#El francés en la actualidad

Journal en français facile 28/06/2021 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Vous écoutez RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile.

À la Une ce soir, l'appel d'Antony Blinken. Le chef de la diplomatie américaine demande aux alliés des États-Unis de rapatrier leurs citoyens qui sont actuellement détenus en Syrie après avoir combattu aux côtés du groupe État islamique. « Cette situation ne peut pas persister indéfiniment » déclare Antony Blinken.

En Suède, la crise politique continue. Après la motion de défiance la semaine dernière contre Stefan Löfven, le Premier ministre a annoncé aujourd'hui sa démission. C'est désormais au Parlement de tenter de résoudre la crise.

Et puis en France, l'échec du Rassemblement national aux élections régionales. Le parti de Marine Le Pen sort du second tour sans aucune victoire, et il cède même des voix par rapport au précédent scrutin de 2015.

-----

RA : Antony Blinken poursuit sa tournée en Europe. Depuis hier le chef de la diplomatie américaine se trouve à Rome la capitale italienne. Dans ce cadre il participait aujourd'hui à une réunion de la coalition contre le groupe État islamique. Et c'est lors de cette réunion qu'il a appelé les alliés américains à rapatrier leurs citoyens qui sont actuellement détenus en Syrie après avoir combattu dans les rangs du groupe État islamique. Message envoyé en premier lieu à la France et la Grande-Bretagne qui sont les plus réfractaires, opposés, à l’idée d’organiser le retour de leurs ressortissants. Nicolas Falez.

Cette situation « ne peut tout simplement pas persister indéfiniment » selon le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken. Le dossier des combattants étrangers détenus en Syrie - parfois avec leur famille - est un sujet ultra-sensible. Notamment pour Paris qui n’a rapatrié que quelques enfants et leurs mères, au cas par cas, alors qu’on estime à 200 le nombre d’enfants de nationalité française actuellement détenus dans des conditions très difficiles dans des camps du nord syrien. Ce lundi à Rome, le Secrétaire d’État américain a salué les efforts de l’Italie ou du Kazakhstan qui ont organisé le retour de leurs ressortissants. La Belgique y travaille actuellement. Pour Anthony Blinken les autres alliés de Washington doivent rapatrier leurs nationaux pour les juger ou les réhabiliter. Pour l’instant, la France reste sourde à ces appels, malgré les démarches de familles souvent désespérées. En mars dernier, plusieurs avocats de ces familles ont déposé un dossier auprès de la Cour pénale internationale, en invoquant le traitement « cruel et dégradant » subis par des ressortissants français dans les camps du nord de la Syrie.

RA : Également concernant la politique américaine au Proche-Orient : des frappes menées la nuit dernière en Syrie et en Irak contre des milices pro-Iran. Précisément des centres opérationnels et des dépôts d'armes touchés en deux endroits par l'armée de l'air américaine et sur ordre du président Joe Biden.

Nous partons maintenant en Suède où le Premier ministre a démissionné ce lundi. ll s'agit de Stefan Löfven, il était devenu extrêmement impopulaire au point de subir la semaine dernière une motion de défiance. Une première dans l'histoire du pays. Sa démission annoncée aujourd'hui aggrave encore un peu plus la crise politique. La balle est maintenant dans le camp du Parlement, expression signifiant que c'est désormais au président du Parlement de trancher, car Stefan Löfven n'a pas convoqué de nouvelles élections. Les explications de notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux.

Après une semaine d’incertitude, Stefan Löfven a finalement tranché : « À un an des élections prévues en septembre 2022, et avec une pandémie en cours, une élection anticipée n'est pas la meilleure chose pour la Suède. Sur cette base, j'ai demandé au président d'être démis de mes fonctions de Premier ministre. » L’avantage de cette décision, c’est qu’elle lui permet de continuer à diriger la Suède, à la tête d’un gouvernement de transition. Cela évite aussi de nouvelles élections à sa formation, le vieux parti social-démocrate, qui voit son capital électoral s’éroder à chaque scrutin. L’inconvénient, c’est que dans l’immédiat, aucun problème n’est réglé. La composition du Parlement reste la même, avec huit partis, deux blocs de gauche et de droite quasi à égalité, séparés par 63 députés d’extrême droite. Si la droite, représentée par Ulf Kristersson, veut gouverner, elle ne pourra pas se passer de leur soutien. À moins que Stefan Löfven ne réussisse à ressouder son camp, en passant des accords avec d’autres partis, et ne revienne au pouvoir. Les Suédois, qui ne vont donc pas revoter, n’ont pas leur mot à dire, mais ils espèrent tous ne pas revivre le scénario des élections de septembre 2018. Après ce dernier scrutin, il avait fallu 134 jours de tractation pour former le gouvernement. Frédéric Faux, Stockholm, RFI.

RA : Des températures historiques en hausse au Canada et aux États-Unis, le record plus de 46 degrés près de Vancouver dans l’ouest du Canada. Et le pic était attendu pour ce lundi. À propos de cette vague de chaleur, l'expression « dôme de chaleur » est utilisée, car le phénomène s'explique par un emprisonnement de l'air chaud par les hautes pressions. On fait le point sur la situation et les conséquences avec Camille Marigaux.

Environnement Canada évoque une vague de chaleur : « prolongée, dangereuse et historique ». « Il fait plus chaud à certains endroits du pays qu'à Dubaï », constate même l'un des climatologues de l'agence. En cause, un dôme de hautes pressions qui emprisonne l'air chaud. En Colombie britannique, plus de 40 nouveaux records de température ont été enregistrés ces deux derniers jours. En tête, le village de Lytton, près de Vancouver où le mercure a dépassé les 46 degrés et demi. À titre de comparaison, la température la plus élevée jamais enregistrée dans le pays date de 1937 : 45 degrés dans deux villes de la province de Saskatchewan, où une alerte a été émise tout comme dans l'Alberta, le Yukon et des territoires du nord-ouest. Dans l'ouest des États-Unis, les États de Washington, de l'Idaho, de l'Oregon et le nord de la Californie sont également affectés par cette vague de chaleur. Conséquences, certaines campagnes de vaccination contre le Covid-19 sont annulées et des écoles fermées. Face au manque de ventilateurs et de climatiseurs, certaines villes ont ouvert « des centres de rafraîchissement ». En Oregon, les dernières épreuves de sélection olympique d'athlétisme ont été reportées dimanche à Eugene où il a fait plus de 43 degrés dimanche.

RA : En France, Emmanuel Macron ne compte pas changer de Premier ministre. Le président français l'a déclaré ce lundi soir dans une interview au magazine Elle : « Les élections locales n'appellent pas de conséquences nationales et donc pas de changement de Premier ministre dans les prochains mois, ou semaines ». Emmanuel Macron répondait ainsi aux critiques après le second tour des élections régionales qui se sont soldées par un échec de son parti La République en marche. L'autre grand enseignement de ces élections, c'est la défaite du Rassemblement national, le parti de Marine Le Pen qui ne remporte aucune région et cède des voix partout par rapport aux élections régionales précédentes. L'analyse des envoyées spéciales de RFI à Marseille où le RN a perdu gros Alice Mesnard et Anne Soetemondt.

Camouflet, gifle, claque... Ce matin, le RN s’est réveillé sonné par une défaite cinglante. Pas une région et un échec patent en PACA. Le candidat RN Thierry Mariani a perdu avec plus de 10 points de retard sur le sortant de droite Renaud Muselier. Le front républicain a tenu. « Encore une fois, on est écœurés », disait un militant marseillais hier soir. Mais au-delà du front républicain, plusieurs questions viennent mettre à mal la stratégie de normalisation mise en place depuis trois ans par Marine le Pen avec en ligne de mire la conquête de l’Élysée. Pourquoi les électeurs du RN ne se sont pas mobilisés ? Y-a-t-il un problème de ligne ? À chaud, dans l’état-major du RN, on ne veut pas tirer de conclusion hâtive, mais on le dit, « cela doit nous interroger ». Marine le Pen a-t-elle trop voulu élargir quitte à perdre sa base ? « On ne peut pas nous faire ce procès, nous avons fait campagne sur l’immigration et la sécurité », balayait d’un geste un stratège de la campagne régionale qui regrettait toutefois l’absence de débat interne au parti. « Qui oserait le dire s’il y avait un problème de ligne ? » Malgré la défaite Marine Le Pen a donné rendez-vous aux français hier soir, pour l’alternance. Elle devra d’abord faire face à ses troupes le week-end prochain à Perpignan. Anne Soetemondt, Alice Mesnard, Marseille, RFI.

RA : En sport, football, la suite des huitièmes de finale de l'Euro. L'équipe de France affronte la Suisse actuellement. Un peu plus tôt dans la journée l'Espagne s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant la Croatie au terme d'un match complètement fou, le score 5-3.

Cyclisme, c'était la troisième étape du Tour de France aujourd'hui. Entre Lorient et Pontivy en Bretagne, dans l'ouest du pays. Une étape encore marquée par des chutes, victoire finale du Belge Tim Merlier. Le Néerlandais Mathieu van der Poel conserve le maillot jaune.

Et puis un mot de tennis car aujourd’hui s'est ouvert le tournoi de Wimbledon et l'un des favoris est déjà éliminé. Il s'agit du Grec Stefanos Tsitsipas, finaliste du dernier Roland Garros et battu dès le premier tour par l'Américain Tiafoé.

Fin du journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias