#El francés en la actualidad

Journal en français facile 29/11/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile, journal que je vous présente avec Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir à toutes et à tous.

LB : À la Une, le médecin de Maradona accusé d'homicide involontaire. Les filles de la légende du football, disparu mercredi, mettent en cause la façon dont leur père a été pris en charge.

ZK : Eux sont placés en détention provisoire, en France, les trois policiers impliqués dans le tabassage de Michel Zecler sont mis en examen. L'enquête est désormais confiée à un juge d'instruction.

LB : Et puis, une femme politique qui se sert des jeux vidéo pour appeler les jeunes à voter. Ça se passe aux États-Unis. Reportage, dans ce journal.

-----

ZK : On se rend en Argentine, pour débuter ce journal. Quatre jours après la mort de Maradona, c'est son médecin personnel qui fait la Une ce dimanche.

LB : Le docteur Leopoldo Luque est en effet visé par une enquête pour homicide involontaire, comprendre meurtre involontaire. Et après l'énorme émotion et le deuil national, la mort du dieu du football prend désormais un tour judiciaire. À Buenos Aires, les explications de Georges Quirino.

L’affaire fait la Une de tous les médias ici. Les perquisitions se sont terminées à la mi-journée au domicile et à la clinique privée du docteur Luque. Les enquêteurs ont récupéré des cartons de documents, des ordinateurs, des téléphones. Toute l’information autour de l’état de santé de Diego Armando Maradona. La justice cherche à savoir s’il y a eu une négligence médicale. Ce sont les soupçons des filles du « Pibe de Oro » qui se sont exprimés face à la justice hier et notamment à propos de leurs doutes au sujet du traitement du docteur Luque. Le médecin a parlé à la presse. « Je suis à disposition de la justice, a-t-il dit très ému, je suis sûr d’avoir fait le mieux possible avec Diego. » Le neurochirurgien en larmes, parfois en colère face aux soupçons. L’Argentine veut savoir si la mort de Diego Armando Maradona aurait pu être évité. Après l’émotion, c’est peut-être le début d’une affaire Maradona. Georges Quirino, Buenos Aires, RFI.

ZK : Au Nigeria, c'est l'attaque la plus meurtrière de l'année contre des civils.

LB : Au moins 110 personnes ont été tuées dans l'État de Borno, dans le nord-est du pays. En proie à une insurrection jihadiste depuis plus de dix ans, le massacre s'est déroulé le jour des élections locales dans cet État, les premières organisées depuis le début de l'insurrection de Boko Haram en 2009.

ZK : En Ethiopie, Mekele, la capitale de la région du Tigré est désormais sous le contrôle de l'armée fédérale.

LB : C'est ce qu'a annoncé hier soir le Premier ministre Aby Ahmed, après trois semaine de combats. C’est une étape importante pour le pouvoir éthiopien, puisque c'est à Mekele que seraient retranchées les autorités de la région qui ne reconnaissent par le pouvoir d'Addis-Abeba.

ZK : Les autorités iraniennes réfléchissent à la riposte à donner après l'assassinat d'un physicien nucléaire.

LB : Dans une attaque au véhicule piégé. Pour Téhéran, c'est Israël qui en est responsable. Au Parlement, les députés ont signé à l'unanimité un appel à venger le savant. Hier, les Nations unies avaient de leurs côtés appelées « à éviter toute action qui pourrait mener à une aggravation des tensions » au Moyen-Orient.

ZK : On se rend en Chine à présent. Pékin qui vient de mettre en service son premier réacteur nucléaire de fabrication 100% made in China.

LB : Une première symbolique pour Pékin qui se rêve en leader mondial de la lutte pour le climat et un enjeu stratégique également pour le régime chinois. Explications avec Zhifan Liu, à Pékin.

C’est un grand pas que vient de faire la Chine dans sa volonté d’indépendance en matière de nucléaire vis-à-vis de la technologie occidentale. Baptisé Hualong One, le premier réacteur nucléaire construit par la Chine peut produire jusqu’à 10 milliards de kilowattheure d’électricité chaque année. Jusqu’ici, Pékin misait sur la coopération avec d’autres puissances étrangères pour les réacteurs de nouvelle génération, mais ce changement de stratégie s’intègre dans la volonté chinoise de renforcer son autonomie dans les secteurs stratégiques, dans un contexte international compliqué par les tensions commerciales avec les États-Unis. C’est aussi un premier pas de la Chine dans sa quête pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2060, un objectif annoncé en grande pompe il y a quelques semaines par le président Xi Jinping à la tribune virtuelle des Nations unies. Jusqu’ici, les centrales nucléaires chinoises étaient reléguées au second plan, ne fournissant que 5% des besoins électriques du pays en 2019. Mais cela devrait changer rapidement, on estime que Pékin devrait doubler la France en 2022 pour devenir la deuxième puissance dans ce secteur derrière les États-Unis. Zhifan Liu, Pékin, RFI.

ZK : Vous écoutez le Journal en français facile sur Radio France internationale en direct de Paris, où il est 21h05 à Paris.
En France, des policiers en prison dans l'affaire Michel Zecler.

LB : Michel Zecler, c’est ce producteur de musique noir passé à tabac le week-end dernier à Paris par trois policiers. Des policiers mis en examen et placés en détention. C'est ce qu'annonce ce soir le procureur de la République. Ils sont poursuivis pour « violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ». Le Parquet a également demandé le placement sous contrôle judiciaire pour le quatrième policier, lequel était arrivé en renfort et aurait selon toute vraisemblance lancé une grenade lacrymogène dans le studio où se trouvait Michel Zecler pour en faire sortir ses occupants.

ZK : Toujours en France, Jean Castex annonce que le gouvernement présentera la semaine prochaine sa stratégie vaccinale contre le Covid-19.

LB : La campagne de vaccination devrait commencer entre la fin décembre, début janvier, avec un ciblage des personnes prioritaires. Suite à cette annonce, les médecins généralistes et les personnels de soins libéraux montent au créneau, ils réclament d'être associés au protocole de vaccination et demandent au gouvernement de ne pas reproduire la même erreur qu'en 2009 où ils n'avaient pas été invités à participer à la vaccination contre la grippe H1N1. Patricia Lecompte.

De nombreux médecins généralistes estiment que le gouvernement ne peut pas faire sans eux. Proche de leur patientèle auprès de laquelle ils ont un capital confiance, ils exigent d’être partie prenante si le gouvernement veut que la vaccination soit un succès. Jean-Paul Hamon, médecin généraliste et président d'honneur de la Fédération des médecins de France : « Il y a un tissu libéral qui existe encore sur le territoire malgré la désertification. Ceux sont les médecins généralistes, les infirmières libérales, les pharmaciens. Je ne vois pas comment l’administration pourrait envisager de reproduire les mêmes erreurs de 2009 où ils avaient vacciné avec toute leur organisation et leur fameux vaccinodrome six millions de personnes, alors que les médecins généralistes en 2008 vaccinaient tranquillement 12 millions de personnes. » Dans sa dernière intervention télévisée, Emmanuel Macron a évoqué une campagne de vaccination rapide et massive, de son côté, la maire de Paris Anne Hidalgo pourrait mettre en place cinq grands sites de vaccination et ainsi vacciner 30 à 40% de Parisiens. Une erreur pour Jean-Paul Hamon : « La meilleure façon de réaliser des clusters avec les personnes fragiles : regroupons les personnes fragiles dans un même centre pour les vacciner et vous allez voir combien il y en a de positive. » Jean-Paul Hamon, demande au gouvernement de se référer à ce que dit la haute autorité de santé à savoir « qu'il faut s'appuyer sur les médecins généralistes ».

ZK : Direction les États-Unis, où une élue New-Yorkaise fait parler d'elle, sur une plateforme consacrée aux jeux vidéo.

LB : Son nom : Alexandria Ocasio-Cortez. Elle avait déjà la réputation d’être très connectée et d'être une habituée des réseaux sociaux. Elle diffuse désormais ses parties de jeux vidéo sur la plateforme Twitch, et elle rassemble à chaque fois des centaines de milliers de téléspectateurs. Un moyen pour elle d’appeler les jeunes à voter et aussi de parler des sujets importants comme les inégalités, le climat ou encore l’assurance maladie. Loubna Anaki.

Sur le petit écran, Alexandria Ocasio-Cortez vient de tuer un autre joueur en ligne. L’élue dit se sentir coupable, mais semble prendre du plaisir à jouer. Depuis quelques semaines, AOC organise des parties d’Among Us. Un jeu à la Cluedo où les participants incarnent des petits astronautes dans une station spatiale. Certains d’entre eux sont des imposteurs et doivent assassiner les autres sans se faire démasquer. Le tout est diffusé en direct sur Twitch, la plateforme de streaming dédiée aux jeux vidéo. Ce week-end, l’élue démocrate avait notamment invité le chef du nouveau parti démocratique canadien. L’occasion pour AOC de dénoncer le système de santé américain en citant l’exemple canadien : « Au Canada, il y a des assurances publiques, vous pouvez aller chez le médecin sans vous ruiner. Quand on propose des politiques similaires aux États-Unis, on nous dit que c’est impossible. En fait, ici, il y a tellement de diabolisation autour du socialisme, qu’on ne peut pas bénéficier de ces choses qui sont bien ! » Ces rendez-vous jeux vidéo permettent à Alexandria Ocasio-Cortez, déjà très connectée sur les réseaux sociaux, de toucher des publics différents. Il y a quelques semaines, pour sa première partie en ligne, elle avait appelé à aller voter en masse pour l’élection présidentielle. Sa vidéo de près de quatre heures a réuni l’une des plus importantes audiences de Twitch : 450 000 spectateurs. Et l’enregistrement a été vu par plus de 5 millions de personnes. AOC explique qu’elle fera de ces parties un rendez-vous régulier pour parler de questions importantes tout en s’amusant. Loubna Anaki, New York, RFI.

LB : C’est la fin de ce journal, il est 21h10. Merci à vous l’avoir suivi et de votre fidélité sur Radio France internationale. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias