrêter le phénomène d'enrôlement des djihadistes étrangers. Et nous exigeons des rapports honnêtes et détaillés du secrétaire général de l'ONU, sur qui respecte ces engagements et de quelle façon. »

AD :
Sergueï Lavrov le chef de la diplomatie russe au sujet de la Syrie et ce à quelques jours de l'ouverture prévue de négociations inter syriennes à Genève.

SB :
La suite de la visite d'Hassan Rohani en Europe, le président iranien a été reçu aujourd'hui au Vatican par le pape François.

AD :
Et le représentant des catholiques dans le monde a exhorté a demandé de manière insistante à Hassan Roahni d'œuvrer pour la paix au Moyen-Orient. Le Saint-Siège a souligné « rôle important » de cette république islamique, puissance régionale, alors que les sanctions contre l'Iran ont été levées le 16 janvier après un accord international sur le nucléaire iranien. Enfin, Hassan Rohani doit visiter le Colisée mercredi à Rome avant de s'envoler pour Paris où il est attendu par son homologue français François Hollande, et des dizaines de patrons français.

SB :
Le président français, Adrien, qui vient de terminer une visite d'État de trois jours en Inde.

AD :
Hier, François Hollande, a partagé son « espoir de voir se conclure d'ici la fin de l'année » les négociations sur la vente réacteurs nucléaire à l'inde. 6 réacteurs nucléaires de type EPR, de dernière génération, construit par la l'entreprise française Areva. Seulement, depuis le début des négociations en 2009, la situation a changé car le prix des autres sources d'énergies a fortement baissé, ce qui pourrait compromettre la vente de la plus puissante centrale nucléaire du monde. Correspondance en Inde, Sébastien Farcis.

Areva fait face à de nombreux obstacles depuis 6 ans : une partie des agriculteurs de la zone côtière de l'ouest de l'Inde, où devrait être située la future centrale, sont farouchement opposés à la vente de leurs terres. Ce site se situe également en bordure d'une zone sismique à hauts risques, ce qui pourrait être dangereux. Mais c'est maintenant sur le prix que le projet est fragilisé. Le coût estimé de la construction a augmenté. Et dans un contexte de baisse du tarif des hydrocarbures et des énergies renouvelables, le projet de l'EPR devient moins compétitif. C'est l'analyse d'Amit Bhandari, spécialiste des énergies au centre de recherches Gateway House. Pour les réacteurs d'Areva qui sont en cours de construction, le coût est d'environ 6 millions de dollars par mégawatt installé. Cela revient trop cher comparé aux autres centrales nucléaires, à celles à charbon, comparé au gaz mais aussi à l'énergie solaire maintenant. Économiquement, cette option est donc obsolète. Areva, déjà très endettée, devra donc réduire ses prix si elle veut rester compétitive. Mais même dans ce cas, il faudra encore que des assureurs, ou l'État se porte garant. Car l'Inde compte l'une des lois les plus sévères sur la responsabilité. Et l'entreprise française pourrait être poursuivie et payer d'importantes indemnisations en cas d'accident.

SB :
En France aujourd'hui réunion d'urgence à l’hôtel Matignon, en cause, Adrien, la grève des chauffeurs de taxis...

AD :
Des chauffeurs de taxis très en colère, ils manifestent contre la concurrence, déloyale, c'est à dire inéquitable selon eux, des véhicules de transport avec chauffeur, les VTC qui ne payent pas les même charge que les chauffeurs de taxis. En marge des manifestation, des incidents dont certains violents, ont éclaté en région parisienne, feu de palettes, routes bloquées, une personne a été renversée à l'aéroport d'Orly... Le Premier ministre a condamné ces actes de violence les qualifiants d' « inadmissibles » et Manuel Valls a décidé de nommer un médiateur, une personne qui devra faire l'intermédiaire entre les différentes parties, Patricia Lecompte.

Ils étaient 2100 en région parisienne ce mardi a manifester, bloquant différents axes routiers d'Ile de France... Démonstration de force et opération musclée, ont dégénéré en actes violents. Bilan : 1 blessé et 20 interpellations. Face à la colère des chauffeurs de taxis qui ne fléchit pas, l'exécutif a décidé d'intervenir. Le premier ministre a même bousculé son agenda. À midi, Manuel Valls recevait à Matignon une délégation d'organisations professionnelles de taxis en compagnie des ministres de l'intérieur et des transports, afin de calmer le jeu... Tout en condamnant fermement les débordements. À la sortie de la réunion, qui a duré trois heures, plusieurs mesures ont été annoncées par le premier ministre. Matignon a décidé d'intensifier les contrôles, afin de mettre un terme aux pratiques abusives des chauffeurs de VTC. La priorité étant de garantir les conditions d'une concurrence loyale entre les taxis et les sociétés de VTC. Le gouvernement veut rapidement étouffer la contestation... Un médiateur sera nommé d'ici 48 heures, un gage supplémentaire aux engagements pris précédemment par le gouvernement de rééquilibrer le secteur en pleine turbulences.

AD :
Patricia Lecompte. Et puis, ce soir le préfet de police de Paris appelle à la dispersion des manifestants. À noter également que des fonctionnaires, des contrôleurs aériens étaient en grève aujourd'hui pour demander une hausse de leur pouvoir d'achat.
C'est la fin de ce journal en français facile, je vous remercie de l'avoir écouté. Et puis je vous laisse en compagnie d’Alain Pilot et de son invitée ce soir de la bande Passante, la chanteuse : la grande Sophie ! Il est 20h10 en Tu 21h10 ici à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias