#El francés en la actualidad

Journal en français facile 24/09/2021 20h00 GMT

24 Septiembre 2021
Studio RFI
Transcription

Merci d'écouter Radio France Internationale en direct de Paris où il est 22 heures.

François Bernard : Bonsoir, il est l'heure de votre Journal en français facile et c'est Victor Mauriat qui le présente avec moi ce soir, bonsoir Victor.

Victor Mauriat : Bonsoir à tous et à toutes.

FB : Dans l'actualité de ce vendredi 24 septembre, la déclaration du nouveau ministre taliban des Prisons : les exécutions et les amputations vont reprendre en Afghanistan.

VM : Arrêté jeudi en Sardaigne, l'ex-président de la région Catalogne, Carles Puigdemont a été libéré aujourd'hui et autorisé à quitter l'Italie.

FB : En Allemagne, Greta Thunberg prêche pour le climat, les candidats mobilisent avant le scrutin de dimanche.

VM : Nous finirons ce journal en musique avec le dernier album de la chanteuse belgo-camerounaise Lubiana.

-----

FB : Les exécutions et les amputations vont reprendre en Afghanistan, c’est ce qu’affirme un ministre taliban.

VM : Une déclaration qui, une nouvelle fois, ne va pas dans le sens du régime moins strict que les talibans promettent depuis leur prise de Kaboul.

FB : Christophe Paget, comment ces décisions vont-elles se traduire ?

« Les amputations sont nécessaires pour la sécurité », c’est ce qu’affirme le ministre des Prisons, Nooruddin Turabi. Il était surtout ministre de la Justice et chef de la police religieuse lors du premier passage au pouvoir des talibans à Kaboul dans les années 90. Et selon lui, les châtiments infligés à l’époque vont être remis en place - les discussions entre ministres talibans porteraient surtout sur le fait de savoir si ils seront publics ou pas. Dans les années 90, ils avaient lieu dans un stade ou une mosquée, souvent devant des centaines d’hommes : amputation de la main pour un voleur, d’une main et d’un pied pour un voleur de grand chemin, les assassins, eux, étaient exécutés d’une balle dans la tête par les familles des victimes. On le voit, la promesse des talibans d’un régime moins dur devient de moins en moins crédible. Et si le ministre des Prisons assure qu'ils vont permettre télévisions, téléphones portables, photos et vidéos car « les gens en ont besoin », c’est pour ajouter que si, au final, les châtiments sont rendus publics, les photos et les vidéos prises par les personnes autorisées à y assister augmenteront leur « effet dissuasif ».

FB : Merci Christophe Paget

L'ancien président catalan Carles Puigdemont a été libéré par la justice italienne après son arrestation hier soir à son arrivée en Sardaigne.

VM : Il est désormais libre de ses mouvements et cette décision a été bien accueillie par les indépendantistes.

FB : Les explications d'Élize Gazengel.

Dix-huit heures après avoir été arrêté par les autorités italiennes en Sardaigne, l'ex président catalan Carles Puigdemont a finalement été libéré ce vendredi après-midi. Il sera libre de ses mouvements, pourra rentrer en Belgique où il réside depuis sa fuite en 2017 et devra comparaître simplement face au juge sarde le 4 octobre prochain. C'est une victoire pour les indépendantistes que l'avocat de Puigdemont a fêtée en musique sur les réseaux sociaux. De son côté, l'ex leader catalan - tout sourire - à sa sortie de prison affirmait que « l’Espagne ne perd jamais une occasion de se couvrir de ridicule ». Parce que les indépendantistes se veulent confiants, ils estiment que le mandat d’arrêt européen est de fait suspendu par la justice européenne et que cette arrestation était illégale. Mais la Cour suprême espagnole n’a pas dit son dernier mot et a bel et bien confirmé à la justice italienne, ce vendredi, que ce mandat est toujours en vigueur selon elle. L'Italie devra donc trancher, presque quatre ans jour pour jour après le référendum d'autodétermination catalan. Élize Gazengel, Barcelone, RFI.

FB : Les sept vols prévus à l'aéroport de l'île espagnole de La Palma, dans l'archipel des Canaries, ont été annulés en raison du nuage de cendres dégagé par un volcan en éruption depuis dimanche.

FB : Les Allemands votent ce dimanche pour élire leur nouveau Parlement. Cette élection marquera la fin de l’ère Merkel. La chancelière prendra sa retraite après 16 ans à la tête du pays.

VM : Angela Merkel avait ouvert les portes de l’Allemagne à plus de 800 000 réfugiés syriens qui ont fui leur pays en guerre en 2015.

FB : Parmi ces réfugiés en âge de travailler, plus d’un sur deux a aujourd’hui un emploi et certains rêvent de devenir des citoyens à part entière. Anastasia Becchio est allée à leur rencontre à Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne.

Salah Hajji Mustafa exhibe fièrement ses diplômes obtenus depuis son arrivée en Allemagne. La pile est épaisse. Le jeune homme de 36 ans, originaire des environs d’Alep poursuit des études universitaires tout en travaillant dans le secteur social et l’aide aux réfugiés. Mais la chose dont il semble le plus fier, c’est son passeport allemand, flambant neuf. « Je suis heureux d’avoir été naturalisé parce que je vais pouvoir participer au débat démocratique, je vais voter. C’est la première fois de ma vie que je me sens bien, parce que je peux voter dans un système démocratique, que ma voix va réellement être comptabilisée et non jetée à la poubelle. » À ses côtés, Mohammed Alikaj, 28 ans, qui a fui Alep avec une partie de sa famille, a lui aussi reçu le précieux sésame à point nommé : « Il y a environ un mois, j’ai reçu mon passeport allemand et je me suis réjoui que ça tombe à ce moment-là, parce que je vais pouvoir aller voter. C’est la première fois de ma vie que je vote et en plus c’est une élection démocratique. » Sami Alkurdi, 29 ans, lui ronge son frein. Le jeune pharmacien espère obtenir son passeport d’ici la fin de l’année : « Je m’intéresse beaucoup à la politique allemande. Je regarde la télévision et je réfléchis beaucoup à ce qui peut être amélioré. » L’an dernier, 6 700 réfugiés syriens ont été naturalisés en Allemagne et ce chiffre devrait augmenter dans les années à venir. Anastasia Becchio, Cologne, RFI.

FB : Deux jours avant ces législatives allemandes, des milliers de défenseurs de l'environnement, menés par Greta Thunberg, ont réclamé des mesures plus fortes contre le réchauffement climatique.

Dans l'actualité du Covid, 60 millions d'Américains sont désormais éligibles pour recevoir une troisième dose de vaccin Pfizer.

VM : Les autorités sanitaires américaines ont finalement recommandé cette dose de rappel pour trois catégories de population.

FB : Les personnes de 65 ans et plus, celles d'entre 18 et 64 ans présentant des facteurs de risque, de diabète ou d’obésité, ainsi que celles qui sont très exposées au virus dans le cadre de leur travail.

VM : D'autre part, la Russie, a enregistré un nouveau record de morts quotidiennes dues au Covid. 828 personnes en sont mortes ces 24 dernières heures.

FB : On termine en musique avec l’une des rares femmes à jouer de la kora, cette harpe africaine originaire du Mali que l'on trouve dans toute l'Afrique de l'Ouest.

VM : La chanteuse belgo-camerounaise Lubiana vient de sortir un premier album intitulé Beloved, ce qui signifie « bien aimée » en anglais.

FB : Un disque qu’a écouté pour nous Edmond Sadaka.

C’est l’édition belge du télé crochet The Voice, il y a une dizaine d’années, qui a permis à Lubiana de se faire remarquer une première fois du public. Suivront de nombreux voyages à travers le monde avec de longues étapes à Londres et Los Angeles. Mais Il lui a fallu patienter dix ans avant de sortir ce disque, né de sa rencontre avec la kora. « C’est vraiment la kora qui est venue à moi, qui m’a choisi, et elle m’est apparue en rêve. Je n’ai jamais vu de kora de ma vie et un mois plus tard, en Espagne à Majorque, j’ai entendu le son. Beaucoup de griots m’ont confirmé que c’était la kora qui choisissait son maitre et que c’était assez courant qu’elle apparaisse en rêve. Le premier morceau que j’ai appris à jouer à la kora c’est avec Djarabi, qui est un morceau traditionnel d’Afrique de l’Ouest. » Le clip de cette chanson Djarabi a d’ailleurs été tourné à Saint-Louis au Sénégal. Pour Lubiana, des projets de concerts se dessinent déjà en Afrique centrale, notamment au Cameroun, terre d’une partie de ses ancêtres.

FB : C'est la fin de ce Journal en français facile. Merci de l'avoir suivi. Et rendez-vous demain pour une nouvelle édition.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias