#El francés en la actualidad

Journal en français facile 30/11/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI, il est 21h, ici, à Paris, 20h en TU.
Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain Auzouy, bonsoir à tous.

RA : À la Une ce soir : vers une sortie de crise pour le gouvernement en France. La majorité présidentielle annonce la réécriture de l'article 24 de la loi sur la « sécurité globale ». Article qui a provoqué d'importantes manifestations ce week-end.

SB : En Thaïlande, cinq étudiants inculpés pour crime de lèse-majesté. Ils risquent jusqu'à quinze ans de prison pour avoir critiqué le roi pendant des manifestations pro démocratie.

RA : Et puis, le prix Goncourt attribué aujourd'hui. Le vainqueur est Hervé Le Tellier pour son roman L'Anomalie, un titre qui a une résonnance particulière en cette année de pandémie.

-----

SB : En France, l'article 24 de la loi sur la « sécurité globale » va être réécrit.

RA : C'est un épisode important dans une crise que traverse le gouvernement. Cet article 24, au cœur de la contestation, encadre la diffusion d'images des policiers et il est jugé liberticide par ses opposants et notamment les organisations de journalistes -c'est-à-dire contraire à la liberté-, car il empêcherait de filmer les policiers et les gendarmes lors d'intervention de sécurité. Voilà pourquoi, il y a eu d'importantes manifestations samedi. Face à cette colère qui monte, le président français a dû intervenir ce lundi, une nouvelle fois. Julien Chavanne.

Son message sur Facebook vendredi n’avait pas suffi. Emmanuel Macron a donc convoqué une réunion d’urgence, ce lundi à la mi-journée, à l’Élysée. Jean Castex, Gérald Darmanin et les responsables de la majorité ont eu droit à un recadrage. Le chef de l’État agacé par la situation leur a ordonné de trouver une solution. Résultat immédiat. La majorité organise une conférence de presse l’après-midi. Christophe Castaner, le chef des députés En Marche, fait son mea culpa : « Nous n’avons pas convaincu. Je n’ai pas convaincu. Eh bien, à ce moment-là, il ne faut pas avoir de gêne, il faut assumer et dire "on reprend notre plume". » L’article 24 n’est ni retiré ni suspendu, insiste Christophe Castaner. La majorité et le gouvernement battent en retraite en essayant de ne pas perdre la face alors que Gérald Darmanin ne voulait rien lâcher. Le travail de réécriture a commencé le soir même à Matignon. Mais l’opération déminage n’a pas convaincu les oppositions. La droite compte bien faire adopter sa version au Sénat quand la gauche demande toujours le retrait du projet de loi.

RA : Julien Chavanne.
Cette crise s'inscrit dans un contexte de violences policières en France après la diffusion notamment d'une vidéo où l'on voit un producteur de musique être roué de coup par des forces de l'ordre. Ce lundi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin était auditionné par la Commission des lois de l'Assemblée nationale. Il assure qu'il n'y a pas de divorce entre la police et la population, et il réaffirme sa confiance envers le préfet Didier Lallement, préfet de police de Paris, qui est vivement critiqué.

SB : Des tensions entre l'Iran et Israël.

RA : À l'origine, l'assassinat d'un scientifique iranien vendredi, assassinat attribué à Israël par Téhéran, attribué cela veut dire que pour l'Iran c'est Israël qui est derrière sa mort. Et d'ailleurs, aujourd'hui, les autorités iraniennes ont évoqué une opération complexe, accusant le Mossad, les services secrets israéliens, ainsi qu’un groupe d'opposition les Moudjahidines du peuple, qui vivent en exil. L'Iran menace de représailles. Israël, de son côté, n'a pas réagi aux accusations de Téhéran.

SB : En Thaïlande, douze manifestants sont accusés du crime de lèse-majesté et parmi eux cinq sont inculpés.

RA : Le crime de lèse-majesté, c'est le fait de s'en prendre au roi, même pacifiquement, de le critiquer. Et ces dernières semaines, les manifestations pro démocratie qui se sont multipliées en Thaïlande visaient bien souvent le roi, accusé de toute puissance. Mais c'est la première fois depuis deux ans que cet article du Code pénal, qui prévoit de punir le crime de lèse-majesté, est utilisé. Et il peut valoir jusqu'à quinze ans de prison. Explications à Bangkok de Carol Isoux.

L’article 112, comme on l’appelle ici, a encore frappé. L’article 112 du Code pénal thaïlandais qui n’avait pas été utilisé depuis plusieurs années, à la demande expresse du souverain Rama X, vient de faire sa réapparition, sans doute dans le but de muscler l’arsenal législatif à la disposition des autorités pour faire cesser les manifestations étudiantes qui agitent les rues de Bangkok et d’autres villes du pays depuis des mois. Cinq jeunes gens parmi les meneurs du mouvement ont été entendus au commissariat aujourd’hui. L’une des principales revendications des manifestants étant une réforme de la monarchie, des propos peu flatteurs à l’égard du roi Rama X sont souvent tenus lors de ces rassemblements. L’abrogation de la loi de lèse-majesté, qui prévoit jusqu’à quinze ans de prison pour toute critique du roi, de la reine ou de l’héritier de la couronne fait d’ailleurs partie des demandes essentielles des manifestants. Carol Isoux, Bangkok, RFI.

SB : Aux États-Unis, Joe Biden continue de former sa future équipe.

RA : Aujourd'hui, c'est le directeur du Trésor qui a été annoncé, le Trésor est en charge de la sécurité financière des États-Unis. Et il s'agit d'une directrice en la personne de Janet Yellen, ancienne présidente de la Banque centrale. Précisons que cette nomination doit encore être confirmée par le Sénat. En tout cas, ce qui ressort de ces nominations par le futur président américain, c'est la place accordée aux femmes. La meilleure illustration, c'est la future équipe de communication de Joe Biden : uniquement des femmes, sept au total. Explications Murielle Paradon.

« Ces femmes apportent une perspective différente à leur travail », selon Joe Biden. « Elles brisent les barrières », dit même Kamala Harris, la vice-présidente, qui est elle-même la première femme à occuper ce poste. La nomination d'une équipe de communication exclusivement féminine à la Maison Blanche marque une volonté de rupture avec la précédente administration. Les sept heureuses élues ont toute de l'expérience, comme Jen Psaki, 41 ans, choisie comme responsable de la presse. Elle avait occupé notamment le poste de directrice de la communication sous Barack Obama. Nommée comme adjointe, Karine Jean-Pierre, était la directrice de campagne de Kamala Harris. Elle rassemble à elle seule beaucoup de symboles. Noire, ouvertement lesbienne, immigrée, ses parents sont d'origine haïtienne, elle déclarait en 2018 être tout ce que Donald Trump déteste. En dehors de ces postes à la communication de la Maison Blanche, d'autres nominations importantes devraient intervenir dans les jours à venir.  D'autres femmes, de couleur dont les noms circulent dans la presse et qui font déjà grincer des dents dans les rangs des républicains.

RA : Murielle Paradon.

SB : Enfin, le prix littéraire le plus prestigieux en France a été annoncé aujourd'hui.

RA : C'est le prix Goncourt, annoncé avec un mois de retard car les organisateurs ont souhaité attendre la réouverture des librairies, samedi dernier. Avant de vous donner le nom du le vainqueur, il faut préciser que l'annonce s'est faite par visioconférence, chaque juré est resté chez lui, en raison de la pandémie de coronavirus, alors qu'habituellement -c'est une tradition- cela se passe au restaurant Drouant à Paris. Et donc, c'est ainsi qu'Hervé Le Tellier a appris qu'il était l'heureux lauréat pour son roman intitulé L'anomalie, et qui était l'un des favoris parmi les quatre livres en lice, en compétition. Catherine Fruchon-Toussaint.

Succès de librairie, L'anomalie rallie tous les suffrages depuis sa sortie : critiques et publics. Ce n'est donc pas une surprise que les jurés du Goncourt aient choisi Hervé Le Tellier, qui à 63 ans et déjà l'auteur de plusieurs livres, mais qui ici a fait mouche avec ce roman enthousiasmant. Entre polar et science-fiction, l'écrivain imagine qu'en 2021, un avion sur la ligne Paris-New York subit une terrible tempête, mais poursuit son vol comme prévu. Sauf que trois mois plus tard, le même avion avec les mêmes 257 passagers réapparait dans le ciel et demande lui aussi à atterrir. Fantastique, impossible, magique, oui c'est tout cela, puisque comble de l'irréel, toutes les personnes à bord vont se retrouver face à leur double qui elle ont déjà repris leur existence. Ambitieux sans être prétentieux, ce roman est autant un divertissement qu'un vrai questionnement sur le champ des possibles et du tournant que peuvent prendre nos vies, à cause d'une « anomalie », un sujet qui pour beaucoup fait écho à l'année écoulée.

RA : L'anomalie d'Hervé Le Tellier, publié chez Gallimard. Et à noter qu'un autre prix prestigieux a été annoncé aujourd'hui, le Renaudot, attribué à Marie-Hélène Lafon pour son roman intitulé Histoire du fils. Une saga qui court sur un siècle de 1908 à 2008.

SB : Enfin de la voile, le troisième du Vendée Globe est en grande difficulté.

RA : Kevin Escoffier a dû quitter son bateau car celui-ci a été victime d'une importante voie d'eau -de l'eau est entrée sur son bateau, il se trouve donc sur un radeau en attente d'être secouru. Il a demandé au concurrent le plus proche de venir l'aider. C'est donc le quatrième, Jean Le Cam, qui est arrivé le plus vite auprès de Kevin Escoffier, mais l'opération s'annonçait délicate en raison d'une mer très agitée.
C’est la fin du Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias