#El francés en la actualidad

Journal en français facile 24/08/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, ravi de vous retrouver pour le journal en français facile. Présenté en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : l’ouverture du sommet du G7 à Biarritz. Les dirigeants des sept pays les plus riches du monde sont réunis jusqu’à lundi dans cette ville du sud-ouest de la France. Les sujets de désaccord risquent d’être nombreux : le commerce, l’Iran ou encore les feux de forêt en Amazonie

SB : Quelques heures avant l’ouverture du sommet, le Président français Emmanuel Macron a prononcé un discours à la télévision. Et il a notamment évoqué l’Amazonie. Il faut répondre « à l’appel de la forêt » a dit le Chef de l’État, alors que plusieurs centaines de nouveaux incendies se sont déclarés aujourd’hui.

RA : Et puis à la fin de ce journal, nous irons au stade Charléty à Paris où se déroule actuellement un meeting d’athlétisme à un mois des Championnats du monde. À retenir la performance décevante du Français Renaud Lavillenie dans l’épreuve du saut à la perche.

-----

SB : Dans un climat de tension mondiale, le sommet du G7 s’est donc ouvert ce soir à Biarritz.

RA : Cela a commencé par les traditionnelles photos des dirigeants des sept pays les plus puissants du monde, avant un dîner informel. Les choses sérieuses débuteront demain et dureront jusqu’à lundi. Les sujets de préoccupation ne manquent pas, on peut citer le commerce, l’Iran ou encore les incendies en Amazonie. Des sujets que le Chef de l’État français Emmanuel Macron, hôte de ce sommet, a évoqués à la mi-journée avec le Président américain Donald Trump. Tous deux ont en effet déjeuné en tête à tête. Il y a des points de convergence entre les deux hommes, c’est-à-dire des points d’accord, affirme ce soir la Présidence française. Autre moment important de la journée à Biarritz, le discours à la télévision d’Emmanuel Macron, quelques heures avant l’ouverture du sommet. Le Président français s’est exprimé pendant dix minutes, au cours desquelles il a fixé ses objectifs pour ce sommet. Il a ainsi dit qu’il espérait convaincre ses partenaires du G7 d’éviter les tensions commerciales, alors que la nuit dernière Donald Trump a annoncé une nouvelle hausse des droits de douane sur des produits chinois. Des tensions qui menaces la sécurité dans le monde, alors Emmanuel Macron appelle à la désescalade, je vous propos d’écouter le Président français.

[Transcription manquante]

RA : Emmanuel Macron qui s’exprimait à la télévision quelques heures avant l’ouverture du sommet du G7.

SB : Le Président français qui a également évoqué les incendies en Amazonie dans son discours.

RA : Il y a deux jours il avait déjà déclaré : « notre maison brûle ». Aujourd’hui plusieurs centaines de nouveaux incendies se sont déclarés. Il faut répondre « à l’appel de la forêt » a dit Emmanuel Macron. Quand on évoque l’Amazonie on entend souvent l’expression « poumon de la planète », ce qui voudrait dire que sans l’Amazonie on ne pourrait pas respirer... C’est faux nous explique Simon Rozé, même si ce qui se passe en Amazonie est très grave pour la biodiversité.

Il y a beaucoup de nouvelles inquiétantes en ce moment au sujet du climat et de l’environnement. Heureusement, le manque d’oxygène n’en fait pas partie. Même si cette idée est très répandue : la forêt amazonienne ne produit pas 20 % de notre oxygène respirable... très loin de là. Celui-ci vient pour moitié des océans, et pour l’autre des terres émergées. Sur ces 50 %, les forêts tropicales du monde entier comptent pour un petit quart. Même si la part de la forêt amazonienne n’est pas encore documentée avec précision... on peut estimer généreusement sa production à la moitié de toutes les forêts du monde. Elle produit donc la moitié du quart de la moitié, ce qui fait 6 % environ de l’oxygène total. On est donc loin du poumon de la planète, d’autant plus que les niveaux d’oxygène dans l’atmosphère sont tellement élevés que l’impact annuel de la végétation est plus que minime. Il y a suffisamment de raisons pour être inquiet, mais il n’y a pas besoin d’en ajouter de nouvelles. Car ces incendies restent une catastrophe, au niveau des émissions de gaz à effet de serre, du climat, de la biodiversité ou encore pour les centaines de milliers de personnes qui vivent dans la forêt amazonienne.

SB : En Tunisie, situation tendue à trois semaines de l’élection présidentielle.

RA : Hier l’un des principaux candidats a été arrêté, il s’agit de Nabil Karoui qui dirige Nessma TV l’une des grandes chaînes de télévision du pays. Il avait été inculpé quelques semaines plus tôt pour blanchiment d’argent, c’est-à-dire du trafic d’argent. Ce samedi son parti a répondu à ces accusations, et montre du doigt le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, soupçonné de se mettre sur la route de Nabil Karoui, qui est un possible rival du Premier ministre à la prochaine présidentielle.

SB : Direction maintenant l’Inde pour évoquer la situation dans le Cachemire, près de trois semaines après l’abrogation par New Delhi de l’autonomie de cette région rebelle.

RA : La décision de l’Inde signifie la fin de l’autonomie du Jammu-et-Cachemire qui va désormais être divisé en deux territoires. Et pour les habitants de la région effectivement les conséquences sont importantes, avec un couvre-feu c’est-à-dire que la population peut sortir dans la rue selon des heures bien précises, et d’une manière générale les mouvements de circulation sont très limités. Le gouvernement a pris ces mesures, car il craint une flambée de violence. Illustration de cette situation, une délégation de l’opposition a voulu se rendre dans la région, mais les autorités ont refusé. Correspondance de Sébastien Farcis.

La délégation était composée de neuf élus et dirigeants des principaux partis d’opposition : le parti communiste, plusieurs partis régionaux et le parti national du Congrès, mené dans cet avion par son président sortant, le député Rahul Gandhi. Les autorités du Cachemire les avaient prévenus qu’ils ne seraient pas autorisés à sortir de l’aéroport de Srinagar, à cause des sévères restrictions imposées depuis trois semaines au cachemire. Celles-ci interdisent tout rassemblement public ou toute activité qui puisse perturber l’ordre public. Ces politiciens affirmaient toutefois qu’ils voulaient simplement se rendre compte de la situation sur le terrain, alors que le Cachemire vit sous un couvre-feu inédit depuis trois semaines. Et que les dirigeants locaux de leurs partis sont emprisonnés. Cela n’a pas convaincu le gouvernement, qui maintient donc sa chape de plomb sur le Cachemire. Et laisse sa population quasiment coupée du monde.

SB : En sport, on suit actuellement sur RFI le meeting d’athlétisme de Paris.

RA : Cela se passe à Charléty, c’est une étape de la prestigieuse Ligue de Diamants. Et surtout la compétition se déroule à un mois des Championnats du monde qui auront lieu à Doha au Qatar. On retrouve en direct de Charléty Christophe Jousset, déjà de grosses performances.

[Transcription manquante]

RA : Christophe Jousset en direct du stade Charléty pour RFI.

SB : En rugby, l’Écosse a pris sa revanche cet après-midi.

RA : Les Écossais ont battu l’équipe de France 17 à 14. Ces mêmes Écossais avaient été dominés par les Bleus le week-end dernier. Il s’agit de matchs de préparation avant la Coupe du Monde de rugby qui débute dans moins d’un mois au Japon, à partir du 20 septembre.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias