#El francés en la actualidad

Journal en français facile 22/05/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI, il est 22h ici à Paris, 20h en temps universel (TU).

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : A la une de l'actualité ce soir :
Theresa May en grand danger. Le nouveau plan de la Première ministre sur le Brexit ne convainc pas les députés qui souhaitent son départ rapide.

SB : En Syrie au moins 50 morts depuis hier soir dans la province d'Idleb. Les forces de Bachar al-Assad tentent de reprendre cette dernière région aux mains des groupes djihadistes.

RA : Les conséquences des sanctions américaines contre Huawei. Des groupes japonais et britanniques décident de reporter l'achat d'équipements du géant chinois du smartphone.

SB : Et puis nous parlerons d'une vaste enquête menée dans 6 pays européens concernant des fausses informations sur internet. Plus de 500 pages et groupes Facebook signalés pour leurs contenus. Enquête réalisée par l'ONG Avaaz.

------
SB : En Grande Bretagne Theresa May vit peut-être ses derniers jours au poste de Première ministre.

RA : Son avenir est en suspens depuis longtemps en raison de l'incertitude sur le Brexit, la presse britannique évoquai récemment un départ d'ici la fin du mois de juillet. Mais les choses semblent s'accélérer après l'annonce d'un 4e plan. Rappelons que les trois premiers ont été rejetés. Alors pour tenter d'obtenir des garanties Theresa May a proposé hier soir quelques nouveauté, comme l'idée de soumettre aux députés la proposition d'un second référendum, une idée qu'elle a tenté de défendre aujourd'hui au Parlement. Mais une idée qui ne convainc pas, bien au contraire, toute la journée de nombreux députés et même des ministres du gouvernement de Theresa May ont multiplié les initiatives pour tenter de pousser la Première ministre vers la sortie. A Londres la correspondance de Muriel Delcroix.

Pendant que Theresa May défendait bec et ongles son projet de loi sur le Brexit à la chambre des Communes au milieu d’une franche hostilité, elle devait se sentir bien seule : derrière elle, les bancs dans les rangs conservateurs étaient déserts, révélant l’isolement grandissant de la dirigeante, lâchée par ses députés et une partie de ses ministres qui ne l’écoutent plus. D’ailleurs son sort se décidait non pas à l’intérieur des Communes mais dans les couloirs de Westminster qui ont bruissé toute la journée de rumeurs de manœuvres pour la faire tomber. La Première ministre subit désormais une intense pression de son parti pour annuler le vote sur son projet de loi de Brexit prévu le 7 juin. Nombre de conservateurs la pressent aussi d’annoncer sa démission immédiatement. Plusieurs ministres ont dans ce but demandé à voir la dirigeante dans l’après-midi. Mais une Theresa May déterminée à ne pas se laisser dicter sa conduite a refusé de les recevoir et selon son entourage ne bougera pas de Downing Street, pas avant en tout cas la tenue des élections européennes demain jeudi. On est donc dans une situation totalement incertaine, une fin de règne digne des meilleurs thrillers politiques dont l’épisode final pourrait s’avérer encore plus palpitant ou encore plus sordide. Muriel Delcroix, Londres, RFI.

RA : Et un nouveau rebondissement ce soir : la démission de la ministre en charge des relations avec le Parlement, Andrea Leasdom. Pour justifier sa décision elle écrit sur Twitter qu'elle ne pense pas le gouvernement capable de mettre en œuvre le résultat du référendum de juin 2016.

SB : Un otage italien a été libéré en Syrie.

RA : C'est le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte qui l'annonce. L'homme avait été enlevé en 2016 à la frontière entre la Turquie et la Syrie. "Il a été libéré à l'issue d'une action coordonnée", précise Giuseppe Conte.

SB : Également concernant la Syrie, de nouvelles violences dans la province d'Idleb

RA : C'est la dernière région encore aux mains des groupes djihadistes, et le régime de Bachar al-Assad chercher à la reconquérir. Mais comme souvent dans ce type de situation la population se trouve prise au piège. Aujourd'hui 14 civils ont été tués. Depuis hier le bilan s'élève à plus de 50 morts. On va écouter un témoignage, celui d'un militant de l'opposition syrienne, il s'appelle Fadi Al Maari, et il raconte le bombardement qui a touché le village de Maart Al Numane ces dernières heures.

« Les bombardements ont eu lieu durant la nuit. Peu après minuit alors qu’il y avait encore plein de monde dans les rues, des avions de combats russes ont mené des frappes aériennes contre des marchés du centre de Maarat Al Numane. Vous savez, nous sommes en plein mois de ramadan et tous les commerces restent ouverts tard le soir. Les gens sortent et font plein d’achats en prévision de l’aïd, la fête musulmane qui marquera la fin du ramadan dans quelques jours. Et voilà, le régime profite de ces moments pour viser la population, les rues étaient bondées. 15 civils ont été tués et 35 autres ont été grièvement blessées. Ces personnes ont dû être évacuées vers des hôpitaux turcs. Nos hôpitaux de campagne n’ont pas les moyens de les soigner, d’autant que nombre d’entre eux ont été la cible de frappes aériennes durant les dix derniers jours. »

RA : Le témoignage de Maart Al Numane, militant de l'opposition syrienne. Propos recueillis par Sammi Boukhelifa.

SB : Et puis les conséquences de la décision américaine concernant Huawei.

RA : Décision qui touche le géant chinois du smartphone. Dans le cadre de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, le Président américain Donald Trump a décidé de placer Huawei sur la liste noire des entreprises qui menacent la sécurité nationale. Cela veut dire que d'ici 3 mois Huawei ne pourra plus utiliser les services et applications de l'Américain Google. Et donc les conséquences sont mondiales en raison de l'importance du géant chinois. Illustration au Japon et au Royaume-Uni, où des groupes des télécoms ont décidé d'arrêter temporairement  l’achat des équipements Huawei. Explications Altin Lazaj.

Nouveau coup dur pour Huawei.  Par prudence, les principales entreprises japonaises des télécomes dont l’opérateur historique NTT Docomo, ont décidé de reporter la commercialisation de nouveaux modèles de smartphones de la marque chinoise.   
Au Royaume Uni également, deux grands opérateurs, Vodafone et  Everything Everywhere ont exclu de leurs précommandes les smartphones de la marque chinoise compatible avec le réseau 5G.  Toutes ces entreprises craignent que les appareils Huawei perdent leur intérêt sans l’apport de technologies américaines. La semaine dernière Donald Trump a en effet placé le géant chinois sur une liste noire... une décision qui empêche Huawei d'acheter des produits fabriqués aux Etats-Unis... Or, ses téléphones sont équipés de composants et surtout de logiciels américains. Conséquence, l’américain Google a fait savoir qu'il allait devoir couper les relations  avec Huawei. Les smartphones de ce dernier ne pourront donc plus utiliser le système Android du géant américain de l’internet.

SB : Un sujet maintenant dont on parle régulièrement sur RFI : en anglais on parle de fake news, les fausses informations. Aujourd'hui une ONG annonce avoir signalé plus de 500 pages et groupes Facebook soupçonnés de diffuser de fausses informations.

RA : Les messages principalement étaient anti européens et généralement d'extrême droite. Et le fait d'avoir signalé ces contenus a permis le retrait de ces pages qui avaient été vues plus de 500 millions de fois en trois mois. L'ONG qui a mené cette vaste enquête dans 6 pays européens s'appelle Avaaz, son siège se trouve à Bruxelles, et notre correspond s'est rendu sur place. C'est un reportage de Pierre Benazet.

Dans le quartier européen de Bruxelles, le réseau de cyber-militants Avaaz a monté une salle d’opérations pour surveiller Facebook, une réplique en quelque sorte au centre d’opérations ouvert par le réseau social à Dublin à l’occasion des élections européennes. Dans un immeuble bruxellois discret, la salle d’opérations d’Avaaz rassemble une trentaine de chercheurs devant une multitude d’écrans. Ils sont branchés en permanence sur Facebook et reçoivent aussi des alertes des leurs membres à travers l’Europe. Julie Deruy, chargée de campagne d’Avaaz. [...] Dans les six pays objets de l’enquête, la désinformation relaye surtout des contenus anti-européens. Elle prend surtout la forme de messages racistes ou nationalistes qui ciblent en particulier les migrants. Avaaz estime que FaceBook a déjà procédé à la fermeture de 77 des 500 pages suspectes recensées par l’enquête. Pierre Benazet, Bruxelles, RFI.

RA : Et évidemment la publication de cette enquête intervient dans un moment particulier puisque dans quelques jours ont lieu les élections européennes.

SB : Et puis en football Rudi Garcia quitte l'Olympique de Marseille.

RA : L'entraîneur du club a annoncé son départ aujourd'hui. Il paye une mauvaise saison, l'OM ne jouera pas de Coupe d'Europe l'année prochaine et le club n'a pas brillé par d'excellent résultats cette saison, le pire étant une défaite en Coupe de France contre les amateurs d'Andrézieux. Rudi Garcia sera resté trois saisons à l'OM. Il fera ses adieux officiels ce vendredi lors de la 38e et dernière journée de Ligue 1 quand l'OM recevra Montpellier.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias