#El francés en la actualidad

Journal en français facile 21/09/2020 20h00 GMT

21 Septiembre 2020
Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : Il est 20h en temps universel et à Bamako, 22h à Paris. L'heure de votre Journal en français facile, présenté ce soir en compagnie de Zéphirin Kouadio, bonsoir.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir à tous.

AD : Nous irons aux États-Unis pour commencer ce journal, à quelques semaines de l'élection présidentielle américaine. Donald Trump veut nommer un juge à la Cour suprême - la plus haute juridiction du pays- qui fait partie de son camp politique. Les démocrates ne sont pas d'accord.

ZK : Il va présider la transition politique au Mali, l'ex-colonel - ancien ministre de la Défense, Ba N'Daou a été nommé aujourd'hui président par intérim.

AD : Nous évoquerons aussi la crise politique en Biélorussie. Aujourd'hui l'opposante au président Loukachenko est allée à Brussel chercher le soutien des européens. Compte rendu à suivre.
En Italie, selon des résultats qui ne sont définitif, pour des élections régionales en Toscane la gauche l'emporte contre l'extrême-droite.

ZK : Enfin en France, Michael Lonsdale, est décédé à l’âge de 89 ans. L'acteur à la chevelure et à la barbe blanche, a interprété dans sa vie de plus de 200 rôles dont celui de James Bond.

AD : Voilà pour les titres, bienvenus à tous.

------

ZK : C'est un enjeu considérable/important à un mois et demi des élections présidentielles américaine.

AD : Le président Donald Trump veut à tout prix nommer un successeur à Ruth Bader Ginsburg, cette juge de la Cour suprême décédée vendredi dernier. La nomination d’un nouveau juge par Donald Trump porterait la majorité conservatrice à six juges et ce pour des décennies au sein de la plus haute instance judiciaire du pays. Les démocrates estiment que cette nomination devrait être repoussée après le scrutin. Ce matin, Donald Trump a promis de donner le nom de la personne qu’il souhaite voir entrer à la cour avant la fin de la semaine. Correspondance à Washington Anne Corpet.

« Je donnerai un nom vendredi ou samedi » a déclaré Donald Trump sur Fox News. Le président estime que le sénat devra ensuite rapidement confirmer cette nomination. « Nous avons tout le temps ! Je pense que cela doit être voté avant les élections. Je pense que cela sera bon pour le parti républicain et quelle que soit la personne choisie les démocrates trouveront que c’est terrible parce qu’ils sont comme ça. Je pense que c’est une honte. » Dimanche Joe Biden a répété que la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême devrait être repoussée à après les élections, soulignant que le scrutin a déjà commencé dans certains états avec le vote par anticipation. « Le peuple de ce pays est en train de choisir son avenir en votant en ce moment même. Envoyer cette nomination au sénat est un exercice brutal du pouvoir et je ne pense pas que les gens de cette nation vont soutenir cela. »

AD : C’est dans ce climat politique très tendu que s’organisent l’hommage à Ruth Bader Ginsburg. Le corps de la juge sera exposé mercredi et jeudi dans l’enceinte de la Cour suprême, avant d’être présentée au capitole vendredi. Elle sera inhumée la semaine prochaine dans l’intimité.

ZK : Le Mali sera dirigé par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense.

AD : Ainsi en a décidé lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le coup d'État du 18 août. Il s'appelle Ba N'Daou, il a 70 ans. Le nouveau président est censé officier comme chef de l'État pendant plusieurs mois avant un retour des civils au pouvoir. Il aura à ses côtes un vice-président qui n'est autre que l'actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta.

Au Cameroun, cette décision de justice, quatre militaires condamnés à dix ans de prison ferme. Ils avaient assassiné en 2015 deux femmes et leurs deux enfants, dans le nord du pays.

ZK : La cheffe de file de l’opposition biélorusse était ce lundi à Bruxelles.

AD : Svetlana Tikhanovskaia est venu rencontrer les représentants des autorités européennes. Elle a de nouveau demandé à l’Union européenne d'apporter son aide au mouvement de protestation contre la victoire à la présidentielle du président Alexandre Loukachenko. Mais elle a eu plus de succès avec les eurodéputés qu’avec les ministres des Affaires étrangères. Les députés européens réclament la fin de la répression, la libération des prisonniers politiques et l’organisation de nouvelles élections. Pierre Benazet.

Svetlana Tikhanovskaia cherche le soutien de l’UE mais elle affirme aussi devant le parlement européen que le mouvement biélorusse ne menace en rien les relations avec la Russie, pour ne pas créer d’inquiétudes à Moscou qui justifieraient une ingérence. « Le soulèvement biélorusse n’est pas une révolution géopolitique. Ce n’est pas antirusse ou pro-russe, ce n’est pas pro-européen ou contre l’Union européenne, c’est une révolution pro-biélorusse. » La très grande majorité des eurodéputés apportent leur soutien à la contestation en Biélorussie et comme la députée belge Marie Arena, ils reconnaissent avoir été trop indulgents avec le gouvernement biélorusse. Mais Svetlana Tikhanovskaia a eu moins de succès avec les ministres des Affaires étrangères qui n’ont toujours pas réussi à décréter des sanctions envers les autorités biélorusse.

AD : Chypre refuse de valider les sanctions à l’encontre de la Biélorussie tant que ses partenaires européens ne décrètent pas des sanctions à l’encontre de la Turquie.

ZK : Le Covid-19, la situation des populations les plus vulnérables, les plus fragiles s'aggrave. 
 
AD : C’est ce qui ressort d’une étude publiée aujourd’hui par une ONG, le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). Sont concernés les hommes et les femmes qui vivent dans communautés déplacées ou vivants dans des zones en guerre. Les détails de cette étude avec Myriam Berber.

Les populations les plus vulnérables sont dans une dangereuse spirale descendante, explique l’étude qui a été réalisée, dans quatorze pays, dont le Mali, l'Afghanistan, ou encore le Venezuela. Plus des trois quart, des 1 400 personnes interrogées, font état, d'une forte dégradation de leur situation économique, en raison de la crise sanitaire. Elles ont perdu leur emploi ou ont vu leurs salaires, diminuer, depuis le mois de mars. Ces populations ne peuvent plus, également, bénéficier du soutien de leurs proches. La pandémie de Covid-19 a fait chuter, les transferts d’argent, vers les pays pauvres. Autre effet dévastateur de cette crise : de nombreuses personnes sont expulsées, car elles ne peuvent plus payer leur loyer. Elles ont, aussi, des difficultés à se nourrir. La pandémie agit comme un amplificateur. Les Nations Unies annoncent 130 millions, de personnes supplémentaires, menacées par la faim dans le monde, cette année. La crise sanitaire accentue également, la déscolarisation. Toujours selon cette étude, trois quart des personnes interrogées sont moins susceptibles, d’envoyer leurs enfants, à l'école, en raison de leur difficultés financières.

ZK : C’est un grand monsieur du cinéma français qui est parti.

AD : Michael Lonsdale est décédé à 89 ans à son domicile parisien. Mythique comédien, acteur singulier, artiste éclectique. Elisabeth Lequeret.

Il a été l’abbé du Nom de la Rose, l’amoureux transi d’India Song, l’un des assassins de la Mariée était en noir, ou encore le voisin inquiétant de Monsieur Klein. Doté d’un physique très particulier, visage carré, épais sourcils, calvitie précoce, Michael Lonsdale a longtemps été abonnés aux seconds rôles. Sur les 200 films que compte sa carrière, étalée sur plus de 60 ans, son talent à fleur de peau est pourtant aussi flagrant que sa voix singulière, si lente et découpée, lui dont la langue maternelle était l’anglais. Né en 1931, Lonsdale suit très jeune les cours de théâtre de Tania Balachova. Sa carrière se partagera toujours entres les planches et le grand écran où il tourne avec la fine fleur du cinéma d’auteur, Orson Welles, Alain Resnais, Louis Malle , Francois Truffaut. À partir des années 70, il s’affiche aussi dans de grosses productions : un James Bond où il donne la réplique à Roger Moore, ou encore Munich de Steven Spielberg. Il est là, et certains ne le distinguent pas, alors qu’il se fait de plus en plus proche du public, en toute discrétion. En 2010, le succès inattendu du film « Des hommes et des dieux », l'histoire des moines de Tibhirine, en Algérie, est venu faire éclore au grand jour cet attachement et libérer en lui, chrétien, une parole longtemps contenue. Le film de Xavier Beauvois lui avait aussi valu son premier César, celui du meilleur second rôle masculin.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias